Les blogues

Cet été, on ne fait rien... et c'est parfait!

Si j'avais su que ne rien faire peut être aussi le!
Cette publication a été publiée sur la plateforme des contributeurs au HuffPost, maintenant retirée du Web. Les contributeurs avaient plein contrôle sur leurs publications et le faisaient librement sur notre site. Si vous voulez signaler cette publication comme étant abusive, envoyez-nous un courriel.

Quelles sont les questions que vous posent vos amies à l'approche de l'été:

• Vous faites quoi cet été?

• Un grand voyage de prévu?

• Vous allez où?

Cette année, j'ai grimacé un peu... parce que mes réponses étaient du genre:

• Pas grand chose.

• Nan.

• Chez nous.

J'ai deux garçons qui iront quinze jours en camp de vacances, car nous ne sommes pas millionnaires, et on ne peut pas se permettre de gaver tout leur été avec des camps à 200 dollars la semaine.

On se fera des petites virées d'un jour, chanceux que nous sommes de vivre dans l'Oregon, où les plages et les montagnes sont à deux heures de route; et on partira un long week-end quelque part avant la rentrée scolaire.

Je commençais à culpabiliser en écoutant d'autres mamans qui, dans l'aire de jeux, racontaient que leurs enfants iront dans différents camps, en vacances, à Disneyland, en voyage à Hawaii ou à une fête de famille dans l'est, etc.

Puis j'ai arrêté de culpabiliser. Car mes garçons vont passer un super été!

Les vacances ont débuté il y a une semaine et, avec d'autres mamans salariées qui ont un emploi du temps assez souple (travail à la maison, horaires flexibles, repos les lundis), nous avons uni nos forces pour octroyer à nos gamins des vacances d'été vintage, sans programme, à faire du vélo, à se courir après en se faisant mouiller par l'arroseur automatique, à se rassasier de popsicles jusqu'à ce qu'une marque rouge entoure nos bouches.

Du lundi au mercredi, les garçons s'aventureront en petites meutes chez les uns et chez les autres. Cela limite les camps, les nounous ou les gardiennes, ce qui devrait réduire les frais.

Nous avons passé une première journée au Camp Ferraro. J'avais cinq garçons chez moi et voilà ce qui est arrivé:

• Un gigantesque fort a été mis sur pied

• Bataille de fusils à eau

• Une heure du jeu vidéo Minecraft

• Pique-nique dans le jardin

• Capture du drapeau

• Balade au parc

• Têtes plongées dans la fontaine du parc et secouées comme le font les chiens pour se mouiller les uns les autres

• Joué à la tag

• Longuement balancés sur les balançoires

• Cache-cache

• Kickball avec l'énorme balle de yoga

• Des collations, en veux-tu? En voilà!

• Visite au théâtre pour enfants pour écouter la lecture d'une nouvelle pièce

Ouf.

Le dernier de la meute est rentré chez lui et j'ai retrouvé mes deux garçons. J'étais sur les rotules, certes, puisque j'ai gardé mon radar en alerte continu histoire d'avoir un œil constant sur les cinq garçons, mais je dois avouer... je n'ai pas vu passer cette amusante journée.

Le jour suivant, lorsque je suis allée les chercher chez mon amie Sharon, mon aîné faisait du vélo autour du pâté de maisons et mon cadet «jouait du piano» (désolé, Sharon). Sur le chemin du retour, ils m'ont cité les meilleurs moments de leur journée, notamment le ping-pong, l'excursion au magasin du coin pour acheter du lait et des pêches, les jeux de tir, les sandwiches de Nutella et au beurre d'arachides pour le déjeuner.

Encore une belle journée estivale.

Lorsque j'ai couché mon cadet, il m'a dit combien il s'était amusé et qu'il avait hâte d'aller chez mon amie Jen demain. Puis il m'a demandé si je savais ce que je ferais là-bas. Est-ce qu'il y aura de la crème glacée? Peut-il apporter son maillot de bain? Tu crois que Jen aussi a du Nutella chez elle?!?

Si j'avais su que ne rien faire peut être aussi le fun!

Sur le site web de Lori, Drawn to the '80s, son fils de cinq ans dessine les tubes des années 1980. Dans son blog, Once Upon a Product, elle écrit sur les produits de beauté, la musique, et son obsession pour Mick Jagger.

Cet article, publié à l'origine sur The Huffington Post US, a été traduit de l'anglais par Mathias de Breyne.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les pays en vacances