LES BLOGUES
29/10/2018 14:02 EDT | Actualisé 29/10/2018 14:03 EDT

Société, tu dois faire un examen de conscience

Si chacun y met du sien, on y arrivera, on te transformera, et tu seras belle comme jamais.

Estersinhache fotografía via Getty Images
La maltraitance des plus vulnérables est un trait vraiment très laid de ton visage.

Chère société,

Tu es malade et déséquilibrée. Ne vois-tu pas la masse qui prend chaque jour de l'expansion à ta droite? Société, si tu ne réagis pas, tu vas basculer.

Regarde sur les nombreux écrans qui témoignent de ton état. Les images sont bouleversantes.

Bombes, fusillades, complots, attentats, bagarres, menaces, harcèlement. Haine basée sur la race, la religion, l'orientation sexuelle, l'opinion politique, etc.

Après deux ans de «régime Trump», la population américaine se divise à une vitesse affolante.

Le président du pays le plus puissant de la planète incite ses supporters à la haine et à la violence. Il va même jusqu'à leur promettre de payer leurs frais de justice s'ils vont agresser ceux qui osent avoir une ligne de pensée différente de celle dont il fait la promotion. Aveuglés par sa rhétorique haineuse, certains vont jusqu'à commettre des crimes contre leurs concitoyens. Après deux ans de «régime Trump», la population américaine se divise à une vitesse affolante. La presse, chien de garde de la démocratie, se fait persécuter et pratique sa mission dans la peur. Tout cela se passe au cœur du pays de la liberté et des braves. Très inquiétant.

Ailleurs dans le monde, des journalistes sont assassinés par des dictatures qui n'ont pas à s'inquiéter des conséquences. D'autres sont emprisonnés et fouettés pendant des années sans que personne ne lève le petit doigt. Des sanctions économiques seraient plus que justifiées pour punir un grand pays qui bafoue sans gêne les droits de l'homme. Mais les dirigeants des autres puissances ne réagissent pas. Ce serait désastreux pour l'économie. Les dollars avant les humains.

Depuis trop longtemps, des pays pauvres comme l'Afrique ne se développent pas à cause de leur organisation sociale et politique déficiente. En Asie, des femmes s'affichent dans des vitrines pour vendre leurs services sexuels. Des enfants sont exploités sexuellement pendant que d'autres font du travail forcé. Ils fabriquent entre autres des chaussures et des vêtements, qui sont vendus en Amérique à des consommateurs qui n'ont pas de temps à perdre sur leur cellulaire pour vérifier d'où provient la marchandise qui leur est proposée chaque jour. Si c'est beau et pas cher, on achète. L'important, c'est d'économiser.

Société, tu dois faire un examen de conscience. Ton comportement actuel est inacceptable. Tu es trop capitaliste, déshumanisée, froide et non solidaire.

La maltraitance des plus vulnérables est un trait vraiment très laid de ton visage.

J'ai deux enfants. Une fille géniale et un garçon exceptionnel. Exceptionnel parce qu'il vit avec un handicap et des problèmes de santé. Il a besoin de mon aide pour ses activités quotidiennes. Chaque jour, je me demande qui va prendre soin de lui quand je ne serai plus. Une chose est sûre: chère société, quand je te regarde aujourd'hui, je sais que je n'ai pas du tout envie de te confier mon fils.

Parce que trop de belles personnes comme mon fils sont malmenées par tes ressources d'hébergement et de soins. Des gens fragiles sont brutalisés par ceux dont la mission est pourtant de prendre soin d'eux. La maltraitance des plus vulnérables est un trait vraiment très laid de ton visage.

Même les jeunes ont plus que doublé leur consommation d'antidépresseurs. C'est alarmant.

Te souviens-tu du temps où tu nous promettais de te transformer en société de loisirs? Tes belles promesses de semaine de travail d'une vingtaine d'heures à plein salaire, de temps de loisirs à profusion et de familles heureuses n'étaient qu'un mirage. Les gens n'ont jamais autant travaillé pour joindre les deux bouts et, pour la plupart, la retraite dorée n'est qu'un rêve.

Tu nous avais aussi promis une vie agréable et facilitée par la technologie qui fait sans cesse des progrès. Tu nous as menti là aussi. De toute ma vie, je n'ai jamais vu les gens autour de moi aussi stressés, surmenés, fatigués et malheureux. Plusieurs ont besoin de béquilles pour continuer à avancer: le nombre de prescriptions d'antidépresseurs a explosé ces dernières années pour atteindre des niveaux jamais vus. Même les jeunes ont plus que doublé leur consommation d'antidépresseurs. C'est alarmant.

À LIRE AUSSI:

» Title IX: la redéfinition du genre au pays de Trump menace les jeunes

» Bafouer les droits de la personne: le grand paradoxe de l'Arabie saoudite

» Une police incompétente dans un système incompétent?

» La réélection de Donald Trump en 2020

» Affaire Khashoggi: ce crime nous concerne tous

Mon fils et moi aimons beaucoup les humoristes. Pas d'antidépresseurs chez nous; le rire est sans pareil pour prendre la vie du bon côté et cultiver la bonne humeur au quotidien.

Dans un de ses spectacles, Guy Nantel a partagé sa vision de la société idéale. Je te répète ses paroles, car elles sont très sages et inspirantes. Prends des notes:

«Je rêve d'une société où règne le gros bon sens. Où on peut vivre ensemble en paix. Où on retrouve les mêmes droits et obligations pour tous. Où on est capables de mettre de côté les valeurs capitalistes pour plus de justice et de compassion. Une société où le bien commun prévaut sur le profit personnel. Où on comprend que s'il y a un salaire minimum, il doit aussi y avoir un salaire maximum. Où on sait que la crise économique et la crise écologique sont liées. Une société où les religions vont unir au lieu de diviser. Où on sait que le bonheur est impossible si on n'agit pas dans l'intérêt de la collectivité. Une société où chacun sait se responsabiliser. Parce qu'on peut bien chialer contre les politiciens, on doit tous prendre nos responsabilités personnelles pour changer la société.»

Chère société, comme beaucoup d'autres personnes, je rêve de te voir atteindre cet idéal. Et ça, c'est un rêve réalisable. Si chacun y met du sien, on y arrivera, on te transformera, et tu seras belle comme jamais.