LES BLOGUES
01/03/2018 09:00 EST | Actualisé 01/03/2018 09:00 EST

La réalité des soins infirmiers

Comme les militaires, les infirmières sont une force, la pierre angulaire de la ligne de front de notre système de santé.

Getty Images/iStockphoto

Le HuffPost Québec laisse la parole aux travailleurs en santé, visitez notre projet Diagnostic du système de santé pour découvrir leurs témoignages, leurs idées et leurs défis.

Les sorties sur Facebook de mes collègues nous rappellent tous que parfois, les attentes en entrant dans la profession d'infirmier et la pratique des soins infirmiers au Québec ne se ressemblent pas. Surtout en ce qui concerne les quarts de travail, la complexité humaine et les nombreux sacrifices personnels pour soutenir l'homéostasie, le confort et la dignité d'autrui. Comme les militaires, les infirmières sont une force, la pierre angulaire de la ligne de front de notre système de santé.

J'ai été un infirmier de chevet, j'ai été responsable d'un étage hospitalier avec jusqu'à 24 patients et j'ai appelé mes collègues infirmières en les suppliant de faire des heures supplémentaires. Cela étant dit, on ne peut jamais prédire ce qui se passera dans un hôpital. Que feraient ces mêmes infirmières et infirmiers s'ils étaient responsables d'un étage et que la moitié de leur personnel a appelé malade pour leurs quarts de travail? Que feraient-ils si deux patients sur leurs étages sont soudainement gravement malades et nécessitaient plus de soins? Quelqu'un doit prendre soin des patients. Les trous doivent être bouchés et des sacrifices doivent être faits, c'est la nature de la profession.

Comme les soldats, si les infirmiers et infirmières veulent survivre dans leur profession, ils doivent travailler en équipe même lorsqu'un ou plusieurs d'entre eux sont blessés.

Un matin, ma patronne m'a envoyé un courriel me demandant de venir pour un quart de travail supplémentaire. Sa raison: deux infirmières sont malades et une autre est en vacances. Elle m'a offert un jour de congé à l'avenir. J'ai dit «bien sûr, pourquoi pas». Quand je suis arrivé au travail, elle s'occupait des patients et continuait à le faire même après mon arrivée. C'est ce qu'on appelle le travail d'équipe. Comme les soldats, si les infirmiers et infirmières veulent survivre dans leur profession, ils doivent travailler en équipe même lorsqu'un ou plusieurs d'entre eux sont blessés.

À tous les infirmiers qui envisagent de critiquer leurs conditions de travail sur Internet, je dis: «Oui, nos gestionnaires doivent nous donner plus de respect, mais même avec le meilleur patron, dans les meilleures conditions de travail, nous devons nous adapter aux conditions de notre profession. Si l'état d'un patient se détériore soudainement et que ce dernier a besoin de soins individuels, nous devons prendre plus de patients afin qu'une infirmière puisse sauver la vie de ce patient. Si une de nos collègues doit rester chez elle pour soigner son enfant malade, nous devons souvent prendre ses patients s'il n'y a pas de remplacement disponible, le public a besoin de nous.»

Je demande à tous les étudiants qui envisagent d'entrer dans la profession infirmière: 1) Aimez-vous les gens? 2) Êtes-vous passionné? 3) Êtes-vous prêt à vous sacrifier et à consacrer votre temps pour soigner les autres? 4) Êtes-vous prêt à travailler en équipe? 5) Êtes-vous prêt à sauver des vies?

Sinon, ne devenez pas infirmiers.

Galerie photoLes billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images