LES BLOGUES
18/03/2019 13:45 EDT | Actualisé 18/03/2019 15:11 EDT

Circuit électrique: réfléchir à la fin de la dépendance au pétrole, au-delà de la rentabilité

Malgré les critiques sur sa rentabilité, l’électrification des transports est un projet porteur dont les vertus économiques pour le Québec sont évidentes, nous permettant de rêver à l’équilibre de notre balance commerciale.

Superstation de recharge du Circuit électrique
Hydro-Québec
Superstation de recharge du Circuit électrique

Depuis quelques semaines, certains groupes s'acharnent à faire le procès du Circuit électrique, le plus important réseau de recharge public pour véhicules électriques au Québec et dans l'est de l'Ontario, sous prétexte qu'il ne serait pas rentable.

Pourtant, l'électrification des transports est un projet porteur dont les vertus économiques pour le Québec sont évidentes, nous permettant de rêver à l'équilibre de notre balance commerciale.

Le Circuit électrique est en quelques mots le coup d'envoi de cette révolution économique et environnementale qu'est l'électrification des transports au Québec, dans une industrie historiquement frileuse aux grands bouleversements.

Il est donc normal qu'un coup d'envoi soit nécessaire afin de favoriser cette transition. Le Circuit électrique est un outil dont se dote la société pour y arriver. C'est connu: l'anxiété de la «panne sèche» est un frein au déploiement des voitures électriques.

Bien que plus de 90% de la recharge se fasse à la maison ou au travail, le Circuit électrique a un rôle essentiel de promotion, et permet aux électromobilistes de parcourir les mêmes distances qu'avec une voiture conventionnelle. Se borner à débattre de la rentabilité à court terme de notre réseau de recharge, c'est manquer de vision.

Le virage électrique est irréversible

Il y a quelques années, on nous disait des voitures électriques que c'était «un projet pour le futur», qu'«un jour, l'autonomie sera plus intéressante», ou encore que «nos enfants connaîtraient peut-être cette nouvelle réalité».

Nous observons présentement une des plus grandes révolutions qu'a connues l'industrie automobile dans son histoire.

Aujourd'hui, ça ne fait plus de doute. L'électrification des transports n'a rien d'un lointain projet d'avenir. Nous observons présentement une des plus grandes révolutions qu'a connues l'industrie automobile dans son histoire. Des géants comme Volvo, Volkswagen et Nissan ont récemment annoncé leur intention d'électrifier leur flotte complète de véhicules d'ici dix ans. Selon Bloomberg New Energy Finance (BNEF), le nombre de modèles électriques disponibles sur le marché atteindra 289 en 2022.

Voyons voir ce que ça veut dire à long terme. Dans son Electric Vehicule Outlook 2018, BNEF prédit qu'il y aura 559 millions de voitures électriques sur les routes en 2040, et que celles-ci accapareront 55% des ventes mondiales de voitures neuves.

Cette tendance forte et irréversible vers l'électrification se manifestera également dans le marché des plus gros véhicules: la moitié de la flotte mondiale d'autobus municipaux sera électrifiée d'ici à 2025, toujours selon BNEF. Ensemble, les voitures et les autobus électriques permettraient ainsi d'éviter l'utilisation d'environ 7,3 millions de barils de pétrole par jour en 2040.

L'électrification des transports, le remède au déficit commercial du Québec

C'est justement cette économie de pétrole qui sera bénéfique pour nous tous. Le jour où le Québec n'aura plus besoin d'importer du pétrole, il équilibrera sa balance commerciale.

Nous remplacerons l'essence importée dont le coût est imprévisible par une énergie propre, renouvelable et abordable bien de chez nous: l'hydroélectricité.

Alors que le secteur des transports est responsable de plus de 40% des émissions de gaz à effet de serre au Québec, pourquoi se priverait-on d'un outil essentiel comme le Circuit électrique pour assurer les conditions gagnantes à cette transition?

À LIRE AUSSI:

» Les augmentations de loyer: connaissez-vos droits
» Le PQ: un mal nécessaire?
» Avoir des principes, c'est pas seulement l'affirmer, c'est agir aussi

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.