LES BLOGUES
09/04/2015 09:20 EDT | Actualisé 09/06/2015 05:12 EDT

Le Sommet des Amériques et les inégalités extrêmes

Oxfam fera des propositions concrètes pour des réformes qui, une fois mises en œuvre, bénéficieront à tous équitablement. Les accords et stratégies du Sommet des Amériques doivent être fondés sur les principes de l'intérêt public et la lutte contre l'inégalité extrême.

Le septième Sommet des Amériques aura lieu au Panama les 10 et 11 avril. Il s'annonce historique puisque Cuba y participera pour la première fois depuis que la rencontre initiale en 1994. Au Sommet de 2012, tous les pays de l'Amérique latine et des Caraïbes avaient voté en faveur d'une proposition pour que Cuba ait sa place à la table des négociations. Les États-Unis et le Canada s'étaient opposés à la présence cubaine.

Je serai sur place pour suivre le Sommet. À mon arrivée dans la ville de Panama lundi dernier, j'ai remarqué que la présence de Cuba attire une attention considérable de la part des médias. L'autre enjeu, dont on parle beaucoup, prend la forme d'une pétition signée par 10 millions de personnes qui demandent la fin des sanctions contre le Venezuela. Le président vénézuélien Maduro doit la remettre au président américain Obama durant le Sommet. Bien qu'on n'en parle pas encore beaucoup, le thème principal de la rencontre, «Prospérité et Équité», est primordial et l'on ne sait toujours pas si les chefs d'État et les gouvernements s'engageront à des actions concrètes pour lutter contre les inégalités économiques extrêmes de la région.

Malgré une diminution des inégalités en Amérique latine et aux Caraïbes, la région est encore l'une des plus inégalitaires du monde. En effet, plus de 167 millions de personnes vivent encore dans la pauvreté, alors que 200 millions de personnes sont considérées comme «vulnérables». Pendant ce temps, une minorité de la population, environ 1 %, continue d'amasser des richesses. L'analyse qu'a faite Oxfam de la liste des milliardaires Forbes démontre qu'en 2002, il y avait 65 milliardaires dans région avec un patrimoine de 60,8 milliards de dollars. En 2014, ce chiffre avait gonflé à 114 milliardaires qui se « partageaient » 439.55 milliards de dollars.

L'inégalité et la pauvreté vont de pair et l'inégalité extrême pourrait faire reculer la lutte contre la pauvreté dans la région. Ce n'est pas un hasard si l'Amérique latine est à la fois une des régions les plus inégalitaires du monde et l'endroit où l'on retrouve les niveaux d'insécurité les plus élevés à l'extérieur des zones actives de guerre.

Cette année, au Sommet des Amériques, les leaders des gouvernements essayeront de s'entendre sur des mesures afin d'améliorer la collaboration en ce qui a trait à l'éducation, la santé, l'énergie, l'environnement, l'immigration, la sécurité, la participation citoyenne et la gouvernance démocratique. Le document « Mandats d'action » était au centre des négociations en prélude du Sommet. Toutefois, il en faudra bien plus pour contrer les inégalités extrêmes que ce qui se trouve dans ce « mandat ». Chez Oxfam, nous croyons que les leaders au septième Sommet des Amériques doivent s'engager à investir en santé, en éducation et en protection sociale. De plus, nous croyons qu'ils devraient chercher des alternatives à l'exportation des ressources naturelles comme moteur de la croissance économique et diversifier les programmes et politiques de création d'emplois pour les jeunes et les femmes. Enfin, ils devraient réduire l'écart salarial entre les hommes et les femmes et améliorer le régime fiscal afin qu'il soit plus apte à lutter contre l'inégalité.

Voici ce que Oxfam propose afin d'améliorer le système d'imposition pour réduire les inégalités :

  • Équilibrer les régimes fiscaux nationaux pour qu'ils se rapprochent du modèle progressif. Plus de la moitié des taxes dans les pays d'Amérique latine proviennent des taxes à la consommation. Ceci est régressif, car les plus pauvres doivent dédier une plus grande part de leur revenu à la consommation;
  • Diversifier les sources de revenus et réduire la dépendance aux ressources naturelles;
  • Assurer qu'un régime d'impôts prudent et efficace sur le revenu des sociétés soit en place pour contrer les effets de la course au nivellement de la fiscalité vers le bas;
  • Lutter contre l'évasion fiscale et l'évitement fiscal;
  • Appuyer un Sommet sur la réforme de la fiscalité internationale.

Oxfam lance un appel pour qu'un Sommet mondial sur la fiscalité ait lieu en juillet 2015 à Addis-Ababa, afin d'encourager chaque pays à s'attaquer aux limites du système actuel et à adopter une approche fondamentale et démocratique pour mettre fin aux inégalités d'une économie mondialisée.

Je vais participer au Forum des organismes de la société civile qui a lieu en marge du Sommet. Les membres de la société civile exigeront que les leaders passent à l'action à la faveur de la majorité et non de la minorité. Nous ferons des propositions concrètes pour des réformes qui, une fois mises en œuvre, bénéficieront à tous équitablement. Les accords et stratégies du Sommet des Amériques doivent être fondés sur les principes de l'intérêt public et la lutte contre l'inégalité extrême.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Le Panama, plus accessible que jamais Voyez les images