LES BLOGUES
03/07/2016 08:56 EDT | Actualisé 03/07/2016 08:56 EDT

Comment devenir citoyenne américaine?

Autant, il est difficile d'avoir une carte verte, autant il peut être facile d'avoir sa citoyenneté. Un simple formulaire de 21 pages à remplir.

Cela faisait six ans que j'avais ma carte verte. Une carte que bien des gens chérissent. Une simple carte qui peut faire rêver. Après 5 ans de détention d'une carte verte, il est possible de faire sa demande de citoyenneté américaine. Puisque je ne sais pas si je vais vivre définitivement aux États-Unis, l'idée m'a traversé l'esprit il y a un an de devenir citoyenne américaine. Retourner au Canada pour y vivre risquerait qu'on retire ma carte verte. Et puis, il y a eu cette tornade qui a secoué l'Amérique et qui fait toujours peur... les élections... J'ai d'abord suivi les élections primaires avec légèreté pour ensuite la suivre avec très grand intérêt. Impossible pour moi de ne pas pouvoir voter alors j'ai décidé d'appliquer pour devenir une citoyenne américaine.

Autant, il est difficile d'avoir une carte verte, autant il peut être facile d'avoir sa citoyenneté. Un simple formulaire de 21 pages à remplir. À ma grande surprise, 4 pages de questions sur différentes facettes de votre vie. Des questions portant sur des liens possibles avec les nazis, l'armée, l'alcool, la prostitution, etc.. bref des questions qui vont déterminer si vous êtes une personne de bonne moralité.

Un mois après l'envoi du formulaire, il a fallu que je me présente au bureau d'immigration pour mes empreintes digitales. Tout doigt est informatisé pour le FBI. Et c'est sérieux, on ne rit pas dans les bureaux. À ce moment on vous remet un document que vous devez étudier. Vous serez convoquée à une entrevue qui déterminera si vous pouvez être citoyenne américaine. Ce document renferme des informations sur le système politique, l'histoire et la géographie. J'ai étudié sérieusement ce document et j'ai aimé ce que j'ai lu. Qui peut être contre l'idée derrière la déclaration de l'indépendance qui expose les trois piliers de toute société, la vie, la liberté et la poursuite du bonheur? (Life, Liberty and the pursuit of Happiness). Ou s'opposer aux amendements qui reposent sur les droits de la personne. D'accord, je vous vois venir... entre la théorie et la pratique, il y a un énorme fossé, mais ici n'est pas le sujet de cette chronique.

On m'a ensuite convoquée à l'entrevue. La lettre indiquait de prévoir 2h00 pour l'entrevue, la mienne a duré 10 minutes. C'est vrai que mon nom français, mon âge et mon statut ont probablement influencé la durée de l'entrevue. Au total 10 questions m'ont été posées, je devais en réussir 6 sur 10. Non, on ne m'a pas demandé qui était le président des États-Unis, mais des questions plus difficiles. Par exemple, si le président et vice-président sont incapables de servir le pays, qui le remplace? Bien sûr que j'ai réussi, mais j'étais quand même nerveuse.

Tout ce processus s'est terminé par la cérémonie. Il y avait environ 2 500 personnes qui ont été convoquées en même temps que moi à Boston pour devenir officiellement citoyens américains. Est-ce la peur de voir Trump devenir président et par le fait même de voir un resserrement sur les critères d'admissibilité à la citoyenneté? Je ne sais pas, mais il y avait beaucoup de monde comparé à d'autres cérémonies où il y a seulement une centaine de personnes. Je devais me présenter à 10h15 et je suis arrivée 20 minutes en retard comme probablement une bonne partie des 2 500 personnes. Le trafic de Boston est toujours épouvantable. Les gens courraient comme moi dans le bâtiment pour être à l'heure.

Parmi ces gens, il y a ceux qui portaient leur plus bel habit, et même leur tenue traditionnelle de leur pays. On n'arrivait pas ici nerveux comme autrefois en bateau pour accoster sur l'île Ellis à New York, mais bien joyeux pour célébrer cette nouvelle vie. Car pour plusieurs d'entre eux, c'est ça, «une nouvelle vie». Au total il y avait 137 pays représentés dans la salle. Différents langages, couleurs, religions, bref, le visage de l'Amérique était réuni dans cette salle. Le juge est arrivé à l'heure, c'est-à-dire à 2h00 soit une attente d'environ 4h00. Tout le monde s'est levé d'un bond, un silence solennel régnait dans la salle. La cérémonie a duré 15 minutes. Il y a eu le Serment d'allégeance, l'hymne national et le discours du juge. Un discours qui disait, entre autres, «le pays vous donne des opportunités. C'est à vous de les prendre. N'attendez pas que le pays vous prenne en charge, mais prenez ces opportunités que le pays vous donne». Le message ne pouvait être plus clair.

À la fin du discours, 2 500 personnes se sont levées en même temps et ont agité frénétiquement leur petit drapeau. La foule était survoltée. À la sortie de la salle, j'ai été assaille par plusieurs personnes avec des formulaires. Je croyais qu'il s'agissait d'un sondage sur la procédure de devenir américain, mais non on m'a demandé si je voulais m'inscrire pour les élections. J'ai répondu avec soulagement: Sure I want!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les personnalités publiques que les Américains admirent le plus Voyez les images