LES BLOGUES
26/05/2016 02:05 EDT | Actualisé 27/05/2017 05:12 EDT

C2MTL: froid dans le dos

Notre groupe de jeunes enfants fait partie d'une expérimentation de Google, qui teste la réalité virtuelle. Pas sur des singes: sur des humains.

Nous sommes sur la côte ouest américaine. Un groupe d'enfants de 7 et 8 ans monte dans un autobus scolaire. Ça fait du bruit. Ça se bouscule. Ça discute. Ça s'assoit en sautillant. Vous comme moi, nous reconnaissons presque l'odeur des bancs de plastique et le froid des cloisons en acier. Bref, une image tout ce qu'il y a de plus normale d'enfants montant dans le bus pour une sortie scolaire ensoleillée. Fait rassurant, aucun enfant n'a le visage collé (comme nous) à un téléphone intelligent. Ils ont plutôt le nez et les doigts collés à la fenêtre de l'autobus, fascinés, ajustant et créant du bout des doigts ce qu'ils y voient.

C'est que par ces fenêtres, les enfants ne regardent pas les rues bétonnées de Los Angeles ou de San Francisco. Ils se promènent sur Mars, visitent des villages martiens, regardent son ciel bleu, son sable et ses montagnes rouges. En groupe, ils créent leur propre Mars. Ils sont concentrés, affairés, efficaces, rapides dans la manipulation des boutons magnétiques sur les fenêtres.

Avançons de quelques décennies. Nos jeunes sont maintenant des adultes. Ils ont des voitures qui s'autoconduisent, vivent dans un monde où la plupart des maladies aujourd'hui incurables sont traitées, ont un compagnon robot avec lequel ils peuvent discuter et qui s'occupe des tâches ménagères sans rechigner. Ils s'amusent dans un paradis virtuel immersif dont ils sont les créateurs.

Notre groupe de jeunes enfants fait partie d'une expérimentation de Google, qui teste la réalité virtuelle. Pas sur des singes: sur des humains. Rien de plus normal, puisque c'est un jeu. C'est aussi une avancée technique et technologique immense, dont les retombées potentielles sur notre qualité de vie sont encore insoupçonnées, sans parler des retombées économiques.

C2MTL 2016 s'est mis plus que jamais à la futurologie en invitant des conférenciers aussi intéressants qu'importants: Nick Bostrom professeur de philosophie à Oxford University et directeur du Future of Humanity Institute ; Dr Kate Darling du MIT Media Lab ; Mike Yapp, fondateur et directeur chez Google de The Zoo. Ne vous trompez pas, il n'y a ni éléphant ni girafe chez Google. Le Zoo, ce sont nos jeunes dans l'autobus... La salle est fascinée par la présentation, son contenu et son efficacité.

C'est clair et on le savait: rien n'arrêtera Google.

Cette histoire d'autobus aux composantes virtuelles reste à priori un jeu, mais il semble clair que ces enfants dans la fleur de l'âge ne peuvent sortir qu'impressionnés par de telles expérimentations. Pensons à l'aspect déjà hautement addictif des jeux videos, et transposons-le au pouvoir presque infini d'une expérience immersive à laquelle s'ajouteront très vite d'autres dimensions sensorielles. N'est-il pas évident que les individus vont préférer habiter ces mondes merveilleux sur lesquels ils ont le contrôle, plutôt que d'être soumis aux aléas de la vie et au béton des villes?

Qu'arrivera-t-il à l'humanité lorsque les intelligences artificielles auront pris en charge toutes les tâches et emplois journaliers? Peut-on envisager une soudaine augmentation du taux de chômage ou bien une meilleure répartition des richesses libérées grâce à une augmentation de la productivité? Peut-on aussi penser à la création d'une société planétaire déconnectée de la réalité et oisive, ou à une humanité presque immortelle ayant le temps d'une réflexion profonde et d'actions réelles sur l'amélioration de ses conditions de vies globales?

Tant de constats et de questions qui divisent, donnent espoir, et donnent froid dans le dos lorsque l'on sait comment l'humanité à mené sa barque jusqu'ici et que la machine est souvent à l'image de son créateur. Toutes sont des questions à peine effleurées par nos célèbres conférenciers.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Styles de soirée: C2MTL Voyez les images

VOIR AUSSI :