LES BLOGUES
17/10/2014 10:39 EDT | Actualisé 17/12/2014 05:12 EST

Il y a des esprits maléfiques dans ma chambre!

Il était 22 heures bien sonnées lorsque j'ai entendu mon grand de 9 ans m'appeler : "Maman, viens le plus vite possible s'il te plaît!" J'ai reconnu, au timbre de sa voix, qu'il était envahi d'une angoisse qui frôlait la panique. J'ai donc accouru jusqu'à lui pour tenter de comprendre ce qui se passait.

Il était 22 heures bien sonnées lorsque j'ai entendu mon grand de 9 ans m'appeler : "Maman, viens le plus vite possible s'il te plaît!" J'ai reconnu, au timbre de sa voix, qu'il était envahi d'une angoisse qui frôlait la panique. J'ai donc accouru jusqu'à lui pour tenter de comprendre ce qui se passait.

Il me raconte que plus tôt en journée, il zappait les chaînes de la télévision quand il est tombé sur la bande-annonce d'un film d'horreur où un esprit maléfique attaquait les gens dans leur sommeil. Bien qu'il aime se raconter des histoires de peur avec les copains comme autour d'un feu de camp, il n'a pas osé regarder toute la bande-annonce. Les quelques images qu'il a vues lui ont suffi pour avoir la chair de poule et le terrifier.

"Maman, je sais que ce n'est qu'un film, une histoire inventée mise en images, mais je n'arrive pas à me sortir ces images de la tête. En plus, je me sens observé et suivi."

Comment fait-on pour aider un gamin qui a peur d'un phénomène sur lequel nous n'avons pas d'emprise, de poigne, de contrôle? Ce n'est pas la peur d'un chien avec lequel on peut faire de la désensibilisation ou d'un échec scolaire pour lequel on peut prendre des moyens pour l'éviter ou se reprendre. Non. Le danger perçu (l'esprit maléfique lui-même) n'est pas tangible et les attaques qu'appréhende mon fils de la part de cet esprit maléfique ne se dérouleraient pas à force égale. Alors, comment l'aider à vaincre sa peur s'il ne peut pas vaincre un esprit maléfique?

Il m'importe, avant d'aller plus loin, de vous expliquer l'anxiété et ses composantes afin de bien comprendre la suite. L'anxiété est une émotion causée par deux idées bien ancrées : l'idée 1-que nous sommes face à un danger et 2-que nous n'avons pas la capacité de nous échapper ou de faire face à ce danger. À partir de l'instant où l'une ou l'autre de ces idées se déconstruit, l'anxiété disparaît.

Ne pensez pas à un éléphant rose! Ne pensez pas à un éléphant rose! J'ai dit de ne pas penser à un éléphant rose! À quoi pensez-vous?

Comme je ne pouvais pas aider mon fils à déconstruire l'idée que le danger n'était pas réel (il le savait, mais il n'arrivait pas à chasser les images de sa tête), il me restait l'option de l'aider à sentir en lui la force d'y faire face. Mais comment?

Ce soir-là, j'ai pris le temps avec mon grand. Je lui ai demandé de m'expliquer ce qu'il s'imaginait. Je l'ai écouté sans jugement. Il a été soulagé de pouvoir me partager ses peurs qu'il savait non fondées.

Les mots pour le dire

Je lui ai expliqué que, SI les esprits maléfiques existaient vraiment, ils se nourrissaient de la peur des gens. Du moins, ceux qu'ils s'imaginaient restaient dans sa tête parce qu'il en avait peur! Je lui ai demandé alors ce qu'il voulait. Les nourrir ou les vaincre? La réponse a été spontanée. Les vaincre! Et comment peut-on vaincre la peur? Par la peur ou par l'amour? Par l'amour répondit-il.

L'amour, la lumière finiront toujours par vaincre la peur et les ténèbres

Je l'ai donc fait descendre de son lit pour une petite expérience. J'ai fermé la porte de sa chambre. Nous étions alors plongés dans le noir. J'ai attiré son attention sur le pas de la porte et je lui ai demandé ce qu'il voyait. La lumière du passage me répondit-il. Nous avons alors passé de l'autre côté de la porte de sa chambre, dans le passage et nous avons fermée derrière nous. Je lui ai alors posé la même question. Sa réponse fut "Heu? Rien!" Je lui ai demandé de bien regarder. Il n'y a rien ! Conclusion : aussi petit soit le faisceau de lumière, il fera perdre l'intensité à l'ombre. L'ombre ne gagnera jamais sur la lumière. La lumière pénètre l'ombre. Jamais l'inverse. C'est pareil pour l'amour.

Je lui ai donc suggéré un petit exercice pour combattre ses peurs. Je l'ai invité à fermer les yeux et respirer profondément en s'imaginant que chaque inspiration remplit son coeur avec plus d'amour encore. Visualiser ensuite que chaque expiration souffle son amour tout autour de lui comme un grand halo de lumière qui le protège. Inspirer et expirer encore et encore jusqu'à ce que cette lumière remplie d'amour chasse le maléfique de l'esprit.

Il est retourné au lit. Il a fermé les yeux et s'est endormi sourire aux lèvres. Au matin, il m'a dit qu'il n'avait pas aussi bien dormi depuis fort longtemps. Ahhhhh! L'amour!

Pour plus d'informations, de conseils et d'outils pour faciliter la vie des parents, visitez le www.savezvousplanterdeschoux.com et suivez-nous sur Facebook

Galerie photo 7 troubles du sommeil Voyez les images