adrien pouliot

«Je pense que le Québec mérite d’avoir une option à droite du centre», estime son chef Adrien Pouliot.
L'opinion d'Adrien Pouliot au sujet du projet de loi 106 nous ramène au 19e siècle, au temps où la Loi sur les mines a été adoptée. Le dernier premier ministre conservateur au Québec, c'est Edmund James Flynn ; cette espèce a disparu de l'Assemblée nationale en 1897.
Peut-être qu'on vit au-dessus de nos moyens, mais nos moyens ne sont pas aussi élevés qu'ils devraient l'être, avec tout cet argent qui nous glisse entre les doigts.
L'accord est en effet truffé de mots roucoulants qui n'ont pas de dents. Ainsi, le texte adopté par la convention des pays participants «prie», «invite», «reconnaît», «renouvelle son appel», «se félicite», «prend note», «note avec préoccupation», «demande» et «recommande».
Une seule chose me semble une vérité incontournable: le chef du Parti conservateur du Québec ne sera jamais qualifié pour diriger un gouvernement, parce qu'il ne saisit pas la différence entre une entreprise privée et un État.
Quelle semaine bizarre nous avons vécu sur la scène politique! Je ne sais pas si le décès de Jacques Parizeau y est pour quelque chose (peut-être tire-t-il des ficelles de Là-haut), mais nous avons été témoins de plusieurs événements des plus étranges.
Le discours triomphal de Pierre Karl Péladeau laisse entrevoir le genre de stratégie de communication qu'il pourrait adopter pour tenter de berner les électeurs à «faire du Québec un pays».
Les électeurs de Chauveau et Jean-Talon se donneront bientôt une nouvelle députée ou un nouveau député. Le gouvernement Couillard demeurera majoritaire, mais les électeurs de ces deux comtés - en arrêtant leur choix sur un candidat autre que libéral - auraient la satisfaction de ne pas envoyer deux autres pions à l'Assemblée nationale.
LÉVIS - Il aime les PPP et veut "subventionner les parents" plutôt que les écoles et les garderies. Résolument à droite, Adrien