LES BLOGUES
27/03/2016 09:07 EDT | Actualisé 28/03/2017 05:12 EDT

Terrorisme: revisitons les amalgames

Je crois que le Québec est mûr pour son Donald Trump.

Les terribles événements des derniers jours à Bruxelles confirment que l'Europe, et peut-être même la civilisation occidentale, est entrée dans une phase d'actes terroristes comme ont connu le Royaume-Uni et l'Italie dans les années 1970. Seul l'oubli de l'histoire nous fait croire que ce qui arrive présentement est absolument unique et inédit. Le terrorisme moderne s'inscrit dans une longue continuité de violence qui a débuté au 20e siècle et qui, étrangement, a peu changé quant à ses tactiques : cibler des civils dans des lieux très fréquentés (les fameux endroits «mous»), utiliser des armes qui tuent ou blessent (contrairement à la destruction d'infrastructures), recruter des martyrs pour la cause, prêts à mourir durant les attaques.

Ce qui nous étonne à chaque fois est le nombre de morts et de blessés qui augmentent d'attentat en attentat, mais cela n'est peut-être dû qu'à la sophistication des armes. En réalité, ce sont nos décennies de paix, rarissimes dans l'histoire humaine, qui nous ont endormi quant à la possibilité d'être victime de violence sur notre propre territoire. Et c'est là que quelque chose peut-être plus grave encore au niveau global (mais jamais individuel pour ceux dont les victimes étaient des proches) est en train d'apparaître : les amalgames faciles et faux.

Pourquoi c'est grave? Car cela peut mener au racisme, qui lui-même mène au fascisme, qui dans les cas extrêmes mène au génocide.

Des milliers de personnes innocentes envoyées dans des camps, sur la base de fausses idéologies, ça n'arrive pas du jour au lendemain.

Je n'en parlerais pas si je ne voyais pas depuis quelques mois sur les réseaux sociaux (donc dans la population en général), les amalgames triompher malgré le ton conciliant des élites, qui mettent en garde contre les conclusions hâtives.

Si vous vous dites : «bah, ce n'est pas grave, les commentaires sur les réseaux sociaux, ça n'affecte pas la politique», je vous prierais de regarder au sud vers un certain Donald Trump.

Je crois même que le Québec qui patauge présentement dans cette boue de cynisme social est mûr pour son Donald Trump. On le voit déjà au niveau municipal, avec des maires aux déclarations fracassantes et aux actions brutales. Parions que si dans les cinq prochaines années, un personnage coloré et intolérant surgit dans la politique québécoise, il ralliera aisément une grande partie du peuple.

Mais quels sont ces amalgames?

Dans les prochains chapitres, je vais intentionnellement nommer un amalgame dans le titre et débiter les pires inanités dans les premières phrases qui suivent pour vous expliquer cet amalgame. Le test est que vous lirez les commentaires et verrez que certains lecteurs n'auront lu que les titres et débuts de chapitre, crue que je suis moi-même intolérant et raciste, et approuvé mon point, qu'ils croient être le leur. Cela devrait prouver que l'intolérance existe bel et bien au Québec, tel que je le constate.

Le terrorisme est causé par les réfugiés

Les terroristes sont musulmans, ils ne sont pas de notre «race», Ils ne sont pas nés ici, on les a accueilli et ils nous font des bombes. Donc, presque tous les réfugiés sont des terroristes et il faudrait fermer les frontières.

Il y a une différence entre réfugiés et immigrants. Bien que tous les réfugiés qui aboutissent dans un pays sont des immigrants, pas tous les immigrants sont des réfugiés : certains ont demandé d'entrer dans un pays pour y travailler et ont quitté le leur en bons termes. Dire que les réfugiés deviennent des terroristes est évidemment faux, car certains sont nés dans le pays qu'ils décident d'attaquer, certains y ont immigré légalement, et d'autres sont mêmes des convertis à la cause et aucunement d'origine arabe.

Le danger de croire à cet amalgame est de perpétuer la peur de l'inconnu, cet individu qui n'est pas un des nôtres, donc nécessairement un danger potentiel. Ce que je ne comprends pas, j'en ai peur, se disent-ils. Voilà les racines du racisme. «Je n'ai rien contre les musulmans mais...» Le «mais» est toujours de trop.

Les mosquées devraient être fermées, elles perpétuent le radicalisme

C'est ce qu'un certain maire a dit. La religion musulmane enseignée dans les mosquées fomente le terrorisme. Des imams radicaux enrôlent nos jeunes qui partent en Syrie s'entraîner pour revenir se faire sauter ici et tuer des innocents.

Bien que ce soit vrai que certains imams extrémistes (dénoncés par le reste de leur communauté) professent leurs idées dans des locaux qu'ils appellent mosquées, ils ne sont pas la majorité. Comme tous les prêtres catholiques ne sont pas pédophiles.

Existe-t-il des exemples au Canada de terroristes à qui nous avons eu affaire récemment (qui se comptent sur les doigts de la main) qui ont reçu un enseignement provenant d'une mosquée qui les ont poussé à tuer? Je ne crois pas, mais il est vrai que la propagande djihadiste sur internet en a convaincu plus d'un. Devrait-on fermer internet? Devrait-on fermer les sites de propagande? Rassurez-vous, je crois que la division cyberattaque de l'armée américaine s'en occupe présentement. Il existe des lois pour les discours haineux. Si ces imams ont un tel discours haineux, ils peuvent être accusés.

La religion musulmane est une religion de haine

Mahomet a commis des meurtres, le Coran fait la promotion de la décapitation et du meurtre de tous les «infidèles». La religion musulmane est rétrograde et, contrairement à Jésus qui fait la promotion de l'amour, l'islam est guerrière. C'est pourquoi l'islam nous attaque.

En tant que sceptique et athée, vous ne me verrez pas défendre une religion en particulier, mais comme bien des religions basées sur des textes dits sacrés, l'islam est sujette à l'interprétation de ses textes, qui comme ceux de la Bible, se contredisent plus qu'une fois et sont assez ambigus pour justifier n'importe quelle action. Et c'est peut-être là leur force, d'être assez élastique pour s'adapter à tous les questionnements des fidèles.

Dire que l'islam prône la violence, contrairement à la chrétienté, c'est comme dire que le cinéma américain est seulement empreint de violence et que le cinéma québécois est cousu de bons sentiments. Ce n'est tout simplement pas vrai. Dans mon monde idéal, tout le monde serait athée et plus personne ne se chicanerait à propos des religions, mais on n'en est pas encore là. Il faut donc être tolérant pour l'islam, qui est une religion qui rejoint énormément de personnes et qui semble leur apporter une satisfaction dans leur vie. Une infime minorité y voit un appel au terrorisme, et peut-être que les vraies raisons de leurs actes ne sont pas religieuses, mais seulement un prétexte pour les justifier.

La police belge est incompétente

Oui, changeons de registre un peu et voyons pourquoi la police belge est totalement idiote. Ils ont laissé filer le suspect des attentats de Paris, ils ont fait une perquisition où il se sont fait tirer dessus. Ils n'ont pas su éviter les attentats de Bruxelles.

Pourquoi je classe cette affirmation comme un amalgame est que, cette fois-ci, cette fausse constatation est propagée subtilement par les médias eux-mêmes, qui devraient avoir une retenue dans leur verdict des opérations policières. Tout cela perpétue le très vieux racisme des Français envers les Belges. Tout le monde sait que les Belges sont les Newfies des Français. Ce qui explique pourquoi l'accent québécois et l'accent belge sont souvent confondus, certains Français dévalorisant ces deux peuples.

Peut-être la police belge est-elle vraiment incompétente, mais sûrement pas beaucoup plus que les corps policiers des autres pays. Il y a beaucoup d'attentats présentement en Turquie (passés sous silence car loin culturellement de nous) et je n'entends pas dire que la police turque est incompétente. Les Français avait déjà eu les attentats de Charlie Hebdo et on aurait été en droit de s'attendre à un niveau d'alerte plus élévé à Paris. Or, les attentats de novembre suivant ont eu lieu quand même. Est-ce dire que la police française est incompétente?

La vérité est que la nature même du terrorisme, acte ponctuel désespéré planifié en cachette et demandant peu de préparation et des moyens modestes, permet difficilement de l'empêcher par les méthodes actuelles de contrôle civil. Tant que nous n'aurons pas des implants au cerveau transmettant en temps réel chacune de nos actions et intentions à une justice centrale (scénario Big Brother qui se réalisera surement dans les cinq prochains siècles), il sera toujours difficile de contrer le terrorisme.

C'est pourquoi certaines stratégies demandent de mettre plus d'emphase sur l'après-attentat que de les prévenir. C'est une idée terrifiante pour chacun de nous de savoir que nous ne somme pas protégés adéquatement, mais c'est justement la force du terrorisme que de pouvoir agir n'importe où, n'importe quand, impunément. Il faudrait plutôt s'attaquer aux raisons qui poussent des désespérés à se mettre en groupe pour semer la terreur. Pendant plusieurs décennies, ces personnes n'ont pas senti l'intérêt de se faire sauter.

L'augmentation de l'immigration engendre le terrorisme

Si on ne faisait pas rentrer autant d'immigrés, il n'y en aurait pas, de problèmes. Avant, on prenait seulement quelques réfugiés et tout allait bien. Maintenant, on les fait rentrer à pleine porte et on a des problèmes de terrorisme.

Je ne crois pas qu'il y ait un lien entre le taux d'immigration et l'accroissement du terrorisme dans le pays qui accueillent des immigrants. Comme l'affirmation vient de ceux qui prétendent que l'immigration massive est responsable de nos troubles, c'est à eux de prouver leurs allégations. Si c'était vrai, les États-Unis des années pré-guerres mondiales auraient dû engendrer une vague de terrorisme sans bon sens, tellement ils ont accueilli de monde qui forment aujourd'hui leur peuple, et qui se sont somme toute bien intégrés.

Il est certain que la mixité de cultures différentes engendrent des tensions à la première génération d'immigrés, et c'est pourquoi le Canada n'accueillerait jamais autant d'immigrés que sa population actuelle, et qu'un certain taux d'immigration est décidé en tenant compte des besoins d'accroissement de population et de la facilité d'intégration. Pourquoi accueillir des immigrants? Les raisons sont humanitaires comme dans le cas des réfugiés syriens, pour contrebalancer la dénatalité d'un pays, et pour les besoins économiques du marché de l'emploi. Le Canada a énormément de territoire et peu de population. Pas étonnant que sont taux d'immigration est supérieure à celui des États-Unis. En 2014, le Canada était au 24e rang comparativement au 40e rang pour les États-Unis.

À bas les amalgames

Faittes attention aux amalgames, ces fausses idées qui, à force d'être répétées, deviennent des vérités dans le cerveau des personnes crédules.

Il nous est difficile d'adopter l'attitude pour vérifier les faits, contester les idées reçues, s'opposer à l'opinion aveugle de la majorité. Le phénomène Trump est le résultat de tous ces biais psychologiques. Il est la réponse facile à un malaise dans la population.

Évitons que le Québec devienne une société intolérante. Nous sommes déjà accusés d'être intolérants envers le reste du Canada, prouvons que nous ne le sommes pas. Contrairement à une partie de la population de la ville de Québec, qui était farouchement indépendantiste dans les années 1980 et qui est devenue étonnamment anti-péquiste et conservatrice dans les années 2000, le fameux «mystère Québec».

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Explosions à Bruxelles Voyez les images