LES BLOGUES
24/02/2017 09:22 EST | Actualisé 25/02/2017 04:26 EST

Les poches pleines d'une espèce menacée : le caribou

En achetant du papier d'impression recyclé, du papier de toilette recyclé ou des essuie-main recyclés, vous contribuez à réduire la demande en produits du bois et à diminuer la détérioration l'habitat du caribou forestier.

Vous dénombrez peut-être tous les jours, sans vous en rendre compte, une espèce menacée : le caribou des bois. Comment puis-je compter des animaux secrets qui habitent les forêts boréales, tous les jours, tandis que j'habite en ville? C'est tout simplement qu'ils ornent nos pièces de 25 sous, parce qu'ils ont tant marqué notre histoire. Mais avec la monnaie qui fait place aux cartes bancaires, peut-être que nos caribous de poche sont aussi voués à l'extinction. Blague à part, il y a quelques centaines d'années, vous auriez pu croiser de vrais caribous près de Montréal, déambuler discrètement dans la vallée du Saint-Laurent. Les caribous sont ancrés dans la tradition autochtone et ils ont aidé nos ancêtres à survivre.

Les caribous ont survécu à des glaciations et à des feux de forêt. Leur population a rebondi quand on a mis un frein à des pratiques de chasse trop intensives. On ne peut donc pas nier une certaine forme de résilience à cette espèce. Peut-être que si elle pouvait jouir d'un habitat adéquatement protégé, elle pourrait aussi s'adapter aux changements climatiques. Mais voilà qu'au Canada, elle est menacée.

L'exploitation pétrolière et forestière dégrade son habitat. Dans un habitat plus ouvert, les orignaux et les cerfs de Virginie gagnent en abondance, attirant plus de loups et d'ours, prédateurs des caribous. Dans un habitat fragmenté, ils peinent à fuir les prédateurs plus nombreux et plus efficaces et certaines populations deviennent menacées par la transformation de leur territoire ou les changements aux peuplements forestiers.

Notre connaissance de cette espèce - qui est aussi un baromètre de la santé des écosystèmes - s'est grandement approfondie ces dernières années. On sait maintenant qu'en protégeant au moins 65% de l'habitat, on offre 60% de chance que les populations perdurent sans intervention humaine. Malgré un programme de rétablissement fédéral qui établit un seuil de protection clair (mais qui comporte tout de même 40% de risque), les provinces continuent à autoriser les exploitations dans les habitats encore intacts et même dans les écosystèmes très fortement dégradés. Dans certains endroits, on privilégie la chasse aux prédateurs et on confine les caribous dans des enclos, des mesures insoutenables à long terme si on n'agit pas avec diligence pour préserver les habitats.

Il faut que les plans de conservation provinciaux reflètent les connaissances scientifiques les plus actuelles, et il faut les mettre en place.

Tandis que les ministres canadiens de l'Environnement se rencontrent (21 et 22 février 2017), il est pertinent de rappeler que chaque province a un rôle à jouer dans la protection du caribou. Il faut que les plans de conservation provinciaux reflètent les connaissances scientifiques les plus actuelles, et il faut les mettre en place.

Au-delà des politiques et du travail concerté entre le gouvernement et les entreprises qui exploitent nos richesses naturelles, les citoyens peuvent eux aussi contribuer à la protection du caribou. Revenons à nos 25 sous : chaque achat exprime l'intérêt des citoyens et chaque produit choisi avec soin peut diminuer l'impact de notre consommation sur les caribous. En achetant des produits certifiés FSC, vous vous soutenez des exploitations forestières ayant pris en compte la protection de l'habitat du caribou. En achetant du papier d'impression recyclé, du papier de toilette recyclé ou des essuie-main recyclés, vous contribuez à réduire la demande en produits du bois et à diminuer la détérioration l'habitat du caribou forestier.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST



Galerie photo Des sites naturels et culturels célèbres menacés par le réchauffement climatique Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter