LES BLOGUES
30/01/2019 06:00 EST | Actualisé 30/01/2019 06:00 EST

On cause pour la santé mentale, peut-on causer aussi pour la maladie mentale?

La maladie mentale demeure encore de nos jours méconnue, elle est accablée de préjugés et de tabous.

Yuichiro Chino via Getty Images
On nous présente à répétitions des standards élevés de beauté, d’intelligence, de créativité, etc. La personne qui ne répond pas à ces critères peut commencer à développer de l’anxiété et à ressentir de la démotivation.

Oui, il y a une différence entre santé mentale et maladie mentale. Dans un premier temps, la santé mentale touche tout le monde. Pour obtenir un bon équilibre mental, cela prend une bonne hygiène de vie. Comme on le dit: un esprit sain dans un corps sain. Pour un mieux-être, on doit prendre soin de sa santé dans sa globalité. Ça prend une bonne discipline de vie pour répondre aux divers besoins tant physiques que psychiques du métabolisme, propres à chaque personne.

Cependant, la maladie mentale reste encore méconnue de nos jours; elle est accablée de préjugés et de tabous. Pourtant Statistique Québec prévoit qu'une personne sur trois va souffrir d'un trouble mental dans les prochaines années. Or, il est grand temps de démystifier la maladie mentale. Osons en parler pour mieux la comprendre.

Démystifier la maladie mentale

On est de plus en plus branchés sur des sites web. Un lot d'informations y circulent, parfois fausses et inédites, mais elles nous rendent dépendants de ces technologies qui nous affectent psychologiquement et qui nous incitent à suivre un rythme de plus en plus accéléré.

La technologie envahissante bouscule nos vies. On nous présente à répétitions des standards élevés de beauté, d'intelligence, de créativité, etc. La personne qui ne répond pas à ces critères commence à développer de l'anxiété, qui peut devenir sévère, et à ressentir de la démotivation.

La personne qui ne répond pas à ces critères craint l'exclusion sociale, car elle se sent incapable d'être à la hauteur de ces exigences sociales.

Le monde change, la technologie évolue à une vitesse grand V. Tout ceci a pour effet de déstabiliser les besoins, les valeurs et les émotions de l'humain. Souvent, l'environnement de la personne est perturbé par rapport à une déstabilisation de ses émotions. Ces besoins peuvent occasionner de l'isolement chez elle. Lorsque la solitude s'installe, elle devient son refuge.

Par la suite, cela occasionne du stress, de l'anxiété et de l'angoisse. À la longue, une attitude négative peut avoir un impact sur notre santé mentale en général. Les personnes qui ont de la difficulté à maintenir de bonnes relations sociales peuvent vivre plus de problèmes de santé mentale et, si elles ont des antécédents de maladie mentale ou une prédisposition génétique, elles peuvent souffrir d'une psychose.

Se faire bombarder de nouvelles parfois négatives et décourageantes n'aide pas. On remarque souvent sur les réseaux sociaux des discours agressifs, décousus ou inappropriés.

On se défoule en direct, en exposant nos problèmes personnels, notre mal-être, une sorte de frustration grandissante, de colère et de hargne envers la société et nos gouvernements.

Cet état d'esprit ne peut qu'accroître la détresse psychologique. Elle affecte autant les adolescents du secondaire et les étudiants du cégep que de l'université, mais aussi les travailleurs insatisfaits de leur emploi qui ressentent du stress, de l'angoisse et de l'anxiété.

En fait, personne n'est à l'abri de la maladie mentale. Voilà pourquoi il est si important d'en parler ouvertement.

À LIRE AUSSI:

» Les réseaux sociaux et le syndrome de Lucky Luke

» Votre hypersensibilité peut devenir votre super pouvoir

» Les «Aspergirls» du web

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.