LES BLOGUES
11/03/2013 10:51 EDT | Actualisé 11/05/2013 05:12 EDT

Comment atteindre l'équilibre budgétaire, et même dégager de gros surplus

CP

Lettre à l'honorable James M. Flaherty, député fédéral de la circonscription de Whitby-Oshawa et ministre des Finances du Canada

Monsieur Flaherty,

En tant que Canadien et payeur de taxes, je ne peux que vous encourager à poursuivre votre objectif d'atteindre l'équilibre budgétaire du pays. C'est pourquoi je voudrais vous soumettre, bien humblement il va sans dire, une proposition qui me semble devoir contribuer à l'atteinte de votre objectif et, j'en suis persuadé, à celui de tous les Canadiens et Canadiennes.

Vous avez, à n'en pas douter, lu le livre de l'experte canadienne en fiscalité, Brigitte Alepin, La crise fiscale qui vient. Mais je comprends que votre emploi du temps ne vous a certainement pas permis de tirer toutes les conclusions de ce livre, par ailleurs fort bien documenté sur tous les aspects de la fiscalité. Je ne veux pas entrer ici dans le labyrinthe des lois et règlements permettant aux entreprises la «double imposition» qui les autorise à déclarer leurs profits dans des pays à faible imposition si ce n'est à imposition nulle. Je laisse cela à vos fonctionnaires spécialistes.

Non, je ne veux que vous rapporter quelques chiffres, qui d'ailleurs viennent de votre gouvernement, ceux de l'évasion fiscale. Sans plus de verbiage - votre temps est précieux - voici ces chiffres:

Montants de l'évasion fiscale au Canada (ou dollars partant dans les paradis fiscaux)

- 2003: 88 milliards $

- 2009: 146 milliards $

...

- 2013: 210 milliards $ (estimé)

- 2014: 233 milliards $ (estimé)

- 2015: 259 milliards $ (estimé)

Base de calcul: Brigitte Alepin, La crise fiscale qui vient, p.53 (avec les données fournies par le gouvernement fédéral)

Vous visez l'équilibre budgétaire pour l'élection de 2015. Pour ce faire, et en extrapolant les chiffres ci-dessus, vous disposeriez donc d'une somme potentielle approximative de 259 milliards $ pour la seule année 2015! Et ce, sans augmenter les impôts de quiconque, entreprises comprises!

Vos fonctionnaires pourront refaire ces calculs pour plus de sûreté et de précision, mais l'important ici - même en tenant compte d'erreurs de précision de ma part - est de prendre note de l'ampleur de la marge de manœuvre dont vous disposez. On parle de centaines de milliards $! Ce n'est pas rien, convenez-en. Mais, surtout, puissiez-vous y trouver les fonds dont nos services publics ont besoin, au lieu de devoir les réduire ou les abandonner.

Veuillez accepter mes sincères salutations.

VOIR AUSSI

Les faits saillants du budget 2012