Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
Les blogues

Ces rêves impossibles... qui se réalisent!

Pour demain, je rêve de dire:

Il y a des rêves paraissant inaccessibles... pourtant à portée de volonté.

J'ai vécu la disparition de l'apartheid en Afrique du Sud.

Nelson Rolihlahla Mandela a été l'un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique institutionnel de ségrégation raciale (apartheid) en Afrique du Sud.

L'histoire de ce pays est très riche et très complexe du fait de la juxtaposition de peuples, de cultures et d'ethnies différentes. La culture des Bochimans y est présente depuis au moins 25 000 ans. Les écrits débutent avec l'arrivée des Européens, les Portugais en premier suivis par les Néerlandais. Les Britanniques contestent leur prééminence vers la fin du XVIIIe siècle, ce qui a mené à deux guerres.

Le XXe siècle est marqué par le système législatif séparatiste et ségrégationniste de l'apartheid puis par l'élection de Nelson Mandela (en 1994), premier président noir d'Afrique du Sud, à la suite des premières élections nationales multiraciales au suffrage universel organisées dans le pays.

Depuis, les blancs et les noirs vivent ensemble, en paix, dans un même pays, dépassant avec sagesse les différends, injustices, colères et frustrations issus du passé. Qui peut prétendre aujourd'hui vouloir chasser les blancs de ce pays?

J'ai vécu la réunification de l'Allemagne.

La réunification allemande en 1990 qui a conduit à l'intégration de la République démocratique allemande dans la République fédérale d'Allemagne.

Depuis, les Allemands de l'est et de l'ouest vivent ensemble, en paix, dans un même pays, dépassant avec sagesse les différends, injustices, colères et frustrations issus du passé

J'ai vécu le retrait de Cuba de la liste des États voyous.

Le retour de Cuba au sein de l'Organisation des États américains 47 ans après sa suspension, était la question centrale de l'assemblée annuelle des 34 pays membres de l'OEA, organisée fin mai 2009 au Honduras.

À Washington, le Honduras et le Nicaragua ont présenté un projet de résolution résumant la position de la majorité des pays latino-américains, à savoir la révocation immédiate et sans condition de la résolution de 1962 qui a suspendu Cuba en raison de son virage «marxiste-léniniste».

Les États-Unis ont riposté en formulant une contre-proposition permettant à l'OEA de discuter avec Cuba d'un éventuel retour, mais à la condition expresse que l'île communiste se mette d'abord en conformité avec la Charte démocratique de l'organisation.

Cuba avait été enregistrée sur la liste des États voyous.

Pourtant, la normalisation des relations diplomatiques de ces deux pays a été annoncée par Barack Obama le 17 décembre 2014.

Depuis, les États-Unis et Cuba vivent en construisant la paix, dépassant avec sagesse les différends, injustices, colères et frustrations issus du passé.

Pour demain, je rêve de dire : « J'ai vécu... Palestiniens et Israéliens vivant en paix, équitablement, respectueusement, fraternellement »

Bien sûr, on pourrait disserter longtemps d'injustices, de crimes, d'apartheid, de sécurité, de musulmans, de juifs, de sionisme, de terrorisme, de bons et de méchants... bien sûr!

Cependant, il est un fait désormais bien présent! Israël existe! Comme pour les blancs en Afrique du Sud, il serait inimaginable de chasser les Israéliens pour redonner leurs droits historiques aux Palestiniens. Il est tout autant impossible de fermer les yeux et de laisser les Palestiniens sans patrie, quelle que soit la raison invoquée pour justifier cela.

Détailler cela serait rabâcher un sujet des milliers de fois traité (jusqu'à l'usure) par des gens de toutes opinions, de tous horizons et de toutes intentions.

La « colombe de la Paix » a été assassinée

Itzahac Rabbin a perdu la vie tragiquement, assassiné le 4 novembre 1995 à Tel Aviv, en Israël, par un extrémiste juif. Yasser Arafat, Chef de l'OLP, et son vis-à-vis dans les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens sont morts aussi.

Deux combattants nationalistes parmi les plus résolus ont ensemble un jour, avec sagesse, convenus que le temps de la paix était désormais venu pour les Israéliens et les Palestiniens.

«...Au bout d'un long processus, il en était venu à la conclusion que la paix avec les Palestiniens - et avec tout le monde arabe environnant - était désormais pour Israël une nécessité vitale. Une affaire de sécurité, d'intérêt...autant sinon plus qu'une affaire morale (...). C'est un conservateur qui paie de sa vie, son courage pour avoir cherché une solution au centre. C'est un militaire, un «dur» à qui on ne pardonne pas d'avoir renié, en partie, ses méthodes de jadis, et d'avoir embrassé la colombe de la paix. Un homme qui, au soir de sa vie - comme Moro avec les communistes, ou comme l'Égyptien Sadate avec l'État d'Israël en 1979 - tend un beau matin, le rameau d'olivier à l'ennemi éternel... et subit la punition suprême pour son geste sacrilège.» (source)

Le premier ministre Yitzhak Rabin, un des instigateurs du processus de paix entre Israël et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a été assassiné par Yigal Amir, un jeune extrémiste israélien âgé de 25 ans.

Rabin, qui a été premier ministre d'Israël de 1974 à 1977 et de 1992 à 1995, avait conclu un accord de paix en 1993 avec le chef de l'OLP, Yasser Arafat, et s'était entendu avec le roi Hussein de Jordanie en 1994 pour mettre un terme à l'état de guerre qui existait entre les deux pays. Même si la violence persiste, le processus de paix au Proche-Orient se poursuit en septembre 1995 avec la signature d'un accord sur l'extension de l'autonomie palestinienne en Cisjordanie.

« Le soir du 4 novembre 1995, en quittant une grande manifestation de soutien à la paix, le premier ministre israélien Yitzhak Rabin tombait sous les balles d'un extrémiste religieux juif. Cet assassinat mettait tragiquement fin à la vie d'un homme qui s'était dévoué à son pays, d'abord comme soldat, puis comme homme d'État. Il fit la guerre aussi longtemps qu'il fut persuadé qu'il n'y avait aucune chance de faire la paix. Mais en 1993, il sut résolument engager son pays dans la voie de la négociation avec les Palestiniens car il était désormais convaincu que le temps de la paix était venu. Ce choix lui couta la vie ».

La nouvelle émeut le monde entier. Le président américain Bill Clinton et même des chefs d'États arabes, comme le roi Hussein de Jordanie et Hosni Moubarak d'Égypte, assistent aux funérailles qui ont lieu le 6 novembre. Yasser Arafat aurait, pour sa part offert, ses sympathies à la veuve du défunt premier ministre.

La paix était à portée de main. Elle avait des noms! Ces noms sont encore là... Pas ceux qui les ont fièrement incarnés.

Je rêve d'un État où les deux populations ne feraient qu'une...

Est-ce vraiment un rêve impossible?! Pourtant, musulmans, juifs et chrétiens vivaient ensemble... avant, dans la paix et la fraternité.

Alors, je me dis : la solution pour l'instant, c'est deux pays! Israël, Palestine.

Beaucoup a déjà été fait. Des résolutions, des négociations, des frontières, des conditions de toutes sortes ont été mises sur la table.

Il suffit de les concrétiser avec l'aide de l'ONU afin de pallier aux débordements toujours possibles dans de tels processus (issus d'extrémistes frustrés de voir la paix s'établir). Soyons lucides et honnêtes cependant! Quels sont les pouvoirs et moyens du peuple palestinien aujourd'hui pour réaliser cela? Aucun! Ne nous faisons pas d'illusions, le vrai pouvoir, les moyens, sont entre les mains d'Israël!

Itzahac Rabbin, Yasser Arafat, Bill Clinton (et d'autres encore) ont tracé le chemin!

La Paix est portée de bonne volonté!

Qui reprendra le Rameau d'olivier? Qui aura le privilège d'être cette colombe de la paix que Rabin avait si courageusement et dignement incarnée?

Et le rêve continu, celui de voir un jour s'écrire, comme pour l'Afrique du Sud, l'Allemagne, Cuba et bien d'autres encore:

Depuis, Israéliens et Palestiniens vivent ensemble, en paix, dépassant, avec sagesse, les différends, injustices, colères et frustrations issus du passé.

Et qui donc pourra m'empêcher de rêver? L'Afrique du sud, l'Allemagne, Cuba en témoignent!

Avec de la bonne volonté, les rêves deviennent réalité!

À VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST:

Et si Israël était dans votre Pays? Il ressemblerait à quoi?

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.