LES BLOGUES
19/10/2018 11:30 EDT | Actualisé 19/10/2018 11:35 EDT

Les indépendantistes et l'obligation d'agir

Un changement majeur de la part des partis politiques indépendantistes du Québec est plus que nécessaire.

Nous sommes, à mon humble avis, les seuls responsables des contreperformances électorales et de la morosité ambiante des indépendantistes.
Steven_Kriemadis via Getty Images
Nous sommes, à mon humble avis, les seuls responsables des contreperformances électorales et de la morosité ambiante des indépendantistes.

La nécessaire réorganisation

Le temps est venu pour les organisations souverainistes de se redéfinir et de se réinventer. Un changement majeur de la part des partis politiques indépendantistes du Québec est plus que nécessaire. Depuis 2011, les résultats électoraux des forces souverainistes sont peu glorieux. À Ottawa comme à Québec, les partis indépendantistes performent énormément moins par rapport à l'appui à la souveraineté. Pourtant, encore aujourd'hui, près de deux millions d'électeurs québécois se disent en faveur de l'indépendance. Prenons acte de ce constat et entreprenons les actions immédiates pour corriger cette aberration électorale.

À l'aube du prochain rendez-vous électoral fédéral de 2019 et devant l'état actuel des choses, force est de constater que les forces souverainistes n'ont jamais été autant divisées et aussi désorganisées: elles sont actuellement dans une position de faiblesse historique jamais vue. Trois partis non reconnus (BQ-PQ-QS) se partagent 30 des 203 sièges disponibles à l'Assemblée nationale et à la Chambre des communes.

L'heure est grave et nos performances appellent à la réorganisation générale de notre mouvement.

Bien que 14% des élus québécois soient souverainistes – divisés en trois partis et dans deux parlements – l'appui à la souveraineté se maintient bien au-delà de 30%. Les résultats sont implacables et commandent des transformations immédiates. L'heure est grave et nos performances appellent à la réorganisation générale de notre mouvement. Il est désormais impératif de mettre de côté les 1001 sujets qui nous divisent pour se concentrer sur le projet fondamental qui nous unit: réaliser l'indépendance du Québec par le biais de mandats électoraux clairs et sans appel.

Autocritique de l'organisation des forces souverainistes

Les indépendantistes doivent dès maintenant retrouver l'efficacité et l'unité de leurs organisations militantes. Il est incontestable que le plan de match politique passe par un discours souverainiste assumé, conséquent et cohérent. Les militants et les électeurs indépendantistes doivent savoir pourquoi, comment et pour combien de temps ils s'engageront. Les partis politiques souverainistes sont tenus d'assumer leur raison d'être – la cause nationale – sans ambiguïté et de manière décomplexée. Cela doit se traduire et s'interpréter concrètement dans nos actions.

Dans l'état actuel des choses, notre mouvement est mal placé pour incarner les aspirations de liberté et d'émancipation de la nation québécoise. Nous sommes indépendantistes, notamment pour en finir avec les chevauchements administratifs et les paralysies bureaucratiques entre Québec et Ottawa. Depuis plus d'une décennie, notre mouvement politique est devenu inconséquent en cette matière. À titre d'exemple, tout comme moi, plusieurs souverainistes disposent de plus d'une carte de membre et financent une multitude de partis ou d'organisations civiles indépendantistes. Cela produit au fil du temps l'effet pervers de diluer fatalement nos forces.

Nous sommes, à mon humble avis, les seuls responsables des contreperformances électorales et de la morosité ambiante des indépendantistes.

Depuis une décennie, nous affaiblissons nos forces dans un manque de coordination notoire auprès de trois partis, trois chefs, 453 associations de circonscriptions, trois permanences, trois logos et trois programmes qui ne s'harmonisent pas. Nous épuisons inutilement nos militants. Nous décourageons les électeurs. Ces joutes entre les partis tuent tout espoir en l'avenir. Nous sommes, à mon humble avis, les seuls responsables des contreperformances électorales et de la morosité ambiante des indépendantistes. Ce mode de fonctionnement erratique et contre-productif doit cesser une fois pour toutes.

Le modèle écossais

Je soutiens que dans l'état actuel de notre maison, la nécessaire réingénierie de la force politique des indépendantistes passe par une organisation unifiée. À l'instar du SNP (Scottish National Party), les différents partis politiques souverainistes québécois qui œuvrent actuellement à l'Assemblée nationale et à la Chambre des communes ont tout intérêt à se regrouper en une seule et unique force.

La mission est simple: un seul parti souverainiste, un seul programme, une seule organisation, une seule mission coordonnée qui s'articule à l'intérieur des parlements de Québec et d'Ottawa.

En tant qu'élu indépendantiste et à l'heure d'une refondation au Bloc québécois, je lance dès maintenant cette idée, afin qu'elle puisse cheminer auprès de tous les Québécois.

Les obligations de résultats

L'ensemble des forces souverainistes doit immédiatement prendre acte des échéanciers qui nous incombent et du message à envoyer aux deux millions d'électeurs indépendantistes. Nous leur devons un renversement de cette impasse en 2019, dans le but de leur redonner espoir pour la prochaine décennie.

Incarnons et assumons notre cause nationale avant, pendant et à l'occasion de toutes les élections, sans détour et sans ambiguïté. La priorité politique immédiate des souverainistes passe par le rendez-vous de l'élection fédérale de 2019: il sera impératif d'élire une majorité de députés du Bloc.

Nous assurerons ainsi la progression des forces souverainistes tout en assumant la seule police d'assurance des Québécois qui vaille face au gouvernement d'Ottawa. Nous avons besoin d'une majorité au Québec pour forcer une minorité de tout gouvernement fédéraliste à Ottawa. C'est la première étape pour assurer la pérennité du mouvement politique, de se donner une chance d'unifier nos forces entre 2019-2021 et d'élire un gouvernement indépendantiste majoritaire en 2022.

À LIRE AUSSI:

» La parité une fois pour toutes
» Conseil des ministres: des valeurs sûres et des surprises
» Le grand égarement québécois