chef-parti-quebecois

Radio-Canada a appris que l'exécutif national du Parti québécois proposera à ses membres de revoir les règles entourant la
Il fallait bien que l'un des candidats présente la position traditionnelle du Parti québécois à l'égard de son option, soit sa mise en veilleuse au profit de la logique du «bon gouvernement».
Fondamentalement, le Parti québécois a deux routes devant lui: celle du bon gouvernement provincial ou celle de l'indépendance du Québec.
Nous connaissons bien la surprise, le déni, la frustration et la peine que peuvent subir des militants qui voient partir un chef qu'ils ont appris à aimer et à admirer.
Certes, le Parti Québécois a besoin d'un chef. Et vite. Cela dit, il est à espérer que, malgré l'urgence, les candidats qui se lanceront proposeront plus qu'une alternative aux libéraux.
«En tant que fille qui ne lit pas les commentaires, je vous le demande, est-ce que le Julie bashing est déjà commencé?»
Quatre mois après s'être fait refuser par le premier ministre Philippe Couillard la tenue d'un vaste forum économique sur
SAINT-JÉRÔME, Qc - Le député Pierre Karl Péladeau a joué la carte du nationalisme économique et culturel en se présentant
Après Martine Ouellet, Bernard Drainville et Pierre Céré, Alexandre Cloutier deviendra lundi le quatrième aspirant à la succession
Le comité exécutif national du Parti québécois (PQ) rejette la proposition mise de l'avant par les députés Martine Ouellet