LES BLOGUES
07/11/2016 10:18 EST | Actualisé 07/11/2016 10:18 EST

Les élections de la honte

Je suis Québécoise, je suis Américaine et je voterai pour la première fois le 8 novembre. J'ai hâte d'en finir avec cette élection comme la majorité des Américains.

Je suis Québécoise, je suis Américaine et je voterai pour la première fois le 8 novembre. J'ai hâte d'en finir avec cette élection comme la majorité des Américains. C'est une campagne électorale épuisante émotivement et j'ai l'impression qu'au matin du 9 novembre nous n'aurons pas de répit non plus. J'habite dans l'État du Massachusetts, un État démocrate. Depuis 1928, les gens ont voté pour le Parti démocrate sauf quatre fois pour le Parti républicain, dont deux fois pour Ronald Reagan. C'est donc un État démocrate et pourtant je côtoie des gens qui ne voteront pas pour Hillary.

Encore hier, j'ai eu l'audace de demander à une personne pour qui il allait voter. Sa réponse : «Certainement pas pour Hillary !» On n'ose pas prononcer le nom de Trump, mais il va de soi que le vote sera pur lui. Mais pourquoi ? Parce qu'elle est corrompue et que je n'ai pas confiance en elle, me dit-il. Et Trump, il n'est pas corrompu lui ? Et j'entends encore une fois cette même réponse depuis des mois : «Trump ne vient pas de la classe politique et ne doit rien à personne». Aucun argument raisonnable ne peut faire changer l'opinion de ces gens. Hillary n'est pas aimée et c'est un vote de contestation.

Je ne suis pas une analyste politique, mais je suis convaincu que Trump n'aurait pas eu cette possibilité de devenir président si le Parti démocrate avait été représenté par une autre personne que Hillary. J'ai rencontré des gens qui détestent la personnalité de Trump, mais la préfère à celle «dite corrompue» de Hillary.

Est-ce que j'ai peur au 8 novembre ? J'ai des craintes, surtout pour la suite des élections. Quelle sera la répercussion sur le marché économique? Quelle sera la réaction des gens face aux résultats du vote ? Les États-Unis peuvent être violents à leur façon. Mais je connais des gens qui ont très peur, des immigrants qui ont fui un pays déchiré ou simplement quitté leur pays dans le but de trouver une vie meilleure. Si Trump est élu, on pense qu'il va y avoir une montée du taux de racisme.

J'ai une amie libanaise catholique. Elle me disait l'autre jour que beaucoup de personnes pensent qu'elle est musulmane parque qu'elle parle arable. J'ai une autre amie dont sa famille a fui l'Iran lorsqu'elle était jeune. Elle se souvient de ses moments traumatisants et m'avoue qu'elle a l'impression de revivre un peu la même chose à l'approche des élections. C'est une campagne électorale basée sur la peur, basée sur le mensonge. Plusieurs personnes m'ont demandé (sans blague) comment immigrer au Canada. Plusieurs Américains de Boston m'envient d'être Canadienne et pour une des rares fois, ils sont moins fiers d'être Américains. Ils ont honte de leurs candidats, honte de la campagne électorale et savent très bien que tous les regards du monde sont tournés vers l'Amérique.

Le temps est compté. J'aurais pu voter la semaine passée pour éviter une file d'attente, mais je préfère attendre la date fatidique, le 8 novembre. Une chose est certaine : qu'on soit démocrate ou républicaine, ces élections ne laissent personne indifférent.

LIRE AUSSI:

» Qui a fait ces promesses, Clinton ou Trump? (QUIZ)

» Comment fonctionne le mode de scrutin? (INFOGRAPHIE)

» Maths et États-clés des élections américaines

» Pour qui votent ces stars? (QUIZ)

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les présidents américains de l'histoire Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter