HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

accomodements raisonnables

Encore et encore, quand on parle de religion au Québec, ce sont les musulmans qui sont les vedettes. C'est bien qu'on critique les religions, mais il faut bien comprendre que ce sont des humains qui sont touchés profondément dans leur dignité, dans leur croyance, dans leur estime de soi.
Une seule plainte a suffi pour que la direction de l'hÎpital Saint-Sacrement à Québec plie les genoux et retire le crucifix installé dans son hall d'entrée depuis 90 ans.
Il est urgent de rouvrir le rapport Bouchard-Taylor pour le compléter et l'ajuster afin de pondre les modalités qui nous guideront dans les actions à prendre dÚs maintenant pour éviter les vicissitudes du «vivre cÎte à cÎte».
C'était à l'époque la crise des accommodements raisonnables. Les écoles hassidiques, le kirpan des sikhs, les vitres givrées d'un YMCA, la réglementation d'Hérouxville, le voile, le racisme, la xénophobie, autant de sujets qui faisaient la Une des médias et l'exacerbaient tout un peuple
Pour calmer le jeu, un mois plus tard, le premier ministre Jean Charest met sur pied la Commission de consultation sur les
AprÚs avoir interdit les plats cuisinés à base de porc pour un pique-nique entre élÚves, l'école secondaire Jean-Baptiste
Laissons-les se promener sur nos plages avec leurs burkinis, leurs bĂ©rets blancs et leurs tuyaux de poĂȘle sur la tĂȘte s'ils le veulent. Cela ne doit susciter tout au plus que notre indiffĂ©rence teintĂ©e d'un peu de cynisme bon enfant.
On n'était pas trÚs loin, parfois, de laisser entendre que les Québécois étaient le déshonneur du Canada parce qu'ils voulaient ressembler à ces xénophobes de Français...
Des fonds publics ont servi Ă  dĂ©montrer qu'un foulard de pirate et une passoire Ă  spaghettis ne peuvent pas ĂȘtre considĂ©rĂ©s
La laïcité principalement basée sur l'interdiction des signes religieux dans les institutions publiques n'a plus d'avenir au Québec.