LES BLOGUES
10/12/2015 01:18 EST | Actualisé 10/12/2016 05:12 EST

Nos premiers réfugiés syriens et nos médias

Ces médias seront là, à vous attendre avec caméras, lumières et micros. Ce sont les plus dangereux, et en même temps, les plus inoffensifs. Dès qu'ils auront une chance de s'approcher de vous, ils vont vous demander des questions très, très profondes et très, très réfléchies.

Les premiers réfugiés syriens devraient arriver à Toronto et à Montréal sous peu. À tous ces réfugiés qui fuient un pays engagé dans une guerre horrible, je dis: soyez les bienvenus au Canada et au Québec.

J'espère que vous trouverez ici un pays accueillant, pacifique et humain qui saura vous aider à reprendre parmi nous une vie normale et, je vous le souhaite, la plus heureuse possible.

Je suis convaincu que les représentants consulaires canadiens qui vous ont rencontré en Turquie, en Jordanie ou au Liban vous ont fourni d'amples explications sur le pays où vous arriverez dans quelques jours. Je ne veux pas ajouter à leurs descriptions. Quand vous arriverez au Québec, samedi, j'aimerais vous dire un mot de nos médias. Notez que ce ne sera pas mieux à Toronto, mais je parle ici de Montréal.

Vous allez voir ces médias arriver en groupes compacts, toutes lumières de caméras allumées. D'abord, sachez qu'ils ne sont pas dangereux. Ils ne vous frapperont pas. Vous demeurez libre de ne pas leur répondre. Ces médias seront là, à vous attendre avec caméras, lumières et micros. Ce sont les plus dangereux, et en même temps, les plus inoffensifs. Dès qu'ils auront une chance de s'approcher de vous, ils vont vous demander des questions très, très profondes et très, très réfléchies.

Première question profonde: «Comment vous sentez-vous en arrivant ici ?»

Réponse suggérée: «Je suis content(e), mais un peu fatigué(e).» (Vous serez déjà très apprécié(e).)

Deuxième question profonde: «Que pensez-vous du Canada ?»

(Bien sûr, à l'aéroport, vous n'avez encore rien vu du Canada, du Québec, de Montréal, puisque vous serez encore à l'aéroport. Ou si peu.)

Réponse (suggérée) à la deuxième question profonde: « Je suis très heureux (se) d'être enfin arrivé dans votre beau pays.»

Ces «journalistes» seront alors enchantés, hors d'eux-mêmes. Il se peut même que quelques vedettes de la télévision ne pensent pas momentanément à leur coiffure et négligent une fraction de leur apparence. C'est vous dire l'effet de vos mots, même s'ils sont peu nombreux.

N'oubliez pas, chers réfugiés, de rappeler qu'après un vol de neuf heures, vous êtes contents, mais un peu fatigués. Cela ajoutera une touche de human interest au reportage du journaliste de la télé. Il risque d'y avoir une troisième question (de la part des plus intellectuels de ces journalistes de la télé, ceux qui vivent sur le Plateau - on vous expliquera cela plus tard, car ce n'est pas très important).

Troisième question profonde: «Qu'allez-vous faire demain, et où allez-vous vous installer?»

À cela, je vous conseille de répondre au journaliste de poser sa question aux gens et aux organismes qui s'occupent de votre accueil. Il ne vous en voudra pas. Il aura eu sa «clip sonore». Ça lui suffit.

Un dernier mot. Vous êtes arrivés dans un pays de liberté, et cette liberté vous permet de ne pas parler à la presse si vous n'en avez pas le goût ou l'envie. Rappelez-vous-en. J'espère que cette petite leçon sur nos médias vous sera utile, si vous la lisez.

À nouveau, bienvenue dans ce havre de liberté qu'est le Canada. Je vous souhaite le mieux pour la suite de votre vie et celle de votre famille ici.

À LIRE AUSSI

- Le premier vol de réfugiés nolisé par Ottawa en route pour le Canada

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Des réfugiés syriens dans la neige Voyez les images