LES BLOGUES
11/05/2016 09:33 EDT | Actualisé 12/05/2017 05:12 EDT

Reprendre l'initiative avec l'indépendance

Fondamentalement, le Parti québécois a deux routes devant lui: celle du bon gouvernement provincial ou celle de l'indépendance du Québec.

Le choix de la ou du prochain chef du Parti québécois sera déterminant pour l'avenir du mouvement indépendantiste. Fondamentalement, le parti a deux routes devant lui: celle du bon gouvernement provincial ou celle de l'indépendance du Québec.

Pour mettre fin au démantèlement du modèle québécois, plusieurs voix demandent au parti de mettre en veilleuse une fois de plus sa raison d'être. Or, cette approche du bon gouvernement va nous mener au même résultat. Le PLQ dira que nous voulons un référendum en cachette et il fera à nouveau le plein d'électeurs.

Nous sommes de plus en plus nombreux à réaliser que la solution pour faire cesser le saccage du PLQ, c'est l'indépendance. Pour vaincre la «peur du référendum», il nous faut dès maintenant mettre en place un plan clair, emballant et détaillé pour bâtir le Québec souverain. Notre parti doit s'assumer. Oui nous sommes indépendantistes et oui, nous considérons que c'est ce qu'il y a de mieux pour l'avenir du Québec. Cessons d'être sur la défensive.

Afin de nous reconnecter avec les Québécoises et les Québécois, retrouvons la cohérence dans l'ensemble de nos actions, que ce soit pour la social-démocratie, l'économie ou l'environnement. Mettons fin au flou associé à notre volonté de réaliser l'indépendance, ayons les idées claires.

Redevenons la force du changement au Québec. Notre peuple est capable de grandes choses, comme il l'a prouvé avec sa modernisation fulgurante. Nous avons bâti une société qui fait rougir d'envie la presque totalité des 193 pays à l'ONU, tout ça avec la moitié d'un État! Imaginez ce que nous allons réaliser avec l'ensemble de nos leviers politiques et économiques.

La bonne nouvelle c'est que malgré tout, l'appui à l'indépendance dépasse la barre des 40 % année après année dans les sondages. Il ne nous reste donc qu'environ 600 000 personnes à convaincre pour dépasser les 50 % d'appuis. Objectif tout à fait réaliste quand on sait que pour la première fois, la génération Y aura la chance de voter pour un projet de société emballant.

Au référendum de 1995, l'appui massif de ma génération X au OUI a fait éclater la vérité en plein jour: les jeunes embarquent quand on leur propose concrètement le pays. La clé pour nous remettre en mouvement et pour réaliser la convergence des souverainistes, c'est un engagement clair à réaliser prochainement l'indépendance.

Dès maintenant, d'ici les prochaines élections dans deux ans, mettons en place les bases du Québec indépendant. Remettons à jour toutes les études sur l'indépendance. Proposons une constitution de transition avant l'élection de 2018. Devenons une opposition officielle qui oblige le PLQ à défendre les aberrations du Canada. Mobilisons un large mouvement collectif rassemblant les artistes, les communautés culturelles, les organisations politiques, les étudiants, les entrepreneurs, les syndicats, les députés, les Premières Nations, les anglophones, les écologistes, les travailleurs, les architectes de 1995 et tous ceux qui ont à cœur l'avenir du Québec.

Qu'on le veuille ou non, les élections de 2018 porteront sur la question de l'indépendance du Québec. Préparons le terrain pour pouvoir la gagner.

L'indépendance, ce n'est pas juste pour les souverainistes, c'est un projet de société gagnant pour tous les Québécois.

À LIRE AUSSI SUR LES BLOGUES

>Le rêve brisé de Pierre Péladeau - Pierre Schneider

>Le Parti québécois ou le mirage du «bon gouvernement»

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Référendum de 1995 Voyez les images