LES BLOGUES
05/02/2018 11:44 EST | Actualisé 05/02/2018 11:56 EST

La politique, ce n’est pas un job, c’est un don de soi

J’ai donné les six dernières années à l’ensemble de la population du comté de Richmond, et j’annonce aujourd’hui que j’ai envie et que j’ai besoin de donner les prochaines années à mes deux belles grandes filles.

Fournie par Karine Vallières

Je lance aujourd'hui un message fort à mes deux belles grandes fleurs : j'indique clairement que je les choisis.

On me voit encore comme une jeune députée, j'ai pourtant 40 ans de politique dans le corps. Pour être plus exacte, je vis la politique depuis 40 ans. Et j'aurai 40 ans dans quelques semaines. J'ai connu la politique en la côtoyant depuis ma naissance : mon père a été député pendant 34 ans et j'ai aussi été attachée politique, puis je me suis ensuite présentée à mon tour à l'âge de 34 ans. Depuis, j'ai donné les six dernières années à l'ensemble de la population du comté de Richmond, et j'annonce aujourd'hui que j'ai envie et que j'ai besoin de donner les prochaines années à mes deux belles grandes filles : Roséliane, qui aura 16 ans sous peu, et Clémence, qui a 13 ans.

Elles m'ont partagé avec les 70 000 personnes du comté, je réponds maintenant présente à mon rôle de maman. Je sais ce qu'elles vivent, j'ai déjà été dans leur position. Mais, j'ai aussi envie de profiter de soupers en famille, de ne plus manquer les anniversaires des gens que j'aime. J'ai envie de déjeuner avec ma mère ailleurs que dans des brunchs au profit de quelque chose. J'ai envie de vivre l'amour dans la vie quotidienne, en étant à la maison le soir, en pouvant faire une activité commune. J'ai envie d'accepter quand on m'invite à souper sans que ce soit prévu un mois d'avance à l'agenda. J'ai envie de me lever le matin, de regarder par la fenêtre et décider de quoi sera faite ma journée. J'ai envie de prendre soin de ma santé, de manger de vrais repas, de façon régulière, et de bouger. J'ai envie de récupérer un peu ma vie personnelle. J'ai envie d'équilibre. Mes filles ont besoin d'équilibre aussi.

J'ai envie d'équilibre. Mes filles ont besoin d'équilibre aussi.

La politique, ce n'est pas un job, c'est un don de soi. La politique, on doit la rechoisir à chaque campagne électorale. Pour moi, la politique, ce n'est pas la recherche du pouvoir, mais c'est le pouvoir de faire changer les choses. C'est un passage et non une finalité. Je quitte pour l'instant, mais je ne dis pas non pour toujours. Le Parti libéral du Québec est pour moi un véhicule solide, un parti de valeurs profondes. Je l'ai choisi parce qu'il a cette ouverture au changement, aux débats. C'est mon parti et il le restera. J'aime ce que je fais. J'aime qui je suis comme politicienne. J'assume surtout ma façon d'être et de vivre la politique. Et, j'ai bien réussi! De façon non partisane, j'ai accumulé les réalisations et les bons coups. J'ai été présente. Je me sens solide et en contrôle. J'ai démontré que la politique peut se renouveler.

Maintenant, je ne fais que dire qu'au 1er octobre 2018, je serai une femme toujours aussi engagée et dédiée, mais autrement. Ça ne m'empêchera pas de continuer à batailler fort et à croire en notre région. Je resterai toujours cette passionnée, qui adore travailler, qui s'investit dans ce qu'elle fait. Mais j'aurai la chance de penser à un certain équilibre aussi dans ma vie.

D'ici là, ce n'est pas fini! J'ai plusieurs mois devant moi, toute une session parlementaire qui s'en vient. J'ai beaucoup de dossiers à continuer de pousser, je vais continuer à attacher des solutions pour obtenir le maximum pour le comté de Richmond.

Je ne sais pas ce qu'il y aura professionnellement pour moi après la politique, mais j'ai une certitude, c'est qu'il y aura la vie : mes enfants, ma famille, mes amis.

Je ne sais pas ce qu'il y aura professionnellement pour moi après la politique, mais j'ai une certitude, c'est qu'il y aura la vie : mes enfants, ma famille, mes amis. L'avenir ne m'a jamais inquiété. Et j'ajoute maintenant, à l'aube de mes 40 ans, que je m'assure par ce choix aujourd'hui, que cet avenir ne portera pas de regrets. Parce qu'encore, comme toujours, je suis vraie et entière, j'agis avec valeurs et je vis avec cœur.

Merci à vous toutes et tous, vous qui m'avez permis de vivre la politique et de le faire avec la confiance de quelqu'un qui est aimé. On se revoit bientôt sur le terrain!

Les citations politiques qui ont marqué le Québec en 2017