LES BLOGUES
07/11/2018 11:59 EST | Actualisé 07/11/2018 12:07 EST

Ennio Morricone fêtera ses 90 ans: connaissez-vous sa musique avant-gardiste?

Plusieurs n'associent le compositeur italien qu'aux films westerns spaghetti et au réalisateur Sergio Leone. Pourtant, l'oeuvre de Morricone est bien plus que ça...

Dans le western «Une Genio, due compari, un pollo» («Un génie, deux associés, une cloche»), nul autre que Robert Charlebois interprète un rôle de brigand absolument délirant. Oui, NOTRE Robert Charlebois.
Sergione Infuso - Corbis via Getty Images
Dans le western «Une Genio, due compari, un pollo» («Un génie, deux associés, une cloche»), nul autre que Robert Charlebois interprète un rôle de brigand absolument délirant. Oui, NOTRE Robert Charlebois.
Je viens d'un arrière-plan de musique expérimentale, qui mêlait des sons réels à des sons musicaux.Ennio Morricone

Le 27 octobre dernier, nous fêtions les 90 ans d'un grand artiste, Gilles Vigneault. Or, un autre géant de la musique est né seulement quelques jours plus tard, le 10 novembre 1928: Ennio Morricone, compositeur italien de plusieurs centaines de trames sonores et d'oeuvres classiques.

Ce rapprochement fortuit entre les deux prodigieux artistes musicaux ne commande pas la comparaison, car ils évoluent dans des registres fort différents. Cependant, puisque nous connaissons bien l'oeuvre de Gilles Vigneault, il serait opportun de s'attarder à l'immense contribution d'Ennio Morricone à la musique. Est-ce une étrange coïncidence que soit parue la dernière entrevue du «maestro» le jour de la fête de Vigneault?

Plusieurs d'entre nous n'associent le compositeur italien qu'aux films westerns spaghetti et au réalisateur Sergio Leone. L'oeuvre de Morricone est bien plus que ça, heureusement.

En fait, cela l'agace un peu que le reste de son oeuvre soit largement ignoré. «Si vous parcourez tous les films auxquels j'ai travaillé, vous comprenez pourquoi j'étais un spécialiste en westerns, histoires d'amour, films politiques, suspenses, films d'horreur et ainsi de suite. Autrement dit, je ne suis pas un spécialiste, parce que j'ai tout fait, je suis spécialiste en musique.»

Il ajoute aussi: «Ma musique plus osée ou avant-gardiste n'est pas très bien connue d'un large auditoire, mais j'aimerais que ce le soit.»Il s'est plaint aussi qu'au début de sa carrière, il produisait de la musique plus expérimentale et qu'elle n'était pas retenue. Il s'est donc mis, malheureusement, à créer des pièces plus commerciales et conventionnelles. Il faut bien vivre de son art.

Je me propose de vous présenter quelques-unes de ses pièces moins connues.

Le génie musical d'Ennio Morricone

Je ne prétends pas avoir écouté la totalité des centaines de compositions dans tous les domaines (films, TV, arrangements, oeuvres classiques), mais suffisamment pour mieux comprendre ce qui caractérise Morricone. Premièrement, il crée avec une facilité désarmante une mélodie entraînante à partir de seulement trois ou quatre notes (même sans accord) agencées différemment dans le temps, afin de produire une chanson complexe et d'une grande beauté. Un exemple est L'assoluto naturale, le thème du film du même nom. Il est d'une extrême simplicité, mais capable de susciter plusieurs émotions de joies et d'espoir.

«J'utilise souvent les mêmes harmonies que la musique pop parce que la complexité de mes compositions se trouve ailleurs.»Ennio Morricone

Je disais plus haut qu'il avait abandonné, contre son gré, son côté expérimental à cause d'impératifs pécuniaires, mais sûrement pas avant 1973. Jusque vers le milieu des années 70, on retrouve dans son oeuvre encore beaucoup d'originalité. Comme dans Mon nom est personne, un western attribué à Leone sous un nom de directeur fantôme, mettant en vedette Terence Hill et Henry Fonda. Si on écoute attentivement la chanson, on y retrouve d'étranges bruits d'étangs (puisque la scène se passe dans un étang), comme des canards, des clapotis ou des grenouilles. Il faut comprendre que ces sons font partie de la chanson et non de la trame sonore.

Cette fascination pour l'ajout de sons réels à ses compositions, comme il l'évoque dans la citation présentée au début de ce blogue —ce que Pink Floyd appelait des «found sounds» en 1973 — on la retrouve en premier lieu dans Il Baratollo (la cacane, en québécois), une chanson populaire de 1960, où un bruit de conserve qui roule fait partie intégrante des percussions.

Y a-t-il une connexion québécoise avec Ennio Morricone?

Oui, et même après avoir exclu Martin Léon, un disciple de Morricone. Dans le western Une Genio, due compari, un pollo (Un génie, deux associés, une cloche), nul autre que Robert Charlebois interprète un rôle de brigand absolument délirant. Bien que le film, attribué non-officiellement à Leone — encore sous un nom de directeur fantôme —ne soit pas très bon, voir ce Charlebois des années 70 se démener furieusement vaut le détour.

Pour revenir à la chanson thème du film, disons qu'elle montre un autre aspect de l'imaginaire de Morricone: un côté très ludique et même enfantin, franchement comique.

Une autre connexion au Québec est le fameux «CHOM, CHOM, CHOM», l'indicatif de la station de radio anglophone CHOM. En vérité, ce n'est pas «chom chom chom», mais plutôt «Sean, Sean, Sean» (en anglais «Sean» se prononce «Shaun»), reprenant le thème de Giu la Testa, un autre western de Sergio Leone, le titre étant un jeu de mots italien vulgaire et intraduisible se référant aux couilles...

Il était une fois la révolution (Giu la Testa)

Permettez-moi une parenthèse sur ce film de Leone, meilleur selon moi que Il était une fois dans l'Ouest, quoique moins léché. Premièrement, la musique de Morricone y est au sommet de son art, avec des mélodies sublimes comme celle du thème principal, des ballades tristes et des arrangements inquiétants, comme dans la scène du véhicule blindé. Sans révéler tout de l'intrigue, l'histoire se déroule durant la révolution mexicaine au début du XXe siècle. L'un des protagonistes est un ancien révolutionnaire irlandais qui s'allie avec un brigand mexicain.

Parmi les éléments iconiques de ce film figurent la scène du début (le vol de la diligence et la répudiation des élites religieuses, aristocratiques et politiques), une relation suggérée d'amour à trois (deux gars, une fille) symbolisant la quête de la liberté (la fille) et un long monologue sur l'inutilité des révolutions (parce que ça revient au même). Il ne faut pas oublier qu'à cette époque (1971), l'Italie était victime de nombreux attentats terroristes.

En rafale

Il y a énormément de coffrets disponibles si vous voulez découvrir l'étendue de son oeuvre. Concentrez-vous sur la période 1968-1973. Je vous propose d'écouter: Sembravi Desiderare, Anche se volessi lavorare che faccio, La vita a volte è molto dura, vero provvidenza?, Che c'entriamo noi con la rivoluzione?, In un Bar, Alla Senerità, Ric Happening, Cadenza - Per Flauto E Nastro Magnetico

Fêtez-le le 10 novembre en écoutant sa merveilleuse musique.

À LIRE AUSSI:

» Laïcité: M. Legault, c'est correct de dire «non»
» Bernard Landry: un départ précipité
» La prostitution: petite histoire d'un grand débat