LES BLOGUES
13/04/2016 03:07 EDT | Actualisé 14/04/2017 05:12 EDT

Slam: la drogue au service de marathons sexuels

Le slam, c'est en fait la consommation de drogues dans le cadre de relations sexuelles extrêmes.

Vous l'aurez compris, le slam dans ce contexte n'a rien à voir avec la pratique de la poésie déclamée sur fond musical. Le slam, c'est en fait la consommation de drogues dans le cadre de relations sexuelles extrêmes. Cette pratique récente touche particulièrement le milieu gay et représente un véritable enjeu en terme de santé publique.

Les soirées slam coïncident avec l'arrivée sur le marché des nouvelles drogues de synthèse. La drogue de synthèse la plus utilisée dans le cadre du slam est la méphédrone. Ce produit étant disponible sur internet à faible coût et la rencontre de partenaires via les sites gay étant très facile, cela constitue un véritable catalyseur.

La particularité de la méphédrone est qu'elle augmente considérablement les capacités sexuelles. Non seulement le plaisir ressenti est décuplé mais la durée de l'érection est bien plus longue. Cette substance est aussi connue pour altérer la notion du temps et couper les sensations de faim et de sommeil. Les soirées s'étendent ainsi facilement sur des périodes allant de 24h à 72h. Il n'est pas rare qu'elle soit associée à d'autre produits tels que la cocaïne, le cannabis, la kétamine, le GHB etc. Chaque slameur réalise ainsi son cocktail de produits en fonction de ses attentes.

On retrouve aussi associé à cette drogue un sentiment de toute puissance, des sens exacerbés (notamment le toucher et une sensibilité accrue à la musique), une désinhibition totale, un profond bien-être, un sentiment euphorique, une humeur hypersociable, et enfin une grande énergie physique. Au plan relationnel, un état fusionnel avec l'autre est souvent évoqué.

L'accoutumance au produit est très forte, il va falloir en prendre toujours plus pour ressentir les mêmes effets. On remarque également chez les consommateurs l'envie d'expérimenter des sensations de plus en plus intenses, les limites sont repoussées toujours plus loin avec de nombreuses prises de risque. La sensation de craving (désir irrépressible de consommer) étant très puissante, l'addiction apparaît quasi immédiatement. D'un slam par mois on passe rapidement à tous les week-ends voire durant la semaine, et d'une consommation récréative en groupe, on glisse vers une utilisation solitaire. Parfois, la visée sexuelle de la consommation finit par disparaître pour laisser place à la seule toxicomanie. Il arrive à l'inverse, que la sexualité devienne prétexte à l'usage du produit dont la personne est devenue dépendante. Enfin, on retrouve chez de nombreux slameurs la crainte de ne plus pouvoir avoir une sexualité sans produits.

Une autre spécificité de cette pratique est qu'elle touche des personnes souvent bien intégrées socialement. La plupart des slameurs consomment le week-end et vont travailler la semaine. Deux mondes à part se côtoient: le monde du toxicomane et le monde du citoyen ordinaire. Ce clivage explique pourquoi les slameurs sont souvent dans le déni de leur toxicomanie. Ils ont du drogué une représentation négative, de quelqu'un de marginalisé auquel ils refusent d'être associé. Ce déni, motivé par la honte, empêche les personnes de s'informer sur les risques de leur consommation.

D'un point de vue psychologique, on associe souvent cette pratique à une conduite ordalique. L'ordalie c'est risquer sa vie pour tenter de se poser en maître de son destin. En ce sens, le slam serait pour certains un moyen de se sentir exister. Pour d'autres, la dimension autodestructrice voire suicidaire ne peut être écartée. La théorie psycho-sociale veut que ce soit une substance qui colle à notre époque: «on veut tout, tout de suite, très vite et très fort».

Afin d'illustrer nos propos voici le récit du parcours d'un slameur

Tom* a commencé à slamer à l'occasion d'une soirée organisée par des amis. Il a trouvé cette expérience incroyable. Il pensait que cette pratique allait être temporaire, un moyen d'occuper ses vacances, mais les difficultés professionnelles apparaissant, elle finit par devenir très régulière (toutes les semaines) et de plus en plus intense (plusieurs jours d'affilée).

Ce qu'il dit aimer dans le slam, c'est notamment tout le rituel autour duquel s'organise la soirée: déguisement, musique, agencement de l'appartement, préparation du matériel etc. Si bien que lorsque la soirée touche à sa fin et qu'il ne reste plus rien de cette mise en scène, il éprouve un fort sentiment de culpabilité à se voir «comme un toxicomane prostré et sans vie». Dans ces moments de redescente intense, il peut parfois avoir des idées suicidaires voire décompenser sur un mode paranoïaque où il imagine que des psychiatres l'attendent avec une camisole derrière sa porte.

Aussi, ce qu'il aime dans le slam, c'est le produit qui lui permet de «casser les limites personnelles», la sensation «des veines qui gonflent comme une érection», la vue du sang dans la seringue «tel une anémone de mer», le mélange de plaisir et de souffrance lors de l'injection et enfin la violence dirigée sur soi mais aussi partagée dans les rapports sexuels. Les rapports sexuels occupent une place centrale dans ces soirées. Tom les décrit comme des moments où se mêlent narcissisme, expérimentation, performance et brutalité. Il dit de ces pratiques associant slam et SM que c'est grâce à elles qu'il peut libérer la pression, il a «besoin de plonger bas avant de pouvoir respirer», «besoin de se salir et se détruire pour se sentir exister». Tom se décrit comme quelqu'un de nature très anxieuse, le slam lui permet de parer efficacement et immédiatement à l'apparition de crises d'angoisses massives.

Tom est conscient de jouer avec la mort à travers les drogues et le barebacking**. La violence qu'il s'inflige par la drogue qu'il s'injecte, les objets sexuels qu'il fait pénétrer en lui, ainsi que les rapports sexuels brutaux et dangereux, sont selon lui des tentatives d'éprouver son corps pour éprouver son identité. L'objet introduit vient combler un vide et l'agressivité avec laquelle il est introduit lui fait penser à une envie de se punir d'exister.

Il parle de personnes «morales» et «immorales» qui cohabitent dans un même corps. L'importance accordée à la mise en scène provient selon lui d'un désir de contrôler ses pulsions destructrices, faire en sorte qu'elles soient plus supportables psychiquement. De la même façon, il écoute toujours de la musique baroque lorsqu'il pratique le fist-fucking en plan slam. Il pense que c'est une façon de dénier la violence de cette pratique, il s'agit de garder un pied dans une réalité socialement acceptable pour maintenir une image de lui semblable à la personne de tous les jours.

Depuis qu'il multiplie les plans, son couple va mal. Il n'arrive plus à avoir une sexualité épanouie avec son partenaire, d'autant que ce dernier refuse de prendre des produits. Il s'interroge beaucoup sur sa sexualité d'avant les drogues. Il dit aujourd'hui préférer avoir une sexualité solitaire avec des produits que sans produits avec son partenaire. Il agrémente alors son désir par des pratiques de plus en plus brutales telles que le sadomasochisme, le fist et le barebacking.

Son rapport au produit est très ambivalent. Il lui procure à la fois du plaisir et de la souffrance, ce qui renforce la difficulté à prendre la décision d'arrêter complètement sa consommation. S'il vient aujourd'hui consulter c'est parce qu'il prend conscience de se couper de plus en plus du monde: il ne peut plus aller travailler, ne prend plus plaisir à voir des amis. Toute sa vie tourne autour du produit qu'il consomme maintenant même en dehors de plans slam. Il a déjà essayé de se sevrer seul mais replonge immédiatement, notamment car il a sans cesse des images intrusives du shoot qui entretiennent son obsession du produit.

______________________

* Le nom a été changé.

** Relations sexuelles non protégées avec une personne dont on ne sait pas si elle est atteinte du VIH.

Ce texte a initialement été publié sur le Huffington Post France.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

  • Qu'est-ce qu'on entend par "sexe" quand il s'agit de deux femmes?
    Qu'est-ce qu'on entend par
    Jim McGuire Photo via Getty Images
    A vrai dire, tout ce qu'on veut bien imaginer. C'est d'abord de l'intimité et du plaisir, à la base de toute sexualité. Quel genre de rapports physiques ou sexuels souhaitez-vous entretenir avec votre partenaire? Qu'est-ce qui vous fait du bien? Qu'est-ce qui vous excite? Les réponses des lesbiennes à ces questions définissent la sexualité entre femmes. - Jenny Block
  • Les couples lesbiens baisent-ils?
    Les couples lesbiens baisent-ils?
    Image Source via Getty Images
    Une grosse partie des films pornos a fait croire aux gens que nous nous contentons de nous caresser mutuellement les cheveux et de nous faire de gros câlins. La vérité, c’est qu’on baise! On pratique le genre de rapports intenses, sales et délicieux qui nous mettent en sueur, et qui n’ont rien à voir avec l'image des draps de soie et des rideaux qui volettent dans le vent. On fait l'amour, aussi. Mais la sexualité entre femmes n'a rien de "girly" en soi (à part le fait que ça implique deux femmes!). -- Jenny Block
  • Est-ce que l'une doit "faire l'homme"?
    Est-ce que l'une doit
    Eugene Robert Richee via Getty Images
    Non, non et mille fois non. La pénétration n'est pas indispensable à l'orgasme chez la femme. La sexualité entre femmes n'est pas une simple copie de la sexualité hétéro. Et tant mieux, vu que nombre d'études montrent que nous avons plus d'orgasmes. Pourquoi? Parce qu'on connaît le terrain, qu'on sait quoi en faire et qu'on n'a pas de préjugés sur ce à quoi nos rapports doivent ressembler. C'est d’ailleurs ce qui les rend si exceptionnels. Et j'aimerais que mes copines hétéros puissent connaître ça. -- Jenny Block
  • Les lesbiennes doivent détester les pipes, non?
    Les lesbiennes doivent détester les pipes, non?
    Dynamic Graphics via Getty Images
    Toutes les lesbiennes ne veulent pas coucher avec des hommes, mais ça ne veut pas dire qu'on n'aime pas tailler ou se faire tailler une pipe. Les godes-ceintures donnent lieu à des rapports de force assez excitants dans un couple lesbien, et procurent une sensation de pouvoir en nous permettant de nous approprier des actes hétéros ou gays. -- Alex Berg
  • La sexualité entre femmes est sans risque par nature, non?
    La sexualité entre femmes est sans risque par nature, non?
    Peter Dazeley via Getty Images
    Les MST sont plus rares chez les homosexuelles, mais ça ne veut pas dire qu'on n'en attrape jamais. Certains accessoires permettent d'avoir des rapports moins risqués. Les protections en latex, par exemple, comme les digues buccales pour les caresses buccales ou les gants pour les fists ou pour doigter. Ah, et n'oubliez pas de faire bouillir le gode entre chaque utilisation (ou mettez un préservatif par-dessus si vous l'utilisez sur plusieurs partenaires à la fois)! -- Alex Berg
  • Les lesbiennes se fistent-elles? Est-ce que ça fait mal?
    Les lesbiennes se fistent-elles? Est-ce que ça fait mal?
    Nichola Evans via Getty Images
    Oui, le fist fait partie de nos pratiques. Et non, si on le fait correctement et en se parlant, ça ne fait pas mal. C'est même génial! -- Jincey Lumpkin