Les blogues

Entrevue de sélection : comment savoir si vous serez la bonne personne?

Le fait est que, dès les premières minutes d'une rencontre avec une personne, nous captons une foule d'informations qui nous fournissent une véritable photo instantanée.
Cette publication a été publiée sur la plateforme des contributeurs au HuffPost, maintenant retirée du Web. Les contributeurs avaient plein contrôle sur leurs publications et le faisaient librement sur notre site. Si vous voulez signaler cette publication comme étant abusive, envoyez-nous un courriel.

Plusieurs personnes m'ont un jour ou l'autre posé une question du genre : « Comment un employeur qui ne me connaît pas du tout, peut-il déterminer en quelques minutes d'entrevue, si je suis ou non la « bonne personne? » Pour certains, une entrevue de sélection peut sembler une science paranormale qui relève quasiment de la cartomancie. Or, lors d'une entrevue, on « entrevoit » beaucoup de choses.

L'entrevue : une rencontre « d'affaires »

Rien n'est plus transparent qu'une entrevue de quelques minutes, surtout lorsque le ou les interviewers sont bien préparés. Et pour que l'entrevue soit bien équilibrée et constructive de part et d'autre, vous devez aussi vous y préparer. Si vous ne l'êtes pas, vous pouvez être assuré que ça sautera aux yeux. Puisqu'une entrevue de sélection est une rencontre d'affaires, votre tout premier élément de préparation consiste à connaître la principale raison qui motive votre présence à cette entrevue. Votre première réponse n'est pas la bonne. Prenez le temps d'identifier une seule raison, et pas n'importe laquelle. Recherchez celle qui vous incitera à tout risquer pour la réussite de cette entrevue. Si vous ne trouvez rien, il vaut probablement mieux investir à votre poste actuel et reporter votre projet de départ. Si cette option n'est pas envisageable, je vous invite à consulter un professionnel de l'orientation de carrière qui vous aidera à clarifier votre parcours.

La bonne personne dans le bon contexte

Si on vous a convoqué en entrevue, c'est que l'interviewer a identifié chez vous certaines des caractéristiques recherchées pour répondre à ses besoins, que ce soit pour avoir lu votre offre de service, votre profil LinkedIn ou pour vous avoir parlé au téléphone. D'entrée de jeu, cette personne possède donc plusieurs informations vous concernant. L'entrevue consistera alors, pour une part, à valider si ce que vous avez à offrir est bel et bien en lien avec les besoins à combler au sein de l'entreprise, et d'autre part, à déterminer dans quelle mesure votre personnalité s'ajustera aux conditions associées au poste (environnement de travail, supérieur immédiat, équipe, culture organisationnelle, philosophie de gestion, etc.).

Une photo instantanée

Retenez que 93 % de ce que vous communiquez lors d'une entrevue relève du non verbal. Rappelez-vous la première fois que vous avez rencontré un ami, l'un de vos voisins, un nouveau professeur, la nouvelle blonde de votre frère. Quelles étaient vos premières impressions? Le fait est que, dès les premières minutes d'une rencontre avec une personne, nous captons une foule d'informations qui nous fournissent une véritable photo instantanée. Notre « évaluation » s'articule à partir de nos propres critères « sélectifs » qui, soit dit en passant, diffèrent d'une personne à une autre. Ainsi, la photo qu'un interviewer prend de vous est influencée non seulement par la façon dont cette personne vous perçoit à partir de ses propres schèmes de référence, mais aussi par les critères fixés quant au type de personnalité recherchée pour répondre aux besoins précis du poste à combler.

La part du non verbal

Dans les 93 % de communication non verbale, nous retrouvons 38 % pour le ton de la voix et 55 % pour le langage corporel. Seulement 7 % de la communication s'établit autour des paroles ou du discours. Ainsi, lorsque vous dites que vous êtes une personne très motivée, mais que rien dans votre ton de voix ou dans votre expression corporelle ne laisse transparaître cette affirmation, comment y croire? Or, si le poste visé vous tient réellement à cœur, et que vous croyez fermement à la qualité des services que vous avez à offrir, vous trouverez inévitablement les mots pour le communiquer. À l'inverse, si vous n'êtes pas convaincu que vous pouvez répondre aux besoins de l'entreprise potentielle, votre doute vous trahira tout au long de l'entrevue. Voilà pourquoi il est tout à fait vain d'apprendre des réponses d'entrevue « par cœur ». Si les paroles comptent pour 7 % dans l'entrevue, c'est que votre préparation aux entrevues doit se s'établir à un tout autre niveau. Voici les deux grandes sections sur lesquelles investir dans votre préparation à une éventuelle entrevue « d'affaires ».

Tout ce qui parle de vous

Vos connaissances, vos compétences, vos attitudes, vos valeurs, vos intérêts, vos expériences, vos réalisations, votre valeur ajoutée, votre façon de voir le poste offert, ce qui vous motive à faire partie de cette équipe, ce qui vous stimule à leur offrir vos services, ce sur quoi vous vous démarquez de votre concurrence, ce qui fait votre différence, ce que vous maîtrisez, les compétences que vous aspirez mettre à profit, ce qui fait que votre contribution connaîtra du succès dans cette entreprise.

Tout ce qui a trait à votre marché cible

Votre connaissance de votre client potentiel (l'entreprise visée) et de ses besoins, la problématique du secteur d'activité, la mission de l'organisation, la connaissance de ses produits et services, de ses différentes succursales, ce sur quoi ils fondent leur réussite, leurs concurrents, leurs forces et, bien sûr, la nature de vos motivations envers ce marché cible et de cette entreprise, particulièrement.

La seule façon d'obtenir un ton de voix fluide et un langage corporel cohérent, lors de votre prochaine entrevue, est de miser essentiellement sur une connaissance approfondie de tout ce que vous avez à offrir. Plus vous aurez une image « transparente » de vos services et du marché que vous ciblez, plus ce court moment sera riche en expérience et profitable en résultats.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les 20 marchés de l'emploi les plus intéressants au Canada en 2015