LES BLOGUES
25/02/2019 13:36 EST | Actualisé 25/02/2019 13:36 EST

Troubles concomitants: maladie mentale et toxicomanie

Comment peut-on parvenir à convaincre une personne souffrant de troubles concomitants à se faire soigner?

pixelfit via Getty Images
Notre système hésite à les prendre en charge vu leur état psychotique attribuable à leur consommation abusive de drogues.

Nous constatons une augmentation des personnes souffrant de troubles concomitants, c'est-à-dire aux prises avec un problème de santé mentale et de toxicomanie. Ces personnes ne peuvent pas s'en sortir seules, elles ont besoin de soutien. Bien souvent, elles refusent toute aide de la part des professionnels de la santé, elles n'ont pas les soins requis et se retrouvent en situation d'itinérance.

Notre système hésite à les prendre en charge vu leur état psychotique attribuable à leur consommation abusive de drogues. Ces personnes peuvent refuser de prendre leurs médicaments et de soigner leur toxicomanie. De plus, la consommation de drogues annule les effets des médicaments qui devraient soigner leur maladie mentale.

Comment peut-on parvenir à convaincre une personne souffrant de troubles concomitants à se faire soigner? Malheureusement, il faut parfois attendre que ces personnes atteignent le bas-fond pour intervenir. Souvent, il est trop tard, les drogues fortes affectant gravement leur état physique et mental et pouvant leur causer des séquelles permanentes.

Ces personnes souffrent et n'acceptent pas leur diagnostic

Elles consomment différentes drogues pour atténuer leur mal-être. Elles se détruisent et s'enfoncent lentement. Vient un temps où elles n'ont plus de réseau social, plus d'équilibre familial après avoir épuisé toutes les ressources de leur environnement. Une forme de suicide silencieux et pénible s'installe alors. Au Canada, le suicide demeure la 9e cause de décès. De fait, dix personnes se suicident chaque jour, y compris celles par surdoses.

Présentement, les professionnels de la santé ne savent pas vraiment comment parvenir à soigner les gens qui souffrent de troubles concomitants.

En sommes-nous rendus à moins nous préoccuper du sort des plus vulnérables de notre société? Qui doit prendre en charge ces personnes atteintes d'une maladie mentale ayant des troubles concomitants? Nos professionnels de la santé devraient-ils être plus sensibilisés aux dangers que ces personnes subissent au quotidien? Doit-on mettre en place plus de services pour ces personnes souffrantes? Sommes-nous prêts à investir davantage pour nous occuper de ces gens vulnérables?

À LIRE AUSSI:

» Mode de scrutin: une réforme essentielle, mais qui doit remplir ses promesses

» Enseignants: travailler avec son monde

» Modérer l'usage des réseaux sociaux pour renouer avec la vraie vie

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.