LES BLOGUES
14/11/2013 01:32 EST | Actualisé 13/01/2014 05:12 EST

Denis Coderre, sa pratique Twitter et mon espoir d'un Montréal numérique

Dévoilement: Je connais personnellement Denis Coderre. Il est le seul politicien en exercice qui soit venu à l'un des yulbiz, il a été l'un des quatre copréfaciers de mon Les médias sociaux 201, il m'a présentée lors d'une conférence à l'UQO et je trouve que c'est un chic type.

Son Twitt « CA-TAS-TRO-PHI-QUE » ou plus poétiquement, une tempête dans un verre de shooter:


Denis Coderre est maintenant maire de Montréal. Sa pratique Twitter l'a rendu célèbre et on aimait bien l'inviter à toutes les platesformes médiatiques (dont Tout Le Monde En Parle) pour jaser de tout et de rien. Grâce à Twitter, il est devenu plus grand que nature. Son compte a même été « officialisé » par Twitter, ce qui est encore rare. J'ai très souvent parlé de l'importance d'être soi-même sur les médias sociaux et de l'utilisation impersonnelle qu'en font trop souvent les politiciens. J'ai expliqué maintes fois l'importance capitale de savoir déconner et parler quelquefois de « futilités » puisque ça mets de « l'humain » sur le web et de partager ses passions. Or depuis quelques jours, un twitt acerbe de Denis Coderre à l'endroit d'un joueur du Canadien, fait manchette. J'ai même donné six entrevues à ce sujet, juste hier. C'est tout dire. Ça a pris une importance nationale!

Je rappelle que si Denis Coderre n'avait parlé que des positions politiques du Parti libéral, alors qu'il était libéral, personne ne l'aurait suivi. Ou plutôt que quelques fanatiques libéraux. Mais en étant lui-même et en twittant sa passion qui s'adonne à être le hockey, il est devenu une vedette Twitter. Devenant une vedette Twitter, il devient aussi une vedette médiatique. Il est peut-être le plus intense fan du Canadien sur Twitter et ce depuis des années déjà. Or, il est maintenant maire de Montréal. Certains spécialistes des communications traditionnelles partagent l'idée qu'il ne devrait donc ne « twitter » que du sérieux maintenant et ne partager que les enjeux municipaux et autres informations « importantes. Ce n'est pas la place d'un maire « de commenter l'équipe locale ». Hier, j'étais même sur une tribune téléphonique avec une spécialiste de la gestion municipale pour discuter du « twitt » de Denis Coderre. Ayoye!!! C'est un peu comme si on me demandait mon avis sur un problème de fond de retraite syndical à titre « d'experte »...

D'ailleurs je suis surprise que Le Canadien ne se soit pas déjà félicité de la pub gratuite qu'il leur a faite toutes ces années. Mais bon, il semble que la critique « live » d'un de leurs plus gros fans, soit-il devenu maire, n'est pas la bienvenue...

Finalement, une journaliste me dit hier « Mais monsieur Coderre twitt 10 fois par jour! Ne serait-il pas mieux de travailler ses dossiers? » Un twitt prend un gros 30 secondes disons. 10 fois 30 secondes, ça fait 5 minutes dans une journée de 24 heures. Par ailleurs, je doute fortement que beaucoup de maires travaillent encore (ou travaillaient) leurs dossiers à l'heure de diffusion du Canadien. Barrack Obama twitt lui-même aussi durant le Superbowl et certains matchs de basket. Il ne se gène pas non plus pour dire pour qu'elle équipe il prend, laissant ainsi les fans de l'équipe adverse « dans la grosse peipeine que leur président ne prenne par pour leur équipe. Quel drame indicible et quel usage de ses secondes d'attentions Twitter mal utilisé...

L'espoir numérique

Les médias ont rapidement fait valoir « la vacuité » du programme politique de Denis Coderre. Ils ont mis à nue « ses phrases préfabriquées » et le vide complet de sa vision municipale. À la lecture d'un récent article d'Yves Boisvert dans La Presse sur Richard Bergeron («J'ai côtoyé le vide toute la campagne»), on mesure toute l'étendue de ce constat médiatique. Mais moi j'ai de l'espoir. J'ai l'espoir numérique. Monsieur Coderre est peut-être d'un vide sidéral, n'empêche que lors du dernier Webcom à la SAT, il a livré le plus beau discours numérique jamais entendu de la bouche d'un politicien canadien. Il ne pensait peut-être pas tout ce qu'il y a dit, il est peut-être « plein de marde », mais moi j'ai l'espoir qu'il croyait en ses paroles et que s'il ne fait que la moitié de la moitié de ce qu'il y disait, je serais déjà aux anges.

Je serais enfin enthousiaste et obnubilée de croire que les efforts que les 12 étonnés et moi-même avons investis dans notre Rapport d'étonnement auront servi à quelque chose. Qu'enfin le numérique aura droit de cité. Si ce n'est pas au Canada ou au Québec, peut-être serait-ce Montréal qui enfin exaucera nos vœux numériques. Peut-être qu'enfin on se diguidinera collectivement sur ce sujet capital. Je rêve sans doute, mais je vais prendre monsieur Coderre au mot et lui rappeler sporadiement les paroles qu'il a lui-même prononcées dans son discours si éclairé...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Denis Coderre veut envoyer David Desharnais à Hamilton



La saison 2013-2014 de la LNH en vidéos



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.