LES BLOGUES
25/01/2019 12:50 EST | Actualisé 25/01/2019 13:20 EST

Laval: subventionner le remplacement des poêles à bois est critique… pas les voitures électriques!

Je prône de cesser de subventionner les voitures électriques et de mettre notre argent dans un vrai enjeu municipal: le chauffage au bois!

La Ville a un rôle important à jouer pour la santé de ses citoyens d'abord et pour le réchauffement climatique ensuite.
Loop Images via Getty Images
La Ville a un rôle important à jouer pour la santé de ses citoyens d'abord et pour le réchauffement climatique ensuite.

Le smog hivernal est néfaste pour la santé. L'une des principales causes est le chauffage au bois résidentiel, puisqu'il est la «principale source de particules fines provenant des activités humaines».

Un poêle à bois est aussi polluant que 100 voitures!

Selon une étude d'Environnement Canada, la concentration de particules fines émise par le fonctionnement d'un poêle à bois durant une période de neuf heures équivaut à l'émission d'une voiture intermédiaire roulant pendant une année complète. Ainsi, chaque tranche de neuf heures de chauffage au bois génère la même pollution qu'une voiture qui roule 18 000 km sur un an. Pour l'hiver, soit 50 jours de chauffage en continu à 18 heures par jour, on parle d'un équivalent en termes de pollution de 100 voitures. Un dur constat!

Un feu de bois est réconfortant pour l'ambiance et le confort qu'il procure, mais les risques sur la santé sont importants. La combustion du bois émet des matières toxiques sous forme de particules fines cancérigènes. Plus de 95% de ces particules sont si infimes et elles pénètrent profondément dans les poumons.

Durant l'hiver, lorsque la pression atmosphérique est basse, les particules restent plus près du sol. Selon l'Association pulmonaire du Québec, la fumée de bois provoque une augmentation des symptômes respiratoires, du nombre de visites aux urgences pour des infections des voies respiratoires inférieures, une exacerbation de l'asthme et une diminution de la capacité respiratoire.

La Ville a donc un rôle important à jouer pour la santé de ses citoyens d'abord et pour le réchauffement climatique ensuite.

C'est comme si on était dans un «party» de fumeurs dans les années 70, où la fumée était omniprésente!

Subventionner le remplacement des poêles à bois et resserrer la règlementation

Les nouveaux poêles à bois émettent beaucoup moins de particules fines à l'heure, en moyenne. «Les foyers et les poêles neufs certifiés EPA émettent jusqu'à 90% moins de pollution, brûlent un tiers moins de bois, et ce, tout en émettant 80% moins de fumée», comme le précise Environnement Canada sur son site.

La différence est visible à l'oeil nu, car la fumée qui sort des cheminées n'est plus blanche, mais s'apparente davantage à de la vapeur d'eau dans le cas des poêles à bois de nouvelle génération.

Un poêle à bois moins polluant coûte entre 3000 et 5000$, tout dépend s'il faut adapter la cheminée. Plusieurs villes, comme Montréal, ont renforcé la règlementation et ont mis de l'avant dès 2009 un programme de subvention pour remplacer les anciens poêles à bois.

Laval est en retard. La Ville pourrait permettre l'utilisation des anciens poêles à bois en cas de panne de courant seulement... ce qui arrive peu souvent.

Travailler en équipe

À titre d'exemple, les résidents qui souhaitent se débarrasser de leur vieux poêle pourraient toucher 300$, alors que ceux qui remplaceront leur vieil appareil par un moins polluant pourraient recevoir une subvention de 1000$, disons.

La Ville pourrait aussi solliciter le gouvernement du Québec pour un éventuel programme conjoint de subvention.

Mettre l'argent où ça compte vraiment!

Le conseil municipal vient de reconduire la subvention de 2000$ par auto pour 400 voitures électriques en 2019, soit 800 000$. Laval est la seule ville du Québec à subventionner les voitures électriques.

À titre de membre du Conseil de ville, j'ai insisté sur l'importance de subventionner la conversion des vieux appareils de chauffage au bois, qui est jusqu'à 100 fois plus dommageable que l'apport environnemental des voitures électriques.

Je prône de cesser de subventionner les voitures électriques et de mettre notre argent dans un vrai enjeu municipal: le chauffage au bois!

De plus, les voitures électriques sont beaucoup plus dispendieuses, donc moins accessibles pour la population en générale. Je prône de cesser de subventionner les voitures électriques et de mettre notre argent dans un vrai enjeu municipal: le chauffage au bois!

À LIRE AUSSI:

» Israël: le début d'une folle campagne électorale
» La laïcité fait-elle peur aux gouvernants du Québec et du Canada?
» Pour en finir avec les idéologies

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.