LES BLOGUES
16/12/2016 10:24 EST | Actualisé 16/12/2016 10:37 EST

Un animal sous le sapin... pour une nuit ou pour la vie?

Le temps des Fêtes est à nos portes. Nous cherchons tous le cadeau parfait pour notre conjointe, pour nos enfants, pour nos amis. Plusieurs d'entre nous acquiesceront pour la mauvaise idée d'acheter un chiot ou un chaton pour la joie tout particulièrement de nos tout-petits.

Pour certains animaux où les adoptants ont longuement réfléchis, ça sera le début d'une belle et nouvelle aventure, dans une famille pour la vie. Pour la majorité d'entre eux, cette nouvelle aventure se terminera aussitôt qu'elle aura débuté.

La plupart de gens qui aiment les animaux savent que l'animal n'est pas un produit de consommation. Alors, pourquoi offrir celui-ci en cadeau sous le sapin ? Comme en d'autres périodes de l'année où les animaux sont offerts en cadeaux, il s'agit d'opter pour une adoption responsable, ce que beaucoup d'entre nous ne font pas.

Une adoption devrait être pour la vie n'est-ce pas ? Il semble que le message ne passe pas. Peu importe notre façon de le dire, de le crier, nous le répétons pourtant sans relâche.

J'ai été élevé avec des animaux, et mes parents m'ont appris le respect de ceux-ci. Il allait de soi que je transmets la même éducation à mes enfants. Le respect de la vie humaine, petite ou grande, sous toutes ses formes.

Quels sont donc les motifs du désistement soudain envers notre chaton ou notre chiot après Noël ? N'avions-nous pas réfléchi à l'instant où nous avons choisi d'acheter ou d'adopter cet animal pour l'offrir en cadeau ?

Il faut dire que les publicités n'aident forcément pas à notre réflexion à adopter de façon responsable. Un chaton ou un chiot apparaissant dans une publicité de Noël, avec les lumières du sapin ou de gros flocons blancs de ouate, c'est toujours très vendeur. En cette période de l'année, notre cœur risque assurément de nous jouer un vilain tour.

Peut-être que le temps des Fêtes est aussi un temps plus émotif pour la majorité d'entre nous ? Est-ce vraiment un facteur pour succomber ? Le message véhiculé de la société est bien d'ouvrir notre cœur en cette période, d'être généreux, de donner une seconde chance, non ? Alors, pourquoi ne pas le faire en adoptant un animal ?

À quoi ne réfléchissons nous pas ?

Un chat ou un chien vit en moyenne plus de 10 ans. Sommes-nous réellement prêts à offrir un toit pour les 10 prochaines années de vie (et souvent plus) malgré les déménagements, nouveaux conjoints, grossesses, changements de carrières ? Serez-vous prêts et aptes d'offrir réellement une maison pour le reste de leur vie ?

Un animal demande aussi du temps. Avez-vous le temps nécessaire pour procurer à votre futur chien une promenade par jour ? Trouverez-vous le temps nécessaire pour allier famille, travail, ménage, cuisine, courses, vacances ou autre avec les besoins de votre animal ? Si vous comptez sur l'effervescence du moment et l'effet de surprise de vos enfants pour vous aider, vous serez surpris d'apprendre ceci : dans 70 % des foyers québécois possédant un chien, ce sont les parents qui s'occupent de celui-ci. Il se pourrait donc fortement que vous perdiez votre pari, si celui-ci est de tenter de responsabiliser vos enfants avec l'adoption d'un animal.

La majeure partie d'entre nous sous-estiment grandement l'investissement financier de l'adoption d'un nouveau compagnon. Avez-vous la capacité financière en l'adoptant pour payer ses vaccins de base, sa stérilisation, son traitement antipuces et peut-être sa micropuce ? Avez-vous suffisamment de revenus pour le nourrir avec de la nourriture de qualité, le stimuler, le faire toiletter, lui faire visiter le vétérinaire pour son examen annuel ? On ajoute à cette addition qu'un compagnon est un être vivant. Donc, il est assuré qu'un jour ou l'autre, vous devrez payer des soins vétérinaires en urgence. Eh oui, un animal peut aussi être malade !

De plus, il faut se poser la question. Que transmettez-vous réellement comme message à vos tout- petits en lui offrant un animal en cadeau de Noël ? Passez-vous celui de l'adoption responsable et réfléchie, ou celui d'un coup de tête, du genre, je n'ai pas pu m'en empêcher, il était trop mignon ! Si vous donnez le message qu'un animal soit un objet, comme un cadeau dans une boite sous le sapin, comme un jouet que l'on ne souhaite plus après quelques jours, ou quelques mois, il y a bien des chances que vos enfants continuent la chaine par la suite.

Pourquoi ne pas opter pour diffuser le message inverse ? Celui de l'adoption responsable ? Oui, il y a des chatons et des chiots qui seront réellement choisis et adopter pour la vie même en étant offert sous le sapin....Et surtout, n'oublions pas également que tout chaton et chiot deviendront grands assez rapidement !

Vos enfants aiment et sont sensibles aux animaux ? C'est une excellente nouvelle, mais pas une excellente raison pour en acheter ou en adopter un !

Si le temps des Fêtes est propice à être généreux de notre temps, pourquoi ne pas offrir à nos jeunes de donner de leur temps dans un refuge, et de prendre soin de quelqu'un des pensionnaires ? Cette approche pourrait les conscientiser aux soins qu'exige un animal. De plus en plus de refuges optent également pour que les petits bénévoles puissent faire la lecture aux pensionnaires, ou prennent simplement quelques minutes pour jouer avec un compagnon canin. Pourquoi pas ? Les jeunes sont de petites éponges à nos messages, pourquoi ne pas les aider à cultiver ce respect des animaux ?

J'ai toujours cru que j'étais responsable de ce que j'apprivoisais. Je considère que mes animaux sont avant tout mes amis, mes confidents, jusqu'à un certain point mes points de repère, et même pour certains d'entre eux, des mentors. Bien sûr, j'ai créé avec tous mes compagnons un attachement. N'est-ce pas le but d'une relation, d'un attachement, d'une complicité affective et même d'amour ? Je crois également que nous n'avons pas tous la conçois la même vision d'une relation humain-animal. Par contre, en tant qu'individu ou société, il est plus que temps que nous réfléchissions à ce que veut dire adopter. Est-ce un privilège ou un objet que nous nous tannons rapidement ? Selon la loi, il semble pourtant qu'un animal n'est plus un objet. Est-ce que cette loi reflète bien nos comportements ?

En terminant, je me remémore constamment la belle petite phrase si sage de Saint-Exupéry : « Je suis responsable de ce que j'apprivoise. » Serons-nous assez responsables à ce Noël 2016 pour dire... nous adopterons de façon responsable ou pas du tout ?

À voir également:

Galerie photoLe vrai quotidien des chiens et de leurs maîtres raconté en dessins Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter