HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

anniversaire polytechnique

Depuis 27 ans aujourd'hui, le dĂ©but du mois de dĂ©cembre est marquĂ© par la commĂ©moration de la tuerie de l'École polytechnique
Impossible pour Louis Courville d'oublier la tuerie du 6 décembre 1989. Il y a 25 ans, il dirigeait Polytechnique. Dans un
Alors que le Canada rend hommage aujourd’hui aux 14 femmes tuĂ©es le 6 dĂ©cembre 1989 dans le drame de l’école Polytechnique
6 décembre 1989, 6 décembre 2014. 25 ans aprÚs la tragédie de Polytechnique, le Huffington Post Québec a invité ses blogueurs
Je sais qu'aujourd'hui, les médias traditionnels et sociaux ne parleront que de Polytechnique. Avec raison. Je vais donc vous parler de mon 6 décembre 1989.
J'avais 9 ans le matin du 7 dĂ©cembre 1989, au lendemain de la tragĂ©die de Polytechnique. La tĂ©lĂ© diffusait en boucle des images du drame. Mon drame Ă  moi, dans ma tĂȘte de ti-cul de neuf ans, se jouait dans la cuisine.
Beaucoup de chemin a été parcouru en 25 ans. De nouvelles lois et politiques promouvant l'égalité entre les femmes et les hommes ont été adoptées. Malgré cela, il est difficile de célébrer.
Cela fait 25 ans. 25 ans que l'on occulte, moins, mais encore trop souvent, le caractÚre spécifiquement misogyne de cette tragédie. Je ne comprends pas. Reconnaßtre et nommer la violence à l'égard des femmes n'est ni féministe ni antiféministe, c'est un acte de civisme, de lucidité et d'humanisme.
Cette tuerie qui a fait le tour du monde, nous en gardons tous un souvenir douloureux. Mais au-delĂ  du devoir de mĂ©moire, oĂč en sommes-nous aujourd'hui en matiĂšre de condition fĂ©minine?
Nous soulignons la JournĂ©e nationale de commĂ©moration contre la violence faite aux femmes en mĂ©moire du meurtre de 14 jeunes femmes survenu Ă  l'École Polytechnique de MontrĂ©al, le 6 dĂ©cembre 1989. Ce geste de violence sexiste a poussĂ© notre sociĂ©tĂ© Ă  dĂ©noncer le phĂ©nomĂšne de la violence envers les femmes.