LES BLOGUES
15/05/2013 03:12 EDT | Actualisé 15/07/2013 05:12 EDT

<i>Pour le meilleur et pour le pire</i>: subtilité, charme et sincérité...

Courtoisie

D'origine anglaise, Philip (Pierce Brosnan), la cinquantaine élégante, s'est établi au Danemark où il vit seul depuis qu'il a perdu sa femme. De son côté, Ida (Tryne Dyrholm), coiffeuse danoise, se remet progressivement de sa chimiothérapie pendant que son mari la trompe avec une femme plus jeune, une bécasse à faire pleurer. Les trajectoires de ces deux êtres malmenés par la vie vont se croiser en Italie, à l'occasion du mariage de Patrick, le fils de Philip, et d'Astrid, la fille d'Ida...

Produite par Lars Von Trier, cette comédie romantique de Susanne Bier s'inscrit dans la cinématographie très hétéroclite de cette scénariste et réalisatrice danoise. Née de parents juifs en 1960, Susanne Bier étudie les arts appliqués à l'école Bezalel de Jérusalem, puis l'architecture à Londres, avant d'entrer à l'école nationale de Cinéma au Danemark. Elle alterne les genres, passant de la comédie familiale avec Affaires de famille en 93, au thriller avec Sekten en 97. Très vite, sa notoriété devient internationale avec Brothers en 2004, et elle conquiert le public américain l'année suivante avec After the Wedding qui reçoit l'Oscar du meilleur film étranger. En 2011, elle remporte l'Oscar et le Golden Globe du meilleur film étranger pour Revenge.

Peu importent les thèmes qu'aborde Susanne Bier, que ce soit la maladie ou la trahison, elle impose avec habileté à ses acteurs des comportements inattendus: Pierce Brosnan, l'homme riche désabusé qui tourne le dos à la vie, face à Tryne Dyrholm, la coiffeuse survivante du cancer, éblouie par la magnificence de la côte Amalfitaine où l'on cueille des citrons gros comme des oranges et où l'on peut se baigner nue, le crâne rasé, dans la Méditerranée.


Chez la cinéaste, Susanne Bier, le savoir-faire est dans l'audace d'aller chercher la sincérité profonde de situations douloureuses chez ses personnages, à un moment déterminant, comme lors d'un mariage, même s'il ne s'agit pas de l'événement principal. Dans ce film, il y a beaucoup de promenades, des silences, où tous s'éparpillent autour de la maison familiale pour réfléchir, alors que la seule personne qui se lance dans une nouvelle activité, tentant de vivre à fond, c'est Ida, la femme trompée - quelle importance! - qui se jette dans l'eau à corps perdu, s'arrachant perruque et vêtements, ce qui s'inscrira comme son premier geste libérateur. Et on ne voit qu'elle, Ida, qui irradie l'écran grâce à sa force et à sa beauté sculpturale, tout au long de ce film au charme subtil et profond.

Pour le meilleur et pour le pire prendra l'affiche au Québec le 24 mai prochain.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photoLes 10 blockbusters de l'été Voyez les images