HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

coaching de vie

Nous les comprenons tellement que nous savons exactement ce qu'elles sont en train de s'infliger: saboter leur chance d'ĂȘtre un jour heureuses.
Souvenons-nous qu'aucune montagne n'est insurmontable lorsqu'on décide d'y aller un pas à la fois.
Les personnes qui ont un certain problĂšme de contrĂŽle et de rigiditĂ© sont les plus susceptibles de dĂ©velopper de la rancune. Je dirais mĂȘme qu'il s'agit lĂ  d'un de leurs principaux traits de personnalitĂ©.
La souffrance est toujours porteuse d'un cadeau. Ce n'est pas quelque chose que nous pouvons comprendre pendant que nous sommes en plein dedans, mais tout se clarifie lorsque nous en sortons.
Je suis certaine que je ne suis pas la seule Ă  me sentir ainsi, Ă  rĂ©aliser que mon quotidien ne correspond en rien Ă  ce que mon cƓur dĂ©sire, Ă  ce que mon Ăąme rĂ©clame pour s'Ă©panouir.
Devenir ce que nous dĂ©sirons ĂȘtre signifie passer d'un Ă©tat Ă  un autre. C'est d'abord et avant tout entreprendre le mouvement afin de favoriser l'apparition des circonstances.
Comme tous les enfants qui ont Ă©tĂ© rejetĂ©s par leurs parents, j'ai passĂ© une grande partie de ma vie Ă  chercher l'amour de ma mĂšre. À essayer de voir dans une parole, dans un regard, dans un geste si elle Ă©prouvait une quelconque tendresse Ă  mon Ă©gard.
Pourquoi sommes-nous accablés par la colÚre, par la tristesse, par le désespoir?  Pourquoi, depuis ce fameux incident, avons-nous de la difficulté à nous lever le matin, à faire nos journées et pourquoi n'arrivons-nous plus à dormir la nuit?
Nous ne réalisons pas à quel point la façon dont nous nous décrivons aux autres peut parfois donner une image de nous qui ne correspond pas nécessairement à la réalité ou, du moins, qui n'est pas celle que nous voulons véhiculer.
Pendant des annĂ©es, il m'est arrivĂ© de me coucher le soir avec cette conviction que j'Ă©tais carrĂ©ment en train de passer Ă  cĂŽtĂ© de ma vie. C'Ă©tait un sentiment totalement asphyxiant qui, nĂ©anmoins, avait sa raison d'ĂȘtre puisqu'Ă  chaque fois, il provoquait chez moi un certain regain de motivation.