LES BLOGUES
28/12/2013 06:36 EST | Actualisé 27/02/2014 05:12 EST

«20 ans d'écart», un film de David Moreau

Synopsis

Alice Lantins (Virginie Efira) a 38 ans. Belle et ambitieuse, elle a tout pour devenir la prochaine rédactrice en chef du magazine Rebelle, sauf qu'elle a l'image et l'allure d'une femme coincée, complètement psychorigide.

Lorsque le jeune et craquant Balthazar (Pierre Niney), à peine 20 ans, va croiser le chemin d'Alice, le regard de ses collègues va irrémédiablement changer. Réalisant qu'elle détient la clef de sa promotion, Alice va feindre la comédie d'une improbable idylle.

Thème

Jusqu'à récemment, le thème de la différence d'âge en amour avait été peu exploité, mais après Adore d'Anne Fontaine, Les Beaux Jours de Marion Vernoux, on voit arriver 20 ans d'écart, une comédie romantique, pétillante et déjantée, qui se déroule dans le milieu de la mode. L'histoire part sur la différence d'âge entre les deux personnages, puis se développe avec la femme qui, faisant semblant, est finalement prise à son propre jeu.

David Moreau, réalisateur français

Né le 14 juillet 1976, il suit des études à l'École supérieure de réalisation audiovisuelle. Ils est son premier long-métrage. En 2007, David Moreau réalise aux États-Unis le remake du film thaïlandais The Eye avec l'actrice américaine Jessica Alba dans le rôle principal.



Le film 20 ans d'écart

Le film ne raconte pas une histoire d'amour conventionnelle. Au début, Balthazar (Pierre Niney) a un vrai coup de foudre, alors que pour Alice, ce n'est qu'une mise en scène pour obtenir la direction de Rebelle. Dans le fond, c'est une arriviste, indifférente aux sentiments du garçon. Pierre Niney est un jeune acteur séduisant, sans maniérisme, élégant, qui surpasse le jeu d'Alice (Virginie Efira). Mais il y a plus dans ce film, il y a la beauté des décors de Jean Rabas qui a collaboré avec Bertolucci, Caro et Jeunet. Dans les bureaux de Rebelle, reconstitués dans la Cité du cinéma de Luc Besson, tout est riche, tout est beau. Et l'harmonie est aussi dans le montage, dans l'imaginaire de David Moreau, dans sa façon de mettre en scène et en lumière l'architecture de Paris. Le choix du réalisateur a été de filmer cette histoire d'une façon classique, et au lieu d'utiliser le numérique, David Moreau a choisi le 35 mm Scope anamorphique qui donne à l'image une dimension magique, presque irréelle. Autre prouesse : les personnages secondaires qui utilisent le franglais avec des dialogues percutants et sarcastiques, Charles Berling qui interprète avec beaucoup de sensibilité le père de Balthazar, qui ne veut pas vieillir. Mais 20 ans d'écart est bien plus qu'un film charmant, c'est brillant, bien écrit, épatant de fraîcheur et de sincérité.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST QUÉBEC

Les 10 films à voir durant le temps des fêtes

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.