HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

caricatures de mahomet

On ne pense pas souvent à notre liberté d'expression. Nous en avons trop l'habitude. Le rappel, un an plus tard, des événements du Charlie Hebdo, est un bon moment pour se rappeler que la liberté d'expression est fragile et qu'il faut, de temps à autre, en prendre conscience et y réfléchir.
Il y a lieu de se questionner sur le fait d'avoir choisi de fabriquer une telle image censurée dans un manuel scolaire.
En tant que femme de culture musulmane, je ne m'abstiendrai pas de tourner en ridicule l'homme qui me considère inférieure à lui à travers sa lecture radicale de la religion. J'ai eu à le faire plusieurs fois, d'ailleurs.
Dans la vidéo, les deux protagonistes refusent de dire qu'ils ont dessiné le Prophète, par peur des représailles. Ces propos
Le recours à la Kalachnikov contre un crayon porte en lui le déni d'une réalité historique, tracée par des philosophes et des penseurs, qui nous montrent que le prophète a bel et bien été dessiné durant des siècles.
Doit-on sacrifier la liberté d'expression au vivre ensemble ? Galilée aurait-il dû renoncer à ses démonstrations pour ne pas heurter la susceptibilité de croyants?
Depuis 15 ans, nul n'a autant porté atteinte à Mohamed que les musulmans eux-mêmes. A plus forte raison les intégristes et les terroristes auto-désignés soldats d'Allah et gladiateurs du prophète.
Si le Prophète Mahomet était parmi nous aujourd'hui, se prononcerait-il seulement sur les événements de Charlie Hebdo? Et si c'était le cas, dirait-il: «Je suis Charlie» ou «Je suis Kouachi et Coulibaly»?
Les colombes se sont tues. Le ciel de l'Occident est gris. Les Lumières sont éteintes. Le «cosmopolitiquement» correct se porte bien. La laïcité est moribonde. Tu dois te battre. On a besoin de toi. Ta plume est un phare. Éclaire les esprits. Mets-toi au travail. Défends tes idées.
Dieu est un mot tabou dans nos sociétés sécularisées. Pour plusieurs, il est synonyme d'obscurantisme et d'aliénation ; il menace la démocratie et brime l'autonomie. On le confond sans cesse avec les religions, qui, devenues suspectes et dépassées, sont souvent réduites à des caricatures, voire aux minorités les plus fanatiques.