LES BLOGUES
01/06/2017 12:07 EDT | Actualisé 01/06/2017 12:07 EDT

Prévenons ensemble la maltraitance envers nos tout-petits

TEXTE COLLECTIF - Chaque jour, des bébés et de jeunes enfants sont maltraités au Québec. Cette situation est inacceptable. Nous devons agir. Nous ne pouvons plus fermer les yeux. Nous devons faire mieux.

Chaque jour, des bébés et de jeunes enfants sont maltraités au Québec. Cette situation est inacceptable. Nous devons agir. Nous ne pouvons plus fermer les yeux. Nous devons faire mieux.

Les chiffres sont alarmants. L'Observatoire des tout-petits a révélé qu'en 2015-2016, 7 700 signalements d'enfants de 5 ans ou moins ont été jugés fondés par les directeurs de la protection de la jeunesse (DPJ). Cela équivaut à environ 20 nouveaux cas d'abus ou de négligence par jour. Le taux de signalements jugés fondés a augmenté de 27 % depuis 2007-2008.

Au Canada, le coût annuel de la maltraitance est estimé à 15,7 milliards de dollars.

Un tout-petit maltraité peut en porter le poids toute sa vie. L'enfant maltraité peut même devenir maltraitant. La société encaisse le coup à son tour. Cet enjeu majeur a une incidence sociale et économique à long terme. Au Canada, le coût annuel de la maltraitance est estimé à 15,7 milliards de dollars.

Comment cela est-il possible, chez nous, au Québec ?

Plusieurs familles québécoises sont à risque de se retrouver dans ces statistiques. Ces pères et ces mères ne sont pas pour autant de mauvais parents. Beaucoup se retrouvent dans un contexte de survie, coincés dans un engrenage qui peut les mener à la maltraitance : conditions socio-économiques difficiles, stress lié au rôle parental et à la conciliation travail-famille, détresse psychologique.

Nous pouvons agir. Nous devons agir.

Il existe des solutions pour prévenir la maltraitance. Plusieurs mesures sociales se sont avérées efficaces ou prometteuses : aide financière aux familles défavorisées, politiques de conciliation travail-famille, accès à des professionnels formés qui soutiennent les parents dans leur rôle et à des services éducatifs à la petite enfance de qualité. Nous pouvons aussi favoriser l'accès à des logements et à des milieux de vie sains, sécuritaires et stimulants.

Nous interpellons les Québécois de tous les secteurs de la société - milieu communautaire, réseau de l'éducation, milieu des affaires, réseau de la santé et des services sociaux et décideurs - à se mobiliser.

Ensemble, prévenons la maltraitance. Agissons pour assurer le bien-être des tout-petits et permettre à chacun d'eux de rêver, de réaliser son plein potentiel et de dessiner le monde de demain.

Donnons à nos tout-petits le meilleur départ possible. Ils sont notre avenir à tous.

24 signataires du milieu des affaires, de la petite enfance, de l'éducation, de la santé ainsi que du monde communautaire et municipal :

Louis Senécal, Association québécoise des centres de la petite enfance

Jean-Pierre Hotte, Avenir d'enfants

Martin Damphousse, Carrefour action municipale et famille

Louise Chabot, Centrale des syndicats du Québec

Michel Leblanc, Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Camil Picard, Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse

Dr Richard Massé, Directeur régional de santé publique

Pierre Fortin, économiste et auteur

Corinne Payne, Fédération des comités de parents du Québec

Valérie Grenon, Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (CSQ)

Gilles Julien, Fondation du Dr Julien

Jean-Marc Chouinard, Fondation Lucie et André Chagnon

Jean-Pierre Aubin, Fondation Marie-Vincent

Diane De Courcy, Groupe d'action sur la persévérance et la réussite scolaires au Québec

David-Martin Milot, Jeunes médecins pour la santé publique

Renée Ouimet, Mouvement Santé mentale Québec

Denis Leclerc, Ordre des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec

Dre Christine Grou, Ordre des psychologues du Québec

Martine Lévesque, Regroupement des offices d'habitation du Québec

Raymond Villeneuve, Réseau pour un Québec Famille

France Fradette, Réseau québécois de développement social

Tommy Kulczyk, Ville de Montréal

Ericka Duchesne, Ville de Montréal

Alexandre Taillefer, XPND Capital

LIRE AUSSI:

» Aliments allergènes: miser sur la prévention et non l'interdiction à l'école

» Principe de Jordan: Ottawa peut faire plus pour les enfants autochtones

» La pollution coûterait annuellement 4300 $ par famille

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST