HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

accepter son corps

Courir rĂ©guliĂšrement des marathons et avoir de la cellulite, oui, c'est possible, et il faut arrĂȘter de se focaliser lĂ -dessus
Elle a le corps recouvert de cicatrices. Une explosion de gaz lui a brûlé 85% de la surface de sa peau lorsqu'elle était
Elle a le corps recouvert de cicatrices. Une explosion de gaz lui a brûlé 85 % de la surface de sa peau lorsqu'elle était
"J'ai reçu tellement de haine à la suite de cette photo mais la voici encore." 100% moi en vrai! Certains jours, je n'aime
Oui; vieillir est devenu laid. On veut des seins rebondissants Ă  40 ans, une bouche pulpeuse Ă  50, une peau de pĂȘche Ă©ternellement, on veut ressembler Ă  Marie Mai pour l'Ă©ternitĂ©. Je ne vois pas d'autres raisons pour lesquelles les femmes ont recours Ă  la chirurgie et au botox...
Soit diffĂ©rente ma belle. Sois toi-mĂȘme dans un monde qui veut que tu sois dans un moule. Trouve ta place et garde-la. Bats-toi pour la garder, mĂȘme si les autres essayeront de te changer. Surtout, surtout, sois ouverte aux autres et amĂšne-les Ă  ĂȘtre ouverts.
Un soir que je n'arrivais pas à m'endormir, j'ai décidé que j'allais devenir maigre. DÚs le lendemain matin, je me suis mise au travail, et j'ai converti mon amour propre en une série de chiffres concrets que je pouvais maßtriser. J'ai fait une liste des graisses et des calories que j'ingurgitais, et reporté méthodiquement dans un carnet à spirales jusqu'à la moindre miette.
Remettez donc l'apparence physique à sa juste place et privilégiez la mise en oeuvre de comportements en accord avec vos vraies valeurs. Votre vie sera ainsi plus épanouissante.
Je m'excuse pour toutes les fois oĂč je t'ai dit que tu Ă©tais moche et que personne ne voudrait ĂȘtre avec moi Ă  cause de toi ; je suis dĂ©solĂ©e de t'avoir affamĂ© dans ces moments-lĂ  et je m'excuse de m'ĂȘtre rendue malade les autres fois.
J'ai longtemps voulu ĂȘtre normale, ĂȘtre comme les autres. Comme tout le monde. Enfant, je me rappelle avoir eu des prĂ©occupations gĂ©nĂ©ralement rĂ©servĂ©es aux ados, voire aux adultes. J'enviais l'insouciance de mes camarades de classe, leur lĂ©gĂšretĂ©. Aussi, j'Ă©tais grande. Anormalement grande et dĂ©veloppĂ©e. L'apparence physique joue bien souvent des tours : ainsi, on s'adressait Ă  moi comme si j'Ă©tais une ado, on avait des attentes et exigences plus Ă©levĂ©es pour moi que pour les autres enfants de mon Ăąge. Parce que je ne faisais pas mon Ăąge.