LES BLOGUES
16/12/2014 09:04 EST | Actualisé 15/02/2015 05:12 EST

Quel est le lien entre la testostérone et le piment rouge?

La littérature scientifique sur la testostérone est prolifique: 85 000 articles disponibles, selon la base de données médicale Pubmed. L'hormone des héros, des voyous et des amants, comme la désigne l'un de ses spécialistes Williams Dabbs, de l'université d'État de Géorgie, a inspiré des milliers de recherches.

Mais pour quelles raisons cette petite molécule sécrétée notamment par les glandes surrénales, les testicules et les ovaires, passionne-t-elle tant les chercheurs? Probablement pour son rôle de premier plan dans l'activité sexuelle chez l'homme et la femme, ou encore pour sa contribution à la masse musculaire. D'autres raisons moins connues expliquent également l'intérêt qu'elle suscite.

Tout d'abord, il s'agit d'une hormone très "sociale", dont la concentration fluctue selon les enjeux en présence. Êtes-vous un homme en train de faire du skateboard devant un public féminin? Son niveau grimpe, ce qui vous conduit à prendre plus de risques sur les roulettes.

Venez-vous d'avoir un enfant? Son niveau décline de 33%. Cela tombe bien, ce n'est pas exactement le moment de faire de nouvelles conquêtes.

Un rapport sexuel se dessine? Son niveau est majoré. Vous venez de gagner aux échecs, à une compétition sportive ou un jeu vidéo? Mieux: votre équipe de foot favorite vient de gagner?

Son niveau plafonne, comme c'est également le cas si vous manipulez une arme à feu.

Certains en ont plus que d'autres

La concentration de testostérone dans le plasma ou la salive est également un trait individuel: certains en ont nettement plus que d'autres. Ceux-ci ont été repérés par les chercheurs. Par exemple, les hommes ayant un taux élevé de testostérone sourient moins amicalement et expriment plus de dominance dans leur regard durant une conversation. Sans parler des étudiants en école de commerce: plus leur niveau est élevé, plus leur choix se porte sur des carrières risquées une fois leur diplôme en poche. La testostérone est également liée à leur capacité à créer de nouvelles entreprises, et s'ils deviennent traders, leur niveau de testostérone au lever prédira statistiquement leurs bénéfices de la journée. C'est du moins ce que concluait un article des prestigieux Comptes-rendus de l'Académie nationale des sciences américaine: testostérone du matin: butin!

Mâle testostérone aime le pimenté?

La testostérone est-elle liée à la recherche de stimulations dans le domaine alimentaire? L'on sait que les préférences pour les aliments pimentés (contenant donc de la capsaïcine, le composant actif du piment à l'origine de la sensation de chaleur piquante qu'il provoque) ne sont tout d'abord pas les mêmes selon le genre de ceux qui le consomment. Le piment est préféré par les hommes (dont la concentration en testostérone est plus de 10 fois supérieure à celle des femmes). Cette préférence est plus prononcée chez ceux qui recherchent des sensations fortes dans de nombreux domaines: des travaux établissent un lien entre les préférences pour la recherche d'excitation dans le sport ou les relations sociales et le goût pour la brûlure du piment. Selon plusieurs publications, les personnes qui sont plus extraverties, et aussi plus irritables préfèrent les aliments très épicés. Les recherches de biologie du comportement alimentaire indiquent que la génétique intervient dans les préférences pour les aliments épicés, ce qui se traduit, par exemple, par des différences d'anatomie buccale.

De telles observations rendent plausible l'hypothèse d'un lien entre la testostérone et la consommation de piment rouge. Cette idée vient de passer l'épreuve du feu avec une étude menée en France auprès de 114 hommes de 18-44 ans et publiée dans la revue Physiology and Behavior sur le sujet.

Après un prélèvement de salive permettant de mesurer leur niveau de testostérone, les participants devaient assaisonner à leur convenance un plat en utilisant des dosettes de piment rouge liquide (sous forme de sauce Tabasco ®). Ensuite, ils le consommaient intégralement. L'on comptabilisait discrètement la quantité de doses utilisées, ainsi que le nombre de doses de sel (substance contrôle). Les résultats ont montré que ceux qui avaient un niveau de testostérone plus élevé ajoutaient significativement plus de sauce pimentée (et non de sel).

En conclusion: plus l'on a de testostérone, plus l'on aime consommer du piment rouge. Mais l'inverse est également possible: une étude menée chez des rongeurs -et qui reste à confirmer chez l'humain- a montré que la consommation de capsaïcine augmentait leur niveau moyen de testostérone. La testostérone comme conséquence d'une consommation de piment? Cette information pourrait piquer la curiosité des mâles cultivant leur virilité.

Laurent Bègue, auteur de Psychologie du bien et du mal (Odile Jacob)

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

9 choses à savoir sur le corps masculin

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter