LES BLOGUES
25/12/2017 09:00 EST | Actualisé 25/12/2017 09:00 EST

Combien de Noëls aurons-nous encore ensemble, mon poussin?

Portée par la force que je puise dans tes yeux, j’ai bâti un navire. 

zoff-photo via Getty Images

Mon poussin, tu sais combien je t'adore. Quand tu es entré dans ma vie, bel ange aux ailes brisées, je t'ai juré que jamais je ne t'abandonnerais. Pour toi, je repousse sans cesse mes limites. Je vais au-delà de moi. Portée par la force que je puise dans tes yeux, j'ai bâti un navire. Oh, il est bien petit, et sa coque est faite de matériel bien modeste, mais il est robuste. Solidifié par l'amour, il résiste à toutes les tempêtes.

Quand nous avons levé les voiles sur un océan différent, je n'étais pas certaine d'être une bonne capitaine. Mais j'ai entrepris le périple avec le courage que tu m'as inspiré. Tout au long du voyage, on a fait escale dans des ports où on a parfois trouvé la joie, parfois la peine, parfois la peur. On en a vu des tempêtes. Notre petit bateau a résisté à toutes les vagues. Il s'est fait brasser solide, mais il n'a jamais chaviré. En tant que capitaine du bateau, je pense que je navigue plutôt bien sur cet océan différent.

Mais, parfois, je suis fatiguée. J'aimerais mettre le cap sur une île déserte bordée d'une grande plage au sable chaud. M'y étendre, au grand soleil, et me reposer, me reposer... C'est que c'est dur d'être seule aux commandes d'un bateau et de naviguer 24 heures sur 24, 7 jours par semaine, sans jamais prendre de pause.

L'indifférence me cassait les genoux et arrachait une à une les pièces portantes de notre petit navire, menaçant de le faire couler.

Et puis, il y a des tempêtes qui épuisent plus que d'autres. Quand le bateau prend l'eau, comme capitaine je travaille jusqu'à épuisement pour le garder à flot. Au loin, dans une ville nommée Québec, il y a des gens qui peuvent m'aider. J'ai lancé des S.O.S. qui sont longtemps restés sans réponse. Maintes fois, mes forces ont failli s'épuiser. L'indifférence me cassait les genoux et arrachait une à une les pièces portantes de notre petit navire, menaçant de le faire couler. À un cheveu du désespoir, j'ai lancé un dernier S.O.S. Un homme a entendu mon appel et m'a tendu une perche. M. Paradis. Il m'a aidée à accoster au port de la ville. Il m'a redonné espoir. Et c'est avec une énergie nouvelle que j'ai repris le gouvernail de notre petit navire.

Une autre tempête se profile à l'horizon. Sur mon visage, je sens déjà le vent, menaçant, sur mes joues. Il faudra encore travailler fort pour ne pas être avalés par les vagues, pour ne pas couler. Je me tourne vers toi mon ange. Tu voudrais tellement m'aider. Mais quand on a les ailes brisées, on ne peut pas ramer bien fort. Sauf que... Quand tu plonges tes magnifiques yeux pers dans les miens, je sais pourquoi je suis là, aux commandes de notre petit bateau, sur cet océan différent, tous les jours. Prête à traverser toutes les tempêtes. Encore et toujours.

On va se rendre à bon port, et on va trouver l'aide nécessaire pour pouvoir continuer à naviguer avec nos anges sans craindre que notre navire ne soit anéanti par une vague scélérate.

Tout autour de nous, je vois d'autres petits bateaux. D'autres capitaines qui naviguent sur l'océan différent, bravant toutes les tempêtes et s'échinant pour garder leur navire à flot. Comme moi, eux aussi voyagent avec un ange aux ailes brisées. On va poursuivre le périple tous ensemble. On va se rendre à bon port, et on va trouver l'aide nécessaire pour pouvoir continuer à naviguer avec nos anges sans craindre que notre navire ne soit anéanti par une vague scélérate.

Mon poussin, mon ange aux ailes brisées... Je ne peux imaginer un seul soir sans te border, un seul matin sans ton sourire, une seule journée sans un de tes câlins. Je ne peux imaginer le prochain Noël loin de toi. Je veux continuer à naviguer avec toi aussi longtemps que la vie le permettra. Pour toi, je garde le cap. Jamais je ne quitterai le navire. Pour toujours, ensemble. Solide devant toutes les tempêtes.

L'amour, c'est juste trop fort.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost