LES BLOGUES
02/04/2018 16:45 EDT | Actualisé 02/04/2018 16:47 EDT

Journée mondiale de sensibilisation l’autisme: la réalité sur le 2 avril

En 10 ans, je me demande si les mentalités ont évolué et je n’en suis pas certaine.

Chris Madden via Getty Images

Le mois d'avril, mois de l'autisme est à nos portes et aujourd'hui est la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. Une journée pour laquelle je me sens mitigée entre appréhension et bonheur.

Briller en bleu est la thématique. Les origines de cette journée, de ce mouvement, des symboliques qui en découlent sont sombres. Initié par Autism Speak, l'objectif de ce mouvement en bleu est d'éradiquer l'autisme, ce fléau, cette épidémie puisque l'autisme est « un problème de santé publique », a déclaré l'ONU en 2008.

En 10 ans, je me demande si les mentalités ont évolué et je n'en suis pas certaine. Les autistes n'ont que très peu de place pour s'exprimer. C'est le mois de l'autisme et nous risquons d'entendre davantage les spécialistes et les non-autistes sur les tribunes que les autistes eux-mêmes ! Des personnes qui nous stigmatisent, nous catégorisent. Des idées fausses sur l'autisme seront dites de toute part. « Le spectre est large » diront-ils ! La compréhension de l'autisme, le soutien, l'aide, il n'y en aura pas plus demain. C'est la même rengaine à chaque année qui perdure. Alors, grand bien vous fasse !

De l'autre côté, il y a du beau. Des militants autistes, des mouvements d'ACCEPTATION, des communautés naissent, doucement, tranquillement, à l'arrière des projecteurs. Les symboles de l'infini arc-en-ciel rayonnement en signe d'infini diversité, sans manquement, ni cassure. L'intelligence sous toutes ses formes, toutes ses couleurs. Pour l'inclusion et le respect de tous, sans exception.

Cette journée est pour nous, une journée d'acceptation de l'autisme. L'acceptation de l'autisme comme étant une divergence neurologique et une richesse pour la société. Une autre forme d'intelligence avec ses forces et ses défis. L'acceptation de la diversité humaine. Plus profond encore, l'acceptation de soi, de qui nous-sommes réellement.

L'acception de soi, quand on est autiste, est un parcours difficile, parsemé d'embûches, de honte qui te gruge jusqu'au plus profond de ton âme.

L'acception de soi, quand on est autiste, est un parcours difficile, parsemé d'embûches, de honte qui te gruge jusqu'au plus profond de ton âme. Ne sois pas comme-ci, ne fait pas cela. Peux-tu être normal pour une fois dans ta vie ? Le camouflage devient notre seul moyen de survie, à moyen terme. Jusqu'à ce que ce camouflage t'engloutisse et te fasse disparaître. Anxiété, angoisse, dépendance, dépression, suicide. C'est la réalité de bien trop d'adultes autistes.

Pendant un mois, des autistes prendront la parole, même si cela est souvent très difficile pour eux. Écoutons-les. Respectons-les. Acceptons-les ! Ces adultes autistes, parfois même adolescents et enfants, détiennent tous une part de la compréhension de l'autisme. Chacun à leur manière, avec leurs mots, leurs expériences, contribuent à bâtir les ponts de la communication entre autistes et non-autistes, à ouvrir les canaux de l'ouverture d'esprit, de la diversité. Cette diversité singulière, étonnante et enrichissante.

Aujourd'hui, le 2 avril, je ne brille pas en bleu, bien que je respecte tous ceux qui le font en valorisant l'esprit autistique. Aujourd'hui, j'affiche mes couleurs et j'en suis fière. J'espère qu'un jour, la journée de sensibilisation de l'autisme se transformera en journée d'acceptation de l'autisme et que nous célèbrerons, ensemble, l'autisme et la diversité humaine, avec toutes ses couleurs. Pour que chaque autiste ne croule plus sous la honte et soit également fier de soi, fier d'afficher sa vraie nature.

Bon mois de l'autisme !

Voir aussi: