LES BLOGUES
24/02/2015 10:23 EST | Actualisé 26/04/2015 05:12 EDT

Course à la direction du PQ: la bataille de la Rive-Sud

Au total, la Montérégie a contribué pour un montant de 40 669 $ à la course à la direction du PQ, soit 21 % de la somme totale des dons recueillis par les candidats jusqu'à maintenant.

La Rive-Sud de Montréal est généralement un terreau fertile pour le Parti québécois en période électorale. Plusieurs circonscriptions montérégiennes sont même considérées - avec raison - comme de véritables châteaux forts péquistes. Même si l'élection du 7 avril 2014 a un peu rebrassé les cartes en faisant basculer quelques châteaux forts (ou devrais-je dire ex-château fort?) dans le giron caquiste, la plupart des 18 circonscriptions de la région demeurent d'une importance cruciale pour tout bon stratège péquiste. Évidemment, la course à la chefferie du PQ n'échappe pas à cette logique, surtout lorsqu'on sait que deux aspirants-chefs sont des députés de la Montérégie.

Logiquement, c'est Martine Ouellet (députée de Vachon) ou Bernard Drainville (député de Marie-Victorin) qui devraient tirer la part du lion du financement provenant de la Montérégie. Un peu à la manière d'Alexandre Cloutier qui tire 75 % de son financement de sa région, comme je le mentionnais la semaine dernière. Sinon, on devrait tout de même voir la majorité des 276 donateurs de la Rive-Sud se répartir principalement entre les deux candidats locaux. Étonnamment, les données sur le financement des candidats montrent plutôt qu'une course à trois se dessine en Montérégie. Voyons, si vous le voulez bien, cette « Bataille de la Montérégie » plus en détail.

Sans grande surprise, le coureur de tête est Bernard Drainville. Jusqu'à présent, il a recueilli 17 585 $ dans cette seule région. Ça représente près de 50 % du financement recueilli par M. Drainville à travers le Québec. Ce qui est étonnant, c'est que sur les 17 585 $ amassés, seulement 43 % proviennent de la circonscription de Marie-Victorin, celle qu'il représente à l'Assemblée nationale. Cela signifie donc que M. Drainville bénéficie d'un appui régional fort. Ce dernier arrive aussi en tête dans le nombre de donateurs, pouvant revendiquer le soutien d'environ 98 Montérégiens. (Je dis « environ » puisque certains donateurs ont fait des dons à plus d'un candidat, c'est pourquoi on compte 275 donateurs au total, mais 281 dons ont été enregistrés.)

En seconde position, encore une fois sans grande surprise, on retrouve Martine Ouellet. Elle a recueilli 10 187 $ en Montérégie jusqu'à maintenant. Il s'agit de 46 % du total qu'elle a amassé à travers le Québec. Si ces données n'ont rien de surprenantes, il faut savoir que la circonscription de Vachon n'a contribué qu'à hauteur de 2 785 $ à la campagne de sa propre députée. Ce n'est qu'environ 900 $ de plus que la somme des dons recueillie par Martine Ouellet dans la circonscription de Taillon et environ 1000 $ de plus que dans Marie-Victorin (la circonscription de son rival). Cela démontre que si Martine Ouellet semble en retard sur ces adversaires dans cette course au financement, c'est parce qu'elle n'a vraisemblablement pas encore « passé le chapeau » dans sa propre circonscription. Les données montrent d'ailleurs que Martine Ouellet récolte, pour le moment, 83 % des dons en provenance de sa circonscription, contrairement à Bernard Drainville qui ne récolte que 69 % des dons en provenance de Marie-Victorin. Côté donateurs, Martine Ouellet peut revendiquer le soutien d'environ 77 Montérégiens.

Finalement, en troisième position - et c'est là que ça devient intéressant - on retrouve Pierre Karl Péladeau. Ça devient intéressant parce que M. Péladeau chauffe énormément Martine Ouellet en Montérégie, même s'il ne vient pas de la région. Il a ainsi recueilli 9 157 $ dans la région, seulement 1000 $ de moins que Mme Ouellet. Côté donateurs, il peut revendiquer deux donateurs de moins de Martine Ouellet, soit environ 75 Montérégiens. Le financement régional amassé par M. Péladeau provient essentiellement de trois circonscriptions : Montarville (2465 $), Laporte (1565 $) et Marie-Victorin (1470 $). Ensemble, ces trois circonscriptions représentent légèrement plus de 60 % du financement montérégien de M. Péladeau. Cependant, la Montérégie dans son ensemble ne représente que 12 % du financement recueilli par M. Péladeau à travers le Québec.

Le classement montérégien se poursuit ensuite avec Pierre Céré qui a récolté 2 475 $ et il peut revendiquer le soutien d'environ 19 personnes. Jean-François Lisée arrive en 5e position du classement, même s'il s'est retiré de la course. L'honneur de la dernière position revient à Alexandre Cloutier qui n'a reçu que deux dons dans l'ensemble de la Montérégie. Pour les visuelles, le graphique ci-contre montre la répartition des dons montérégiens entre les candidats. On voit que Bernard Drainville est en avance, mais ce n'est rien d'insurmontable.

Évidemment, nous ne sommes encore qu'en début de course; ça risque donc de bouger d'ici le 15 mai (date du début du premier tour de vote). Il faudra toutefois rester attentif à la Montérégie qui demeure un terreau fertile pour le PQ. Il ne faudra pas s'étonner si les candidats y passent une partie importante de leur temps. Surtout qu'il y a actuellement une élection partielle dans Richelieu pour combler le siège laissé vacant par l'ex-ministre Élaine Zakaïb. Je ne serais pas surpris de voir les candidats à la direction du PQ y défiler pour soutenir Sylvain Rochon, le candidat péquiste, mais aussi pour sentir le pouls de l'électeur.

Au total, la Montérégie a contribué pour un montant de 40 669 $ à cette course à la direction. C'est 21 % de la somme totale des dons recueillis par les candidats jusqu'à maintenant.

** Chiffres et données en date du 15 février 2015. Je mettrai ma liste à jour au courant de la semaine pour arriver avec des données fraiches la semaine prochaine.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST