HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

budget 2014

Quand le budget de Télé-Québec augmente, qu'on finance une cimenterie, qu'on lance un nouveau programme de rénovation domiciliaire, que les taxes scolaires augmentent, etc., on ne peut pas parler d'austérité. On est trÚs loin d'un budget de coupes et de réduction des dépenses.
Nous ne pouvons plus mettre en place des programmes sociaux comme on construit des chùteaux de sable, c'est-à-dire pour son seul plaisir et sachant que le temps les emportera inexorablement avec la prochaine marée.
Monsieur Leitao, si vous voulez que l'Ă©conomie, que vous tentez de «corriger», entre dans le cƓur du 21e siĂšcle, vous ne pouvez plus passer Ă  cĂŽtĂ© de la crĂ©ation de politiques d'emploi qui fassent une part Ă©quitable aux femmes.
Il serait peut-ĂȘtre temps pour le gouvernement de cesser d'imiter les rednecks pensant que la fonction publique est intĂ©gralement constituĂ©e de gens assoupis sur leur clavier et plutĂŽt prendre quelques secondes Ă  jeter un coup d'oeil aux «bienfaits» de la sous-traitance au QuĂ©bec.
MONTRÉAL - Les agences de notation ne laissent peut-ĂȘtre pas planer le spectre d'une dĂ©cote sur le QuĂ©bec, mais cela n'empĂȘche
On coupe de 20% dans les crédits d'impÎt aux entreprises, en particulier en technologies... Qu'est-il arrivé à l'économie numérique du Québéc aprÚs l'éclatement de la bulle en 2000? Franchement, on n'a pas de mémoire!
Le combat contre le désastre financier du Québec n'est pas réellement commencé. Beaucoup d'excitation, donc, pour rien, autour du budget du Québec présenté le 4 juin 2014.
Le gouvernement n'est aux affaires que depuis six semaines. Ce sont les prochains mois qui rĂ©vĂ©leront ce que le ministre Leitao veut et peut vraiment faire pour augmenter les revenus liĂ©s Ă  l'emploi et rendre l'État quĂ©bĂ©cois plus efficace.
La vérité, c'est que nous avons le choix. Nous avons le choix de maintenir nos services publics en santé et d'assurer la qualité des services à la population et la durabilité de nos infrastructures. La vérité, c'est que ce choix n'a pas été fait.
Le gouvernement coupe les dépenses pour les services publics, hausse les tarifs des garderies et d'électricité, et refuse de considérer de nouvelles sources de revenus équitables et réalistes: l'Union des consommateurs est franchement déçue, mais pas réellement surprise.