LES BLOGUES
11/03/2019 10:39 EDT | Actualisé 11/03/2019 10:40 EDT

Mme la Chiropraticienne et la diabolisation de la médication en santé mentale

Je le crie haut et fort: il n'y a aucune honte à prendre une médication pour soigner un problème de santé mentale.

Il faut en finir une fois pour toutes avec la diabolisation de la médication en santé mentale. Ce type de discours anti-Rx ne fait que renforcer les préjugés ambiants et met une pression indue sur les personnes qui vivent avec une maladie mentale.
vm via Getty Images
Il faut en finir une fois pour toutes avec la diabolisation de la médication en santé mentale. Ce type de discours anti-Rx ne fait que renforcer les préjugés ambiants et met une pression indue sur les personnes qui vivent avec une maladie mentale.

Il y a de cela une douzaine d'années, je me présentais à un rendez-vous médical pour soigner des douleurs cervicales persistantes.

Mme la Chiropraticienne — appelons-la ainsi parce que je ne me souviens plus de son nom et je ne l'ai vue qu'une seule fois. Vous comprendrez pourquoi plus tard! — m'avais été fortement recommandé par un proche: «Elle fait des miracles, tu vas voir», m'avait-on dit à l'époque.

Mme la Chiropraticienne, donc, m'avait accueilli dans son cabinet avec un grand sourire avenant. Le ton cordial et les yeux pétillants, elle rayonnait d'amabilité. Je me sentais en confiance.

Jusqu'au moment du questionnaire sur l'état de santé.

– Mme la Chiropraticienne: «Prenez-vous des médicaments, M. Binette?»

– M. Binette: «Oui. Un anxiolytique pour un trouble d'anxiété généralisée ainsi qu'un antidépresseur pour un trouble de l'humeur.»

Un inconfortable silence s'est soudainement installé entre nous. L'air s'est littéralement figé dans la pièce, alors que Mme la Chiropraticienne hochait la tête en signe de désapprobation. C'est aussi à ce moment que le ton de la discussion a changé.

– Mme la Chiropraticienne: «Vous savez M. Binette, ce genre de médicaments là, c'est juste une béquille.»

– M. Binette: «OK, mais ils m'ont été prescrits par mon médecin-psychiatre.»

– Mme la Chiropraticienne: «Je comprends, mais ça ne règle pas le problème à la source. Vous devriez sérieusement arrêter ça ces médicaments-là. C'est de la cochonnerie.»

Stupéfaction est un euphémisme pour décrire mon état d'esprit à ce moment précis. Je n'en croyais tout simplement pas mes oreilles.

Comment se faisait-il qu'une simple consultation pour des douleurs cervicales tourne soudainement en un procès sur la pertinence de la médication en santé mentale?

Pour mettre les choses en perspective, je venais tout juste de débuter un nouveau traitement proposé par mon médecin-psychiatre qui offrait de belles promesses après tant d'années de montagnes russes émotionnelles et de multiples tentatives infructueuses de traitements.

Naïf de nature, je me souviens avoir considéré la recommandation de Mme la Chiropraticienne et avoir mis en doute à ce moment les conclusions de mon propre médecin spécialiste.

«Est-ce vraiment nécessaire de prendre ces médicaments ou est-ce de la cochonnerie, comme elle le dit? Est-ce que ça cause plus de torts que de bienfaits? Est-ce que c'est un problème entre mes deux oreilles?»

Le doute et un fort sentiment de culpabilité venaient de s'immiscer en mon esprit.

Heureusement, je n'ai pas pris en compte, à ce moment, les conseils de Mme la Chiropraticienne et j'ai poursuivi mon traitement. À mon grand bonheur et au grand soulagement de mon médecin.

Malheureusement, ce ne fut pas toujours le cas. J'ai trop souvent, dans le passé, cessé la prise de médication dans ma vie avec des conséquences désastreuses sur ma santé. Des conséquences qui auraient pu me coûter la vie.

Trop longtemps j'ai considéré la prise de médication comme une solution temporaire. Un diachylon posé sur une blessure en voie de guérison.

Dans mon cas, la guérison complète est impossible. Comme plusieurs personnes, j'ai un dérèglement chimique au cerveau qui nécessite un traitement d'appoint.

Ça m'a pris plusieurs années avant d'agréer, mais aujourd'hui, j'accepte que je dois prendre une médication pour ma santé mentale pour le reste de mes jours. Tout comme un diabétique devra s'injecter de l'insuline pour fonctionner et survivre, je devrai prendre ma médication pour réguler ma biochimie neuronale et mon horloge biologique interne.

C'est une question de survie, pas une décision irréfléchie.

C'est aussi en raison de cette prise de médication quotidienne que je me considère aujourd'hui rétabli et fonctionnel dans la vie de tous les jours.

Cette rencontre avec Mme la Chiropraticienne s'est déroulée il y a plusieurs années. Mais est-ce que les choses ont réellement changé?

Je remarque de plus en plus de commentaires sur les Internets de pseudo-spécialistes, de coachs de vie, de gourous de la santé qui tentent de convaincre les gens que la médication en santé mentale est une illusion, une imposture.

Plusieurs m'ont raconté aussi des situations similaires à la mienne. Des rencontres, des discussions, des interventions avec des thérapeutes, des membres de la famille, des employeurs, des amis qui chacun donnaient leur point de vue — et même parfois des recommandations — sur la pertinence de poursuivre leur traitement et la prise de leur médication.

Ne vous laissez pas berner par ces imposteurs. C'est votre santé qui prime. Ne prenez pas de décision irréfléchie sans en discuter avec votre médecin.

Il faut en finir une fois pour toutes avec la diabolisation de la médication en santé mentale. Ce type de discours anti-Rx ne fait que renforcer les préjugés ambiants et met une pression indue sur les personnes qui vivent avec une maladie mentale.

Certes, il est possible de se rétablir d'un épisode de santé mentale sans l'aide de médicaments. Il a d'ailleurs été démontré que la psychothérapie est un moyen fort efficace pour traiter les troubles d'anxiété et la dépression.

Cependant, pourquoi faire porter l'odieux à tous ceux et celles qui misent sur l'option pharmacologique?

Les personnes qui vivent avec une maladie mentale subissent déjà les préjugés du fait de leur maladie et plusieurs d'entre eux éprouvent un fort sentiment de culpabilité. Alors, inutile d'en rajouter.

Je le crie haut et fort: il n'y a aucune honte à prendre une médication pour soigner un problème de santé mentale.

L'un peut vivre et se rétablir sans médications et l'autre en aura besoin toute sa vie. Et c'est parfait ainsi.

Quoi qu'en pense Mme la chiropraticienne!

À LIRE AUSSI:

» J'ai subi une double mastectomie à cause d'un résultat positif... erroné
» Arrêtez de me dire que je fais jeune
» À quel point votre café quotidien est-il important?

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.