LES BLOGUES
08/12/2016 10:55 EST | Actualisé 08/12/2016 10:58 EST

«2016 Revue et corrigée»: bof

Le spectacle dure 2 h 20 et j'avoue avoir regardé ma montre à quelques reprises. L'année dernière, c'était formidable, l'année précédente, pas mal du tout. Cette année : pitié! Que s'est-il passé? Ce sont pourtant les mêmes auteurs.

Il y a trois moments que j'ai beaucoup aimés et où j'ai ri en voyant la dernière mouture de Revue et corrigée, la tradition annuelle du Théâtre du Rideau vert. Il y a eu la réaction d'Hillary Clinton après sa défaite le 8 novembre, une fausse pub pour Québec-Dépôt où on souligne avec un humour très caustique la vente de Saint-Hubert et de Rona à des intérêts étrangers et le retour de ce personnage inspiré par Fred Pellerin, qui commente tout et n'importe quoi avec poésie et un humour très fin. Le reste : bof.

Le numéro d'ouverture est très réussi, sur l'air de la chanson de l'été de Justin Timberlake les comédiens chantent et dansent avec beaucoup d'enthousiasme. Les sketches qui suivent ne sont cependant pas à la hauteur. Les échangisses, PQ-Mon Go, le discours de Jean-François Lisée après sa victoire comme chef du Parti québécois, les aléas de l'attente à la douane canadienne, ça se succède, c'est trop long, ça manque singulièrement de rythme. On parodie de nouveau Marina Orsini et c'était très drôle l'année dernière, mais cette année cela m'a semblé à la limite du supportable avec une exagération démesurée de ses tics et de ses idiosyncrasies. Un numéro sur Mike Ward participant à un téléthon pour enfants handicapés était carrément vulgaire (oui, je sais, Mike Ward est pire encore), sans recul et sans éléments d'une critique sociale et d'une réflexion sur la liberté d'expression qui auraient pu être très intéressants et c'était je crois donner beaucoup de place à quelqu'un qui n'en mérite pas tant.

Un autre segment s'est très longuement et inutilement étendu sur le désespoir de Ron Fournier devant le départ de PK Subban pour Nashville. Un sketch sur les pit-bulls et un autre sur la légalisation de la marijuana ont pour moi complètement raté leur cible avec des textes faibles et lorsqu'on a voulu se moquer de nos politiciens ou dirigeants ce fut fait mollement, sans mordant aucun. On a eu droit aux apparitions ponctuelles de Denise Filiatrault très bien jouée par Marc St-Martin, mais encore là on étirait la sauce. Et lorsqu'un sketch a fait appel à Mary Poppins (la comédie musicale de l'été dernier du Festival Juste pour rire en reprise ces jours-ci) pour venir en aide aux Libéraux à Québec, je me suis dit qu'il y avait une frontière bien mince entre le clin d'œil et la plogue. En général, on a misé beaucoup sur des textes écrits avec une truelle de maçon et où on caricature lourdement en beurrant épais plutôt que sur la finesse qui m'avait tant plu l'année dernière.

Je parlais de Marc St-Martin, qui est vraiment excellent, mais je veux aussi souligner le travail de Julie Ringuette qui a une voix remarquable et de Martin Héroux, toujours juste. François Maranda et France Parent tirent leur épingle du jeu, mais j'ai trouvé qu'Amélie Grenier en faisait trop. Mais encore là, il faut avoir des textes à la hauteur et, franchement, ce n'était pas le cas.

Le spectacle dure 2 h 20 et j'avoue avoir regardé ma montre à quelques reprises. L'année dernière, c'était formidable, l'année précédente, pas mal du tout. Cette année: pitié! Que s'est-il passé? Ce sont pourtant les mêmes auteurs. Les comédiens sont talentueux (quoique j'avoue m'être ennuyée de Suzanne Champagne), Alain Zouvi est un excellent metteur en scène et l'actualité n'a certainement pas fait défaut pour stimuler l'inspiration. Mais à peu près tout tombe à plat. Les sketches sont trop longs, d'un intérêt relatif et le résultat est davantage consternant que désopilant. Je donne un C- à cette revue de l'année et j'ajouterai : peut certainement faire mieux.

2016 Revue et corrigée : au Théâtre du Rideau vert jusqu'au 7 janvier 2017.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo 20 spectacles à offrir en cadeaux de Noël Voyez les images