LES BLOGUES
08/04/2018 08:00 EDT | Actualisé 08/04/2018 08:00 EDT

Walmart: aujourd’hui, la madame est contente

Parce qu’au-delà des considérations monétaires et administratives, il y a le facteur humain.

Daniel Becerril / Reuters

Je l'espérais sans trop y croire, mais c'est arrivé. Le géant bleu a corrigé le tir. On doit s'en réjouir. Oui, bien sûr, il s'est ravisé à la suite de la vague de colère qui l'a soulevé de ses fondations la semaine dernière. Mais peu importe. Il a fait une erreur, il l'a reconnu et a pris des mesures correctives. C'est une bonne nouvelle.

Il est rassurant de constater que les consommateurs ont un réel pouvoir. Qu'ils peuvent se faire entendre quand ils crient ensemble d'une même voix. Que même perchés au sommet de leur tour de verre, les dirigeants ne peuvent pas ignorer le tonnerre qui gronde en bas, sur le plancher des vaches.

Au cœur de ce qu'il convient maintenant d'appeler «l'affaire Walmart», les commentaires ont fusé de toutes parts. Pendant que plusieurs personnes décriaient la décision du géant bleu, d'autres applaudissaient Walmart pour avoir participé pendant des années au programme d'intégration des personnes vivant avec un handicap.

On ne peut pas nier que depuis plusieurs années, l'entreprise est proactive en encourageant l'inclusion sociale des personnes différentes. Chapeau au géant bleu là-dessus. L'erreur de Walmart a été d'oublier que quand tu t'engages dans un programme social de ce genre, tu ne peux pas tout abandonner comme ça, du jour au lendemain. C'est un engagement social et humain. Et Walmart se devait de respecter son engagement envers ses employés différents.

C'est un engagement social et humain. Et Walmart se devait de respecter son engagement envers ses employés différents.

Quand tu sais que tes employés différents sont super attachés à leur travail et à leurs collègues, quand tu sais que c'est une partie ultra importante de leur vie et qu'ils vont être très déstabilisés si tu les congédies, tu te montres attentif. Parce qu'au-delà des considérations monétaires et administratives, il y a le facteur humain.

Oui, Walmart avait le droit de se retirer du programme d'intégration des personnes handicapées. Mais au lieu de brutalement mettre les employés différents dehors, Walmart aurait pu annoncer son intention de se retirer graduellement du programme. Annoncer qu'il n'y aurait pas d'autres embauches de personnes différentes, tout en maintenant en emploi les personnes qui s'y trouvaient déjà. Et, au fur et à mesure que les employés différents quittent l'entreprise, ne pas les remplacer. Pourquoi ne pas avoir procédé de cette façon? De façon humaine et avec considération pour ces employés qui ont servi loyalement, assidûment et avec tout leur cœur? Pourquoi pas? En expliquant sa décision et en procédant graduellement, Walmart n'aurait pas essuyé la tempête d'indignation qui a sévi contre elle la semaine dernière.

Voilà. Tout est dit. On dit que faute avouée est à moitié pardonnée. Sans oublier, on peut aujourd'hui pardonner sa faute au géant bleu. Nombreux sont ceux qui font des erreurs. Moins nombreux sont ceux qui l'admettent et se corrigent. Bravo Walmart. Nous pouvons maintenant retourner chez toi.

Fin du débat Walmart. Allons plus loin.

J'ai fait quelques recherches. J'ai posé la question à des familles différentes. Je voulais savoir quelles entreprises, au Québec, embauchent des personnes handicapées. Je voulais me faire raconter de belles histoires.

Il s'avère que plusieurs entreprises québécoises font une place de choix aux personnes différentes parmi leur personnel.

Il s'avère que plusieurs entreprises québécoises font une place de choix aux personnes différentes parmi leur personnel. Et il s'avère aussi que ces employés sont très appréciés, autant par leur employeur que par la clientèle.

Plusieurs grandes bannières emploient des personnes vivant avec un handicap. Que ce soit dans le milieu de la construction-rénovation, dans le milieu alimentaire, dans le commerce au détail et même dans des salons de toilettage pour animaux, on retrouve ces trésors au sourire accueillant et au dévouement sans bornes.

Les personnes handicapées ont longtemps fait face à de nombreux obstacles dans leur quête pour intégrer le marché du travail. Mais heureusement, les temps changent. Plusieurs mythes sont tombés et nombreuses sont les organisations qui voient aujourd'hui les avantages à embaucher une personne différente: contrer la pénurie de main-d'œuvre et s'enrichir d'employés compétents, dévoués et plaisants à côtoyer. De plus, il existe plusieurs ressources d'aide et d'accompagnement pour les employés handicapés et pour les employeurs désireux de les embaucher, ce qui facilite les choses.

Je ne nommerai pas ici toutes les entreprises qui embauchent des personnes différentes, car elles sont (heureusement) nombreuses. Je leur lève toutefois mon chapeau bien haut et je les félicite d'avoir fait un excellent choix. Un choix différent. Un choix intelligent. Un choix bénéfique. Bénéfique pour l'entreprise, bénéfique pour les employés différents, et bénéfique pour la société québécoise. Oui, nous allons dans la bonne direction.

Galerie photoLes billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images