LES BLOGUES
25/12/2017 09:00 EST | Actualisé 25/12/2017 09:00 EST

Ne changez pas d’emploi

Mettre un pansement, alors que la blessure requiert une intervention chirurgicale, ne changera rien à la situation, mais ça nous donne une bonne idée sur le type de personne que vous êtes.

Getty Images

Rares sont les perdants qui amènent et imposent le changement. Habituellement, ils ne se limitent qu'à provoquer le changement aux mains des vainqueurs. Quoique difficile de s'y habituer, si nous nous sommes résigné aux défaites, nous nous sommes habituellement habitués aux changements, surtout à ceux que l'on nous a imposés. Évidemment, les vainqueurs imposent leurs changements et le gèrent ceux-ci pour maintenir leur emprise, entre autres.

Qu'importent les souliers que l'on a portés, nous avons dû faire avec plusieurs changements et apprendre de ceux-ci.

Changer pour changer ne change rien à qui vous êtes, surtout à qui vous êtes dans ce que vous faites. Mettre un diachylon, alors que la blessure requiert une intervention chirurgicale, ne changera rien à la situation, mais ça nous donne une bonne idée sur le type de personne que vous êtes.

Changer quatre 30 sous pour une piastre; avoir le libre-arbitre de se mettre la main droite, plutôt que la main gauche, ou inversement, dans le feu; changer de sous-vêtements pour en porter des encore plus sales ; changer sur le court terme, suite à une traversée interminable de la période du long terme, pour un emploi qui semble intéressant sur le long terme, mais qui risque de nous replonger dans la même situation... Est-ce que ces changements sont réellement profitables, bénéfiques, et nécessaires?

Avant de parler de résistance au changement et à la façon de travailler pour le réussir, parlons des vraies affaires si vous le voulez bien, puisque nous ne sommes pas tous nés dans la soie, dans le bonheur, et dans l'amour. Votre exposition aux changements, les causes de ce changement, les conséquences de ces changements, votre prédisposition physique et psychologique à ces changements, votre capacité de résilience, votre acceptation, votre VOUS, doivent tous être considérés.

Avant de s'habituer à manger des claques dans la face, encore faut-il recevoir les premières claques.

Avant de s'habituer à manger des claques dans la face, encore faut-il recevoir les premières claques. Mais avant même de commencer à en recevoir une série, encore faut-il qu'il y ait fracture entre l'innocence de l'enfance, et l'avenue d'un monde cruel à l'occasion. Dix ans ont passé, la mâchoire s'est formée, et les claques ont graduellement changé pour des caresses. Prédisposé, réceptif et confiance aveuglée pour changement?

Si on vous a toujours rejeté, et que du jour au lendemain, on vous accepte, ne serez-vous pas méfiant face à ce changement de situation?

Ça me fait toujours sourire en entrevue d'entendre les candidats dire qu'ils désirent changer d'emploi pour X et Y raisons, qu'ils veulent venir ici parce qu'ils pourront contribuer à X et Y projets, et parce qu'ils feront ceci, et cela.

Pourtant, ces raisons X et Y existent ici aussi et finiront par encore faire partie de la réalité du candidat. Pourtant, les contributions espérées et les actions dictées sont dans les faits totalement inconnus des candidats qui présument saisir l'essence de la complexité de l'emploi, bien souvent, qu' à partir d'une simple description d'emploi et de 5 minutes de contextualisation en guise d'ouverture de l'entretien d'emploi. Dans les faits, peut-être que le candidat se plante totalement, et même si ce n'était pas le cas, changer pour changer ne réglera pas les sources qui poussent au changement, dans l'occurrence, un changement d'emploi.

Au final, tu es peut-être mieux de ne pas changer d'emploi, ou pire, encore, tu es peut-être mieux de refuser l'emploi que l'on est sur le point de t'offrir. Puisque tu seras dans la même situation dans 1 an; puisque tu ne seras pas plus heureux; puisque si tu acceptes et quittes, cette instabilité et cette courte période d'emploi feront peur au recruteur; puisque...

Plus ça change, plus c'est pareil.

Le changement : tu le fais, tu l'implantes, ou bien tu te le fais imposer?

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost