LES BLOGUES
18/10/2015 09:09 EDT | Actualisé 18/10/2016 05:12 EDT

L'isoloir fédéral et le voile islamique: des élections «niqabées»!

Ne soyons pas instrumentalisables par une infime minorité composée d'islamistes et d'islamophobes et votons, plutôt, pour des projets de société.

Lundi prochain se déroulent les élections fédérales au Canada et le débat sur l'islam a occupé la part du lion durant la campagne. Ce qui intéresse les islamistes lors de ces élections est principalement, voire uniquement, la question de l'islamophobie qui revient à tambour battant à cause du niqab. Oui, il y a des islamophobes au Canada comme partout dans le monde. Mais on oublie aussi que dans la communauté musulmane il y a des islamistes « occidentalophobes » et « sécularophobes ».

Aux élections provinciales au Québec, ils votent massivement pour les libéraux contre le Parti québécois dit laïciste, mais aussi contre Québec solidaire qui est plus à gauche.

Aux élections fédérales, ils ne voteront ni pour le Bloc québécois, car indépendantiste ni pour les conservateurs, car trop pro-juifs et trop « sécuritaristes » et contre le port du niqab (pas le hidjab) lors du serment de citoyenneté ni pour le parti libéral - pour la même dernière raison ni pour les verts, mais pour le NPD, qui est autodéclaré « le plus à gauche » parmi les trois grands partis fédéralistes et pas pour cette raison politique de gauche, mais juste parce qu'il permet de porter le niqab pendant cette cérémonie de citoyenneté.

Ce qui intéresse les islamistes « occidentalophobes » et « sécularophobes », ce ne sont ni les droits nationaux du Québec ni les droits sociaux- économiques des classes inférieures et moyennes des Québécois et des Canadiens, mais principalement leur propre représentation des droits communautaires religieux les plus stricts et les plus formels des musulmans.

La communauté musulmane se trouve ainsi entre le marteau et l'enclume: entre l'islamophobie et l'occidentalophobie-sécularophobie au point de devenir schizophrène. Et certains laïcs arabes et musulmans ne font que verser de l'huile sur le feu en ne posant le problème de la laïcité qu'au Québec - en visant les laïcistes nationalistes - et en l'ignorant pour le reste du Canada - pour le bonheur du multiculturalisme, sans parler du monde musulman envers qui ils se taisent quand il s'agit de revendiquer la sécularisation et la laïcité!

Le résultat est horrible à cause de ces islamistes « occidentalophobes- sécularophobes » : beaucoup de Québécois et des gens simples des classes pauvres et moyennes du reste du Canada voient dans les musulmans des gens qui ne cherchent que leurs bien-être communautaro-religieux, car ils votent contre les aspirations nationales et sociales québécoises - en votant pour les libéraux au Québec - et votent NPD au niveau fédéral juste pour des raisons religieuses et non par convictions sociales-démocrates et, pire, votent islamistes dans leurs pays d'origine quand l'occasion se présente, car là ils sont plus conservateurs que les conservateurs canadiens et contre les libéraux, les nationalistes, la gauche, la sécularisation et la laïcité et soutiennent même des régimes où il n'y a ni constitution ni séparation de pouvoirs ni élections ni partis politiques comme dans le cas des régimes qatari et saoudien.

Si les Québécois et les Canadiens arrivent à résoudre la question de la laïcité en s'accordant une fois pour toutes sur son sens démocratique et humaniste, les islamistes n'auront plus aucun effet sur la démocratie, car la majorité absolue des musulmans ne sont pas venus au Québec et au Canada pour représenter l'islam ou pour faire de la prédication religieuse, mais pour y vivre dignement et librement en tant que citoyens québécois et/ou canadiens.

Je ne prétends pas que ce que je propose soit la solution la plus juste du problème bien que cela traduise ma conviction personnelle la plus intime. Mais je pense que si la classe politique québécoise et canadienne se met d'accord sur une position commune, les islamistes verront leur influence sur les musulmans et sur les citoyens canadiens s'affaiblir et ces derniers auront la possibilité de choisir leurs élus non en fonction de leurs avis à propos du hidjab ou du niqab, mais à propos de questions plus fondamentales concernant la politique, l'économie, la société et la démocratie. Malheureusement, je sens que la question du voile et du niqab aide les islamistes à instrumentaliser la religion islamique pour des fins politiques et les partis politiques canadiens à instrumentaliser la laïcité pour des fins électoralistes !

Je suis personnellement contre le hidjab et le niqab. Je les considère comme signes de sexisme discriminatoire envers les femmes et des moyens de contrôle politico-religieux de leurs corps. Ma femme ne porte aucun des deux et je ferai tout mon possible pour convaincre ma fille de ne jamais les porter. Mais en tant que démocrate, je suis contre le fait d'obliger une femme de porter le voile (hidjab ou niqab ou autre) et contre le fait de l'obliger à ne pas le porter. C'est un choix personnel tant qu'il ne constitue pas une atteinte aux droits et libertés d'autrui et ne contribue pas à nuire à la sécurité publique. Un état démocratique est censé garantir aux femmes la liberté de croyance et de pratique religieuses, la libre disposition de leurs corps et l'égalité hommes-femmes en même temps.

Si, par exemple, on se met d'accord et « définitivement » sur la permission du hidjab dans l'espace public et la fonction publique - car l'obligation de son port est une des interprétations possibles du coran et peut donc entrer dans le cadre de la liberté de croyance et de pratique religieuse - et du niqab, mais uniquement dans l'espace public avec des mesures sécuritaires de base pour conjurer les risques terroristes- ce type de voile est étranger à l'interprétation de la majorité écrasante des musulmans et musulmanes des obligations vestimentaires de la femme musulmane et a son origine dans des traditions tribales et des interprétations excessivement antiféministes de la religion islamique - tout en insistant sur les droits et libertés des femmes et leur égalité avec les hommes, les islamistes verront leurs femmes quitter le foyer sexiste et traitées en égales avec toutes les femmes et tous les hommes canadiens et perdront petit à petit leur influence et leur capacité à manipuler les musulmans et les musulmanes et à influencer les candidats et les électeurs québécois et canadiens.

Les fédéralistes canadiens ne semblent pas savoir que les islamistes ne sont pas des fédéralistes! Ce sont les nationalistes québécois qui, semble-t-il, ont poussé vers cette conclusion. En fait, les islamistes ne se préoccupent ni du nationalisme québécois ni du fédéralisme canadien, c'est un débat qui ne les concerne pas. Au fond, ils rêvent d'affaiblir le Québec et le Canada : ils seront contents si le Québec et le Canada se subdivisent en mille morceaux et ne pensent qu'à l'unification et qu'au renforcement de la nation islamique dite « oumma islamique ». Les musulmans, eux, peuvent avoir des avis différents à propos de la question nationale québécoise et de la question fédérale canadienne comme tous les autres citoyens québécois et canadiens appartenant aux autres religions, mais c'est un autre débat!

Si, donc, les partis fédéralistes adoptent la même position envers le hidjab et le niqab, et font de même pour le sens qu'ils donnent à la liberté de croyance et de pratiques religieuses et de l'égalité entre les sexes dans le cadre d'une laïcité démocratique et humaniste au Québec et au Canada, les choses peuvent commencer à changer. Mais, malheureusement, dès qu'on voit que les positions politiques des partis nationalistes et fédéralistes envers les régimes saoudiens et les autres régimes des pays du pétrodollar, la majorité des simples musulmans et citoyens québécois et canadiens sentent que la question n'est point une question de principes de démocratie et de laïcité, mais plutôt une question d'intérêts. Ces intérêts, malheureusement, encore une autre fois, coïncident parfaitement avec ce que veulent les islamistes en général et, en ce moment, les néo-fondamentalistes partisans du niqab intégral en particulier. Et certains laïcs arabes et musulmans vont dans le même sens, car ils ciblent uniquement l'islamophobie, qui existe effectivement au Québec et au Canada, mais marginale comme l'est l'islamisme radical dans la province et le pays tout entier, et oublient « l'occidentalophobie » et la « sécularophobie » des islamistes - et surtout des ultra-radicaux néo-fondamentalistes qui sont plus conservateurs que les conservateurs canadiens qui, ces derniers, sont des conservateurs modernes qui œuvrent dans le cadre de la démocratie moderne et respectent ses règles de jeu.

Le débat politique entre le nationalisme québécois et le fédéralisme canadien, d'une part, et entre les politiciens fédéralistes canadiens eux-mêmes, d'autre part, est un débat démocratique alors que le débat avec l'islamophobie et l'islamisme est un débat avec deux forces antidémocratiques qui ne font qu'utiliser l'espace de la liberté démocratique et instrumentaliser la religion islamique et la laïcité pour réaliser des objectifs politiques qui n'ont rien à voir ni avec les intérêts nationaux du Québec ni avec les intérêts de la fédération canadienne. Malheureusement, et ce sont les Québécois et les Canadiens qui ne luttent pas contre les islamophobes et les musulmans qui ne luttent pas contre l'islamisme dans la communauté musulmane qui donnent la possibilité aux islamophobes et aux islamistes de peser sur la vie politique nationale québécoise et fédérale canadienne. Et là, ce sont l'islamophobie et « l'occidentalophobie » qui se rendent service contre les intérêts des musulmans et des Québécois et Canadiens : d'une part une diabolisation d'une religion et d'une communauté islamiques et d'autre part une diabolisation de l'occident et de la laïcité.

À certains nationalistes québécois je dis : ne cherchez pas le diable dans un autre Dieu musulman par un laïcisme pur et dur.

À certains fédéralistes canadiens je dis : ne cherchez pas Dieu dans un autre diable islamiste par un multiculturalisme mou et flasque.

Aux musulmans québécois et canadiens je dis : soyez citoyens musulmans et démocrates nationalistes ou fédéralistes et luttez contre l'islamisme anti-québécois, anti-canadien et anti-démocrate.

À nous tous je dis : on a encore le temps pour repenser notre projet démocratique sur la base de la citoyenneté humaniste pour toutes et tous afin d'éviter au Québec et au Canada les problèmes d'intégration que connaissent d'autres pays occidentaux et qui ne servent que les intérêts des islamophobes nationalistes et/ou fédéralistes et des « occidentalophobes-sécularophobes » islamistes.

Ne votons pas uniquement ou principalement en fonction de la position des partis envers le niqab. Ne soyons pas instrumentalisés par une infime minorité composée d'islamistes et d'islamophobes et votons, plutôt, pour des projets de société.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Le vote à visage couvert en IMAGES Voyez les images

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!