LES BLOGUES
26/04/2019 15:23 EDT | Actualisé 17/05/2019 12:36 EDT

«Bébés»: le spectacle le plus charmant de la saison

La pièce nous sert un discours lucide, mais c'est l'ascendant qu'ils exercent sur tout adulte normalement constitué qui domine ici.

Marlène Gélineau-Payette
Ève Landry nous livre un discours senti sur ce qu'est la maternité, au-delà de l'adorable résultat de neuf mois de gestation.

Je le confirme: les bébés, comme le chat, le chien, le cochon, la vache, etc. de la pièce Animaux sont d'excellents comédiens. Ils se sont tous comportés admirablement lors de la Première de Bébés à l'Espace Libre. Ils ont tous fait preuve d'une discipline exemplaire en plus de démontrer un coefficient de cutitude dangereusement élevé.

C'est certainement la pièce la plus charmante de la saison, une idée de Daniel Brière et d'Alexis Martin, écrite par ce dernier et Emmanuelle Jiménez. Après Animaux en 2016, Bébés continue l'exploration de la notion de présence au théâtre.

Animaux, que j'ai beaucoup aimé, avait cependant la contrainte d'une narration philosophique et pédagogique fort intéressante, mais complexe. Et il se passait tellement de choses sur la scène avec toutes les mignonnes bêtes qui y évoluaient que, forcément, toutes ces notions ne se rendaient pas nécessairement jusqu'à notre cortex. Il y a aussi une narration dans Bébés, dite par Anne Dorval, mais beaucoup plus sobre et qui n'alourdit pas l'ambiance ou l'environnement.

Philippe Ducros, Klervi Thienpont et bébé Élora, Nadine Louis et bébé Lorian, Ève Landry et bébé Louis, Tienhan Kini et bébé Tinwah, ainsi que Jacques L'Heureux sont les protagonistes.

Inutile de vous dire que tous les yeux sont rivés sur ces petites merveilles qui marchent à peine et que les comédiens adultes se retrouvent dans des rôles de faire-valoir, ce qui est très rafraîchissant je trouve.

Le texte, cependant, fait la part belle à ce qui entoure la venue d'un bébé dans la vie. Ève Landry nous livre un discours senti sur ce qu'est la maternité, au-delà de l'adorable résultat de neuf mois de gestation: je suis une vache, on me trait, j'ai mal aux seins, je dors trois heures par nuit, je suis brûlée... eh oui! Car il y a un prix à payer pour ces affables et croquignolets mini-humains. Qui ne sont pas toujours affables et croquignolets.

La place qu'occupent ces petits au sein d'un couple est également démesurée. Il y aura un dialogue entre un homme et une femme qui cerne parfaitement toutes les frustrations de l'un et de l'autre face à cet extrême chamboulement. La vie ne sera plus jamais la même, évidemment, et l'incompréhension qui règne entre les deux parents semble irrémédiable. Ce segment de la pièce m'a semblé trop long, et bien pessimiste aussi. Mais, hélas, je sais que cela se produit.

Françoise Dolto disait que les bébés comprennent bien davantage que nous le croyons et je suis persuadée que c'est vrai. Dans la pièce, un des bébés regardera un spectacle de marionnettes où on récite le monologue d'Hamlet. Avec beaucoup d'intérêt, je le souligne. Et je ne vois pas comment l'expliquer autrement que par cette compréhension intuitive d'un timing impeccable et l'adorable spontanéité dont les bébés font preuve tout au long de la représentation. Ils ne sont pas encore trop anxieux, complexés, craintifs ou pleins d'appréhensions. Ils sont dans le moment présent, ils existent tout simplement.

Et je sais que ce n'est pas toujours, loin de là, aussi facile que ce qu'on nous montre sur la scène de l'Espace Libre. Mais, franchement, cette pièce m'a rappelé les beaux, bons et doux moments, les sourires et les rires, la séduction inhérente à ces petits êtres qui font tous partie d'un vaste complot nous incitant à leur fabriquer des compagnons de jeu et, plus tard, de vie.

Bébés nous sert un discours lucide, mais c'est l'ascendant qu'ils exercent sur tout adulte normalement constitué qui domine ici.

Ce qui est frappant c'est d'observer ou de se rappeler que les petits ont tous des personnalités déjà bien affirmées. Élora, Lorian, Louis et Tinwah sont les stars de ce spectacle, brillants d'intelligence et mignons comme tout, attachants et touchants au-delà des mots. Ils nous séduisent sans même le vouloir, sans même faire exprès et le résultat est un unique et exquis moment de théâtre.


Bébés: à l'Espace Libre jusqu'au 19 mai 2019. Les représentations (dodo oblige) ont lieu à midi. De la nourriture est disponible sur place et tous les bébés sont les bienvenus.

À LIRE AUSSI:

» Pour une éducation humanisante obligatoire

» «Le Scriptarium 2019»: quand le tiers de notre vie n'est qu'un rêve

» Réflexions sur l'alcool: d'un extrême à l'autre

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.