Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
Les blogues

Les Saoudiens pourraient fêter Noël. Oui!

Pendant mes recherches universitaires, j'ai particulièrement étudié le Livre de la Genèse. Soudainement, une révélation. Que diable la famille royale d'Arabie Saoudite fait-elle dans la Bible? Il y a de quoi étonner le commun des lecteurs: les Saoudiens peuvent se targuer d'une généalogie biblique extrêmement prestigieuse, qu'on retrouve exposée dans le Livre de la Genèse.

Christmas time is in the air again... L'incroyable tessiture de Mariah Carey défilant en fond sonore, je relis tranquillement la Bible en cette période de Noël. Pendant mes recherches universitaires, j'ai particulièrement étudié le Livre de la Genèse. Pourtant, j'y ai raté quelque chose. Soudainement, je suis pris d'une révélation. Que diable la famille royale d'Arabie Saoudite fait-elle dans la Bible ? Il y a de quoi étonner le commun des lecteurs : les Saoudiens peuvent se targuer d'une généalogie biblique extrêmement prestigieuse, qu'on retrouve exposée dans la Genèse.

Je savais depuis longtemps que la dynastie Al-Saoud était originaire d'une vieille tribu arabe, appelée BanuHanifah. Cette tribu est un sous-groupe de la tribu-mère al-Rabiah. Mais il m'avait échappé que le Patriarche d'Al-Rabiah apparaissait au verset 13 du chapitre 25 de la Genèse : « Voici la lignée d'Ismaël, fils d'Abraham, celui que l'Égyptienne Agar, la servante de Sara, avait donné à Abraham. Voici le nom des fils d'Ismaël, leur nom en fonction de leur lignée: Nebajoth, son fils aîné, Kédar... ». Ce patriarche, c'est donc Kedar, un personnage mythique que la Bible a fait passer à la postérité.

Le père de Kédar, dixit la Bible, est Ismaël, qui est lui-même le fils aîné d'Abraham que ce dernier a eu avec Agar, une Égyptienne parente de Pharaon. Ismaël est l'ancêtre originel des Nord-Arabiques et ses fils et petit-fils sont les patriarches des tribus nord arabiques qui se sont constituées à leur suite.

Cette généalogie biblique peut paraître compliquée et dépassée. En fait, c'est très facile : cela signifie tout simplement que la famille royale saoudienne est la descendante directe d'un personnage de la Bible, dont le père n'était nul autre que le fils d'Abraham, le premier des patriarches, avec une Égyptienne parente de Pharaon. Il est clair que vous porterez maintenant un regard bien différent sur les Saoudiens. Abraham et Pharaon comme ancêtres reconnus par la Bible, c'est plutôt très classe!

Qui peut en effet se targuer d'une telle origine, à l'exception notable des grandes familles hébraïques? Cette histoire biblique ancrée dans un passé plurimillénaire donne pâle figure à la Reine d'Angleterre. À côté des Al-Saoud, elle ferait presque vilain torchon.

On ignore souvent, également, que la tribu à laquelle appartient la famille royale d'Arabie Saoudite était un des tout premiers groupes humains chrétiens de l'Histoire.

Au IIIe siècle, déjà, les Banu Hanifah étaient convertis au christianisme qu'ils ont ardemment prêché dans tout le centre de l'Arabie, une terre nestorienne, du nom de ce courant chrétien qu'on retrouve aujourd'hui en Irak dans l'Église assyrienne. D'ailleurs, un des plus vieux édifices chrétiens du monde se trouve en Arabie Saoudite, dans la ville côtière de Jbeil, à l'est du pays. Cette église qui date du IVe siècle est plus ancienne qu'aucune autre en Europe.

Il faut ajouter à cela que les Banu Hanifah, qui ont fondé la vieille ville de Riyad, l'actuelle capitale du Royaume d'Arabie saoudite, où se trouve certainement enfouie sous les sables une immense église du IIIe ou IVe siècle qu'on pourrait découvrir dans les années à venir, sont devenus chrétiens bien avant l'Empereur Constantin, dont la conversion a fait basculer l'Occident latin dans le christianisme, cette religion orientale qui s'est constituée dans les déserts monacaux des confins syroarabiques et mésopotamiens.

En poussant le sarcasme un peu plus loin, humour anglais disons (après avoir rendu un bel hommage à la Reine d'Angleterre), quoi de plus naturel après qu'ils ont donné leur ancienne religion, le christianisme, à l'Occident, que les Saoudiens lui apportent aujourd'hui leur nouvelle religion, l'islam?

Mais la vraie question est celle-ci : Trump défiera-t-il la Bible en interdisant l'entrée en Amérique à un petit-fils de Kédar, dont le père, Ismaël, a été entendu et exaucé par Dieu lui-même, comme on le retrouve exposé à partir des versets 17 à 22, au 21e chapitre de la Genèse. En rappelant que l'Ismaël biblique, c'est étymologiquement : Dieu l'a entendu (sous entendu qu'Il lui a répondu).

Oui, les Saoudiens auraient de quoi fêter Noël. La Bible les célèbre pour les siècles des siècles. En cadeau, nous pourrions enfin changer notre regard sur eux, dont nous méconnaissons tant l'Histoire qui est pourtant si proche de la nôtre. Sûrement y a-t-il ici matière aux bases d'une coopération nouvelle, et fraternelle.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

25 des plus beaux sapins de Noël à travers le monde

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.