LES BLOGUES
13/01/2016 11:09 EST | Actualisé 13/01/2017 05:12 EST

Une résolution pour 2016: cesser de vouloir perdre du poids

C'est dans cette urgence de se prendre en main que, collectivement, nous tombons parfois dans des pièges marketing qui ne sont pas toujours très bons pour notre santé.

Nous sommes début janvier et plusieurs d'entre nous sommes motivés par des résolutions et de nouvelles bonnes habitudes à intégrer à notre quotidien. Arrêter de fumer, se mettre en forme et perdre un peu de poids sont des classiques. Les présentoirs des pharmacies nous suggèrent fortement des produits minceur et les publicités des gyms nous culpabilisent de s'être resservis deux fois dans la salade de patates et dans la tarte au sucre. C'est un peu comme si le début d'année nous permettrait de mettre le compteur à zéro. On fait reset. Et c'est dans cette urgence de se prendre en main que, collectivement, nous tombons parfois dans des pièges marketing qui ne sont pas toujours très bons pour notre santé.

Jeûne, shakes et cure «détox»

Toutes les méthodes pour faire ce «grand nettoyage», ne sont pas recommandables. Les substituts de repas (en poudre ou en barre), par exemple, permettent certes une perte de poids rapide, mais ces produits sont généralement bourrés de sucre et d'ingrédients synthétiques, en plus d'être très restrictifs.

Il en va de même pour les jeûnes et cures de jus «détox», qui nous promettent d'éliminer nos toxines, une perte de poids, une énergie renouvelée et un sentiment de légèreté. Il faut savoir que ces cures de jus d'un, de deux ou de trois jours offrent beaucoup moins de calories que ce que nous avons besoin quotidiennement, d'où la possible perte de poids rapide.

«Même si l'idée de perdre du poids rapidement peut paraître alléchante, il est important de savoir que cela comporte des risques. Lorsqu'on perd du poids très rapidement (plus de 1 kilo par semaine), on perd principalement de l'eau et des muscles plutôt que de la masse grasse. Comme les muscles dépensent plus d'énergie au repos, le fait d'en avoir moins entraîne une diminution de notre dépense énergétique de base (métabolisme). Donc, lorsque la cure/diète est terminée et que l'on recommence à manger normalement, on reprend non seulement tout le poids perdu, mais possiblement quelques kilos supplémentaires dû à la diminution de notre métabolisme au repos. Sans compter le fait que lorsque le corps subit une restriction majeure, il a tendance à entreposer les calories supplémentaires sous forme de graisse plus facilement», explique Thao Bui, nutritionniste-diététiste.

Ces cures, vendues comme des solutions miracles, sont aussi plutôt dispendieuses. En effet, le prix de certaines de ces cures «détox» sont équivalentes, ou presque, au prix d'une consultation d'une heure avec une ou un nutritionniste, un professionnel de la santé qualifié pouvant nous aider pour une perte de poids saine, un changement des habitudes de vie et pour des effets à long terme.

Se baser sur la science et la conscientisation, et non sur les gourous de la santé

Les réseaux sociaux sont désormais bien remplis de gourous de la santé qui préconisent différents régimes, comme le régime sans sucre ou sans gluten (outre que pour l'intolérance et la maladie cœliaque) et le régime paléo. On y trouve de tout, pour tous les goûts. Ces nouvelles vedettes du bien-être, qui sont généralement des «motivateurs», et non des gens qui ont une formation professionnelle et scientifique dans le domaine de la santé, nous dictent ce qui est, selon eux, la meilleure méthode pour perdre du poids et être en «bonne santé».

Le végétalisme comme régime pour perdre du poids participe aussi à cette triste tendance. Mais c'est aussi une mauvaise manière de le présenter, et il ne faudrait pas le réduire à cet aspect. Car en effet, le végétalisme peut apporter de nombreux bienfaits pour la santé, notamment sur la santé cardiovasculaire - il s'agit, après tout, d'une alimentation qui exclut les produits d'origine animale et qui est basée sur les fruits, les légumes, les légumineuses, les grains et les noix, toutes de bonnes choses que nous devrions tous manger. En revanche, la réalité est qu'on peut aussi engraisser en suivant cette alimentation. On peut manger végétalien équilibré, ou manger de la junk food et des mets préparés végétaliens.

Si le végétalisme peut résonner comme un régime strict pour certains, plusieurs initiatives positives tentent de nous le faire découvrir autrement, c'est-à-dire comme une pratique alimentaire gourmande et diversifiée plutôt qu'extrême et privative. C'est le cas du mouvement mondial Veganuary qui se déroule tout le mois de janvier et qui incite les gens à se tourner vers le végétalisme - par la sensibilisation et l'éducation à différents enjeux, et non pas par des promesses magiques de perte de poids. Les participants sont invités à s'informer sur les impacts qu'ont leurs choix alimentaire sur l'environnement, les animaux et sur leur santé, ainsi qu'à cuisiner des recettes végétaliennes autant simples qu'élaborées. Des ressources en ligne sont aussi mises à leur disposition pour les guider dans leurs réflexions.

S'informer d'abord et avant tout sur ce que nous mangeons, n'est-ce pas là la clé du succès pour perdre du poids sainement? Finalement, pourquoi ne prendrions-nous pas comme bonne résolution de demeurer critiques face à que nous lisons sur Internet sur les régimes et solutions miracles. Santé !

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo À quoi faire attention dans un restaurant Voyez les images