conflit en Syrie

La coalition internationale contre le groupe État islamique (EI) menée par les États-Unis a annoncé avoir de nouveau frappé
La Russie et l'Iran, alliés du régime de Bachar al-Assad, et la Turquie, soutien des rebelles, ont adopté jeudi à Astana
Le président américain a raconté les coulisses des frappes en Syrie à une journaliste totalement captivée par ses propos.
LIRE AUSSI: » Poutine prévoit d'autres attaques chimiques «faussement attribuées» à Assad » «Pas de consensus» au G7 sur
Justin Trudeau estime que la Russie, à cause de son soutien au président Bachar el-Assad, doit assumer au moins une part
Au moins 60 personnes ont été tuées vendredi quand une voiture piégée a explosé à proximité d'une ville récemment reprise
Moscou a annoncé mardi un arrêt immédiat des raids des aviations russe et syrienne sur Alep, en geste "de bonne volonté" et
Plus de 3 800 civils ont été tués et 20 000 blessés par l'aviation russe en Syrie depuis le début, il y a un an, de son aide
En ces jours où l'économie russe est plus instable qu'elle ne l'a été depuis de nombreuses années, il est indéniable que le principal enjeu de la Russie dans la crise syrienne se retrouve au point de vue militaro-technique.
La Russie pourrait-elle supporter une attaque géoéconomique, si celle-ci devait avoir lieu? La menace est-elle bien réelle, ou résulte-t-elle d'une simple posture occidentale servant d'autres objectifs?