LES BLOGUES
06/02/2019 06:00 EST | Actualisé 06/02/2019 06:00 EST

Déshumanisation… quelques pistes de solutions

Il faut investir dans la recherche et mettre à la disposition davantage de centres de crise pour mieux répondre aux besoins grandissants en santé mentale.

Westend61 via Getty Images
Ce n’est pas d’hier que le secteur de la santé mentale est négligé.

Ce texte fait suite à un article d'Isabelle Paré publié dans Le Devoir: «Des patients atteints de troubles mentaux devraient-ils eux aussi avoir droit à l'aide à mourir?»

Ce titre nous amène à nous questionner. Sommes-nous en train de bafouer les droits fondamentaux de l'humain? Voulons-nous mettre fin à la souffrance de ceux ayant un diagnostic et des symptômes de maladies mentales ou éliminer les plus vulnérables? Que recherchons-nous au juste?

On doit se demander pourquoi il y a autant de personnes qui souffrent de troubles mentaux dans notre société présentement. Pourquoi y a-t-il une augmentation autant chez les jeunes que dans l'ensemble de la population? Comme le déplore le docteur Alain Beaudet, président des Instituts de recherche en santé du Canada: «Le système de santé, dans sa forme actuelle, échappe trop souvent les adolescents souffrant de troubles de santé mentale».

Ce n'est pas d'hier que le secteur de la santé mentale est négligé.

C'est le cas en pédopsychiatrie où l'attente pour un rendez-vous dépasse parfois les deux ans et même pour les personnes souffrant de troubles mentaux. Actuellement, il manque 20% de psychiatres pour desservir la population. De plus, les organismes communautaires en santé mentale sont de moins en moins financés et n'ont pas les ressources humaines pour répondre aux divers besoins des personnes souffrant de problèmes de santé mentale.

Il faut que l'on cesse de considérer la maladie mentale comme un problème secondaire.

La santé mentale doit devenir une priorité en 2019! Bien sûr, il faut démystifier davantage les maladies mentales, car il y a une méconnaissance des divers problèmes vécus par les gens affectés. Mais il est temps de trouver des solutions pour mieux aider les personnes qui souffrent.

Étant donné que nous vivons dans un monde de plus en plus technologique, nous devrions ouvrir de nouveaux horizons pour donner de l'espoir à ces personnes. D'ailleurs, l'avenir s'annonce prometteur dans le domaine de la recherche avec la venue de nouveaux scanneurs qui vont révolutionner la façon de voir le cerveau et aussi soigner les maladies mentales.

Il faut donc investir dans la recherche et mettre à la disposition des personnes davantage de centres de crise pour mieux répondre aux divers besoins grandissants en santé mentale.

À LIRE AUSSI:

» Troubles alimentaires: un suicide à long terme

» La laïcité bancale de la CAQ

» La Terre est un gros village, mais à quel prix?

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.